OMNISPORT : Une Maison Sport-Santé, un lieu d’accueil et d’orientation

Sans Titre
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

L’Office des Sports d’Amiens Métropole met en place une Maison Sport-Santé pour favoriser l’activité physique et sportive pour tous, mais notamment pour lutter contre la sédentarité et la prévention des maladies chroniques associées.

La mise en place de la Maison Sport-Santé

Auparavant, il existait sur le territoire un réseau sport-santé du nom de « Picardie En Forme » qui était porté par le Comité Régional Olympique et Sportif. Seulement, avec la fusion des régions, le réseau s’est éteint en mars 2018. A la suite de cela, des personnes se rendaient à l’Office des Sports d’Amiens Métropole (OSAM) en souhaitant se mettre à une activité physique. Il s’agissait de personnes ayant des problèmes de santé et qui, de ce fait, ne pouvaient pas être orientées dans n’importe quel club : « Alors, nous nous sommes dit qu’il fallait que l’on reconstruise quelque chose. Car, effectivement, il y avait un réel besoin sur le territoire, mais il n’y avait plus rien dans ce secteur », ajoute Cathy Dehez, chargée de projet à l’Office des Sports d’Amiens Métropole depuis maintenant plus de cinq ans.

En janvier 2019, des groupes de travail ont alors été mis en place durant six mois, avec différents acteurs du sport et de la santé. De cela, a émergé un projet pour faire en sorte que l’OSAM soit opérationnel pour septembre, ou octobre 2019. Ce qui a été le cas : « Nous avons été opérationnels à partir d’octobre, avec un réseau de dix clubs » (DynamiQ’Santé Le Grand Amiénois).

En parallèle de cela, en juillet, un appel à projet a été lancé par l’État concernant la mise en place des Maisons Sport-Santé. Cela faisait partie de la stratégie nationale sport-santé où l’idée était de créer, dans un premier temps d’ici la fin 2019, cent Maisons Sport-Santé, puis d’ici 2022, cinq cents Maisons Sport-Santé. Cathy Dehez confie : « Le cahier des charges correspondait totalement au projet que l’on avait construit. De ce fait, nous avions postulé et nous avons été retenus ».


Au service du bien-être de tous

Les Maisons Sport-Santé permettent, la mise en activité physique de personnes qui se sont éloignées de cette activité pour deux raisons :

  • Par manque de temps. Ce cas touche les personnes n’ayant plus, ou ne prenant plus, le temps de pratiquer une activité physique et qui souhaitent, désormais, reprendre une activité en toute sécurité. Dans ce cas, la personne peut passer par l’OSAM afin de réaliser gratuitement un bilan de condition physique avec un enseignant en Activité Physique Adaptée. Ensuite, il y aura une réorientation vers des clubs partenaires.

  • En cas de situation d’Affection de Longue Durée, que l’on appelle « ALD ». Dans ce cas là, la personne sera orientée par le médecin traitant, ou un médecin spécialiste. Parce qu’il est important de noter que le sport peut avoir un bien fait sur la santé et sur la condition de vie d’une personne dans cette situation, mais notamment permettre de diminuer la prise de certains médicaments.


Le développement de la démarche

La difficulté pour l’OSAM est de sensibiliser les professionnels de santé à la prescription. Son rôle sera alors également de mettre en place des conventions avec les établissements de santé et de tenter de les sensibiliser au mieux afin « de faire comprendre qu’en orientant des patients vers notre réseau, ils seront pris en charge de manière sécurisée. Actuellement, on travaille avec le CHU et on entreprend des groupes de travail pour sensibiliser à la prescription et pour les chefs de service qui sont susceptibles de prescrire ».

Il faut savoir que depuis 2016, un décret encadre le Sport-Santé avec des praticiens qui ont un rôle bien précis dans la prise en charge de ce type de personne. Notamment, le ministère a accrédité des formations fédérales que les éducateurs sportifs peuvent suivre pour pouvoir encadrer du Sport-Santé. Les clubs partenaires du réseau de l’OSAM entrent d’ailleurs dans ce cadre législatif. Cathy Dehez précise : « C’est pourquoi ils sont partenaires du réseau. Ils ont fait un dossier de candidature, on a vérifié comment cela se passait sur le terrain et également les diplômes des encadrants ».


Selon Cathy Dehez, l’obtention de le certification par l’état de « Maison Sport Santé » est, pour l’OSAM, un point de départ. Cela leur permettant de les encourager et d’obtenir un accompagnement, mis en place par l’État durant six mois, pour la mise en place de la Maison Sport-Santé et afin qu’il y ait une réelle reconnaissance vis-à-vis des professionnels de la santé et des collectivités : « Cela aide à ce que l’on soit vraiment dans une démarche de mise en activité pour le plus grand nombre ».





Angélique Guénot

Crédit photo : Droits Réservés

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.