FOOTBALL – Kévin Vanpuywelde : « Il n’est pas utile de prendre des risques »

Ⓒ Gazette Sports

On a parlé du confinement, de son quotidien, on est revenu sur la saison et on a évoqué l’avenir avec Kévin Vanpuywelde, kiné et attaquant de l’ESC Longueau.

Bonjour, comment vas-tu et que fais-tu pour occuper tes journées en ce moment ? 

Bonjour, oui ça va, la santé est là donc c’est le principal. J’ai arrêté de travailler car les kinés sont eux aussi fermés. J’occupe mes journées un peu comme tout le monde, Netflix, télé, du sport et je cuisine pas mal aussi. Après on se téléphone avec les potes et on se fait quelques petits apéros en FaceTime.

Vous restez en contact avec vos coéquipiers ? 

Au début, Basile, notre préparateur, nous a laissé un programme à faire à la maison, mais il n’y avait juste plus d’entraînement, pas encore de confinement total. Le président prend des nouvelles régulièrement, on n’a plus de programme personnalisé comme au début, mais tout le monde s’entretient comme il peut. On essaye de s’avoir au téléphone et d’avoir des nouvelles de tout le monde. 

Penses-tu que la saison puisse reprendre ? 

Je pense que ça va reprendre, mais j’espère que ce ne sera pas le cas. Déjà, si on reprend, il y a très peu de chances que l’on termine la saison, et surtout, le football reste un loisir à notre niveau. Il n’est pas utile de prendre des risques pour la santé des joueurs et de toutes les personnes qui aident autour de l’équipe. 

Si vous descendez dans ces conditions, ce serait une injustice pour vous ?

Oui, ça pourrait être une injustice. Après, aujourd’hui, je ne pense pas que l’on puisse descendre, quelle que soit la décision prise par la fédération. On est donc plutôt sereins par rapport à cela. Je pense que la meilleure solution est une saison blanche. Il y a encore beaucoup trop de matchs qui ne sont pas joués et la phase aller n’est même pas encore terminée. Cette situation permettrait de n’avoir aucun club lésé, car aucune équipe qui peut encore se sauver descendrait, et aussi parce qu’aujourd’hui aucune équipe n’est assurée de monter. Certaines équipes sont bien parties, certes, mais la saison est encore longue et tout peut arriver. 

C’est une question d’état d’esprit que l’on a pas réussi à avoir


Pour revenir sur le début de saison, comment expliquer cette inconstance ?

On a très mal commencé, avec des résultats négatifs, puis on s’est bien repris avant de rechuter après la trêve. Au début de saison, je pense qu’il nous manquait juste une victoire pour lancer la saison et engranger de la confiance, c’est ce qu’il s’est passé ensuite. Après, c’est une remise en question perpétuelle que le groupe n’a pas réussi à avoir, dans les bons ou les mauvais moment, pour garder la dynamique ou l’enrayer. C’est une question d’état d’esprit que l’on n’a pas réussi à avoir et qui nous a fait défaut. 

Penses-tu que vous avez pris un peu trop à la légère le début de saison ? 

On est arrivés avec énormément de confiance après la saison dernière, et on a été mis sur un piédestal par beaucoup de gens qui, au vu de notre dernière saison et du recrutement, pensaient que l’on allait jouer la montée en N3. On était prévenu du niveau de la R1 par le coach, ou par certains qui l’ont connu récemment, mais je pense que, inconsciemment, on l’a pris un peu à la légère. On s’est peut-être vu un peu trop beau.

On a parfois eu l’impression que l’équipe choisissait ses matchs et que les attitudes n’étaient pas les bonnes. Tu en penses quoi ? 

Je ne pense pas que l’on choisit nos matchs mais plus que, comme depuis plusieurs saisons, on se met trop souvent à la hauteur de l’adversaire. On est capable de se mettre au niveau d’une grosse équipe comme Wasquehal cette saison, ou la saison dernière en Coupe de France, mais à l’inverse de se mettre trop souvent au niveau de l’adversaire. L’année dernière, cela suffisait car la différence pouvait être faite individuellement à chaque moment, mais cette saison ce n’est plus le cas. 

Vous avez semblé manquer de confiance dans les deux zones de vérité, ce qui tranche avec la saison dernière, comment l’expliques-tu ? 

Oui, c’est certain qu’il y a eu dans cette saison un manque de confiance dans les zones de vérité. Après, la saison dernière, sans manquer de respect à aucune équipe, on était supérieurs à tout le monde et ce sentiment te donne de la confiance. Même quand on faisait un mauvais match, on s’imposait car le talent et la réussite devant le but faisait la différence. La saison dernière, on avait limite besoin d’une seule occasion, cette saison il nous en faut quatre voire cinq pour marquer. Après, le doute s’est logiquement installé chez nos joueurs offensifs et, défensivement, on a fait preuve de fébrilité sur des erreurs défensives qui, à chaque fois, nous ont coûtées un but. L’état d’esprit joue aussi sur cela et la dynamique n’a pas été la même cette saison. 

On s’est peut-être vu un peu trop beau.

Sur le papier, cette équipe avait les armes pour jouer les premiers rôles et remplir l’objectif (top 5) ? 

Ouais, c’est vrai, après on n’a peut être pas eu la même force collective que l’année dernière. Il y a eu un manque de leader et de charisme pour réagir quand on n’y arrivait pas. Le niveau est quand même très différent. Quand on n’a pas réussi à faire la différence par le jeu, on n’a pas su trouver de solution et répondre au défi physique. Il nous a manqué cette saison un tueur devant le but. Pour nous, l’objectif était avant tout le maintien et le coach l’a d’ailleurs souvent rappelé. 

A titre personnel, comment juges-tu ta saison ? 

Ma saison est moyenne on va dire. J’ai fait des prestations en dents de scie, avec notamment un début de saison compliqué où je suis allé jouer quelques matchs en réserve. J’ai ensuite retrouvé ma forme physique, mais je n’ai pas mis un seul but en championnat cette saison. Pour un attaquant, ça fait un peu tâche. Je n’ai pas forcément été souvent titulaire, mais très régulièrement dans le groupe et j’ai essayé à chaque fois d’apporter le meilleur pour l’équipe avec plus ou moins de réussite. 

Est-ce que vous commencez à discuter de la saison prochaine ?

Le coach nous a appelé pour évoquer le sujet, après, moi je ne pense pas trop à cela et j’attends la décision pour savoir ce qui va se passer avant de se pencher sur la suite. Après, je suis très bien à Longueau et je souhaite continuer. 

Aurélien Finet

Crédit Photo : Coralie Sombret – Léandre Leber – Gazetesports