Le football français se divise en plein coronavirus

ballon
Ⓒ Gazette Sports

Alors que normalement l’ensemble du monde sportif doit resserrer les rangs et faire preuve d’unité en cette période du coronavirus, voilà que le football français et plus particulièrement professionnel  se manifeste  par ses divergences.

Une fois de plus, on constate que derrière la belle façade de l’unité, règne en réalité la division.

Le premier qui est monté au créneau est Jean Michel Aulas, le président de Lyon qui a avancé des idées non pas d’ordre général mais qui, incontestablement, avantageraient son club. D’où la réaction immédiate et violente non seulement du président de la FFF Noël le Graet mais aussi de la plupart des clubs de L1 et L2. La grosse question à laquelle personne ne peut répondre à l’heure actuelle concerne la reprise des championnats qu’il faudra mener à leur terme avant la date du 30 juin. Une date butoir qui coïncide avec la fin de certains contrats des joueurs professionnels.

Le flou demeure

Nul ne sait aujourd’hui quand le feu vert sera donné à la Ligue de faire reprendre la compétition.  
La décision lui incombe certes mais il faut tenir compte du coronavirus qui à ce jour n’a pas été vaincu. Même si les joueurs devaient reprendre l’entrainement, il leur faudra comme avant le début d’une nouvelle saison, bénéficier d’une période d’entrainement. 

Histoire de disputer les dix derniers matches dans un état de forme convenable car aujourd’hui, ils sont tous contraints au repos forcé et on sait que sur le plan physique, la perte de la forme est irrémédiable.
Mais aujourd’hui, il faut savoir que de nombreux joueurs étrangers ont quitté la ville dans laquelle ils se trouvent pour retrouver leurs familles dans leur pays respectif  ce qui est tout à fait normal. 

L’argent en toile de fond


Au delà de ce drame qui a fait certains ravages dans le foot français puisque les clubs de Metz et Troyes ont eu leur joueur positif, il nous faut déplorer cette « gueguerre » qui déchire le foot français.
Il est évident qu’il  y a un gros problème : celui de l’argent. En ce moment, les clubs n’enregistrent pas de recettes mais il leur faut tout de même payer les salaires même si la Sécurité Sociale leur rend un gros service.

Alors plutôt que de  livrer leurs états d’âme  au travers de communiqués, ils feraient beaucoup mieux de se pencher sur l’avenir même de  leurs compétitions, les rapports avec les chaines de TV qui elles aussi sont privées de retransmissions et perdent des rentrées financières.

Au moins, on est certain que Kylian Mbappé n’ira pas aux Jeux de Tokyo parce que justement, ils n’auront pas lieu cette année et que l’affrontement entre la FFF et le PSG tombe à l’eau.



Lionel HERBET

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.