FOOTBALL (F) : L’Amiens SC « B » fait pâle figure

84333648 2990249807681510 4126538993846190080 O
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

L’équipe réserve n’a pas dévoilé son meilleur visage face à Bousbecque (1-4). Une prestation qui laisse un goût amer à son responsable, Ludovic Darras.

Ne jamais se fier aux apparences… Ludovic Darras l’a semble-t-il vécu à ses dépens dimanche. Et le responsable de l’équipe réserve de l’Amiens SC l’a d’ailleurs exprimé à l’issue de cette confrontation soldée par un échec aux dépens de Bousbecque (1-4). Sans ménagement ni langue de bois. « La composition de notre équipe pouvait susciter de l’ambition. Sur la feuille, elle se révélait de bon niveau. Sur le papier seulement car cet effectif est apparu incapable d’évoluer de façon homogène. Le constat fait donc froid dans le dos, la prestation proposée s’est avérée bien décevante. »

83551769 2990241157682375 3850012163057909760 O
Camille Seret et ses coéquipières n’ont pas été en mesure de rivaliser avec les nordistes…

Sans détour, l’intéressé se remémore cette sortie de route face à un adversaire qui poursuit son petit bonhomme de chemin. Inlassablement. Celui qui pourrait l’amener jusqu’en Régionale 1. Une troupe nordiste aux prétentions fort légitimes qui toutefois était contrainte de faire le « dos rond » sitôt l’entame de match. « Notre début de rencontre se voulait prometteur. L’opportunité nous est alors offerte d’ouvrir le score au quart d’heure de jeu mais nous ne parvenons pas à concrétiser » soupire Ludovic Darras, convaincu qu’une meilleure efficacité aurait peut-être pu bouleverser le scénario de ce duel.

Sur la feuille, elle se révélait de bon niveau. Sur le papier seulement car cet effectif est apparu incapable d’évoluer de façon homogène. Le constat fait donc froid dans le dos, la prestation proposée s’est avérée bien décevante

Ludovic Darras

Piquées dans leur orgueil, les demoiselles de Bousbecque veillaient alors à se ressaisir. Et par l’intermédiaire de Laura Gorbiak, elles s’attachaient à remettre les choses bien à leur place et affichaient ce désir à ne pas connaître la même désillusion que face à Dainville (1-2) au soir de la deuxième levée… Et par deux fois, elles réussissaient à se jouer de la vigilance d’une Camille Martin, de retour de suspension. Le dernier rempart de l’ASC allait encore toutefois devoir s’incliner juste avant la pause. D’une frappe lointaine qui se logeait sous sa barre transversale (0-3 ; 40’).

« Les joueuses n’ont jamais laissé apparaître une réelle envie de jouer, qui plus est en équipe. » Ludovic Darras ne mâche donc pas ses mots lorsqu’il décline ceux qui ont provoqué la chute de ce groupe qui ne parvenait toujours pas à dévoiler un visage plus séduisant au retour des vestiaires. « Aucun plaisir, aucune envie, aucun d’état d’esprit… » regrettait un coach qui buvait alors le calice jusqu’à la lie lorsque Bousbecque aggravait le score.

84439274 2990247851015039 6524540026863222784 O
Océane Follain et ses camarades ont trébuché face à l’un des prétendants à l’accession

Déterminé à sauver la face, celui-ci se définissait alors un autre schéma tactique et privilégiait alors le 3-5-2. Un remaniement qui occasionnait quelques petits tracas à un rival cependant sûr de son fait. Guère plus angoissé que cela même lorsque l’Amiens SC réussissait à atténuer cette correction.

Légère embellie dans cette grisaille ambiante ? « C’est une rencontre à oublier. A mon sens, les aspects physique, mental et technique devraient susciter l’attention de certaines demoiselles » confessait Ludovic Darras, agacé et désabusé. Concédant néanmoins que cette équipe demeure toutefois dépourvue d’objectifs. Dans l’impossibilité d’accéder à l’échelon supérieur, seule la conquête de la Coupe de la Ligue semble en mesure d’attiser une quelconque adrénaline.

  • AMIENS. Stade de la Licorne III (Chapitre). Bousbecque FCF bat Amiens SC « B » 4-1

Arbitre : M. Yahiaoui

  • AMIENS SC : Martin ; Soyer, Nahim, Dheilly (puis Araujo), Bettens (puis Merle), L. Seret, Julian, C. Seret, Brioux, Bennia (puis Debut), Follain.

Fabrice Biniek

Crédit photos : Will Dum.