FOOTBALL : L’Amiens SC lâche du… l’Est

Amiens Rc Strasbourg 2
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Méconnaissables face au RC Strasbourg (0-4), les hommes de Luka Elsner ont vécu une soirée cauchemardesque… avec la blessure de Guirassy puis l’exclusion de Chedjou !

Sombres, les visages l’étaient bel et bien au sortir du vestiaire… A l’image d’ailleurs de cette quatorze levée de championnat Ligue 1 « Conforama » où l’Amiens SC venait de faire piètre figure opposé au RC Strasbourg (0-4) Une terrible déconvenue dont les mots ne paraissaient pouvoir atténuer ceux – semble-t-il déjà – entre aperçu sur la pelouse d’un Roazhon Park à Rennes que ces mêmes acteurs avaient également quitté tête basse (3-1) Par manque de relief en deuxième mi-temps notamment.

Nombreux de mes choix ne m’ont pas donnés satisfaction. Dans le plan de jeu, le schéma tactique, la distribution des rôles, le discours d’avant match, je demeure convaincu d’avoir failli, été en deçà.

Luka Elsner

« La rencontre s’est, à mon sens, jouée dès le coup d’envoi où nous n’étions pas dedans ! », La voix grave – comme la situation du jour d’ailleurs – Luka Elsner s’efforçait néanmoins à commenter une « prestation inacceptable » A chercher les raisons de ce naufrage collectif : « J’ai ma part de responsabilité ! » lâchait-il comme pour démontrer, affirmer qu’il n’osait entrevoir fuir les siennes.

Luka Elsner n’a pas mâché ses mots en conférence d’après-match, tout en faisait également son autocritique.

« Nombreux de mes choix ne m’ont pas donné satisfaction. Dans le plan de jeu, le schéma tactique, la distribution des rôles, le discours d’avant match, je demeure convaincu d’avoir failli, été en deçà » admettait alors l’entraîneur de l’Amiens SC. Presque impassible durant ce mea-culpa… Comme s’il essayait de dissimuler une énorme déception.

Telle une auto flagellation en bonne et due forme, l’intéressé fustigeait toutefois un effectif ayant abandonné ces vertus au vestiaire. Sitôt une pause où le coup de massue – concédé quelques minutes auparavant – semblait (déjà) hanter les esprits. Ouverture du score qui paraissait vouloir sanctionner une troupe locale qui, pour autant, s’était appliqué à faire du jeu. Pure illusion selon Luka Elsner cependant : « Ce soir, nous avons fait preuve de désinvolture et de nonchalance, à aucun moment proposé du football. Pire, nous n’avons pas respecté notre profession ! »

Ce soir, nous avons fait preuve de désinvolture et de nonchalance, à aucun moment proposé du football. Pire, nous n’avons pas respecté notre profession !

Luka Elsner

Agacé par cette « absence de révolte », ce trait de personnalité qui défini, « doit caractériser une équipe telle l’Amiens SC », il cherchait à comprendre. Pêle-mêle, il abordait une mise en scène où, selon lui, la réussite de Caci  n’avait fait que provoquer la chute d’un groupe déjà chancelant… Telle la chronique d’un revers annoncé, consenti par une équipe dans l’incapacité d’inverser la tendance.

Amiens Rc Strasbourg 1
L’Amiens SC a pris l’eau sur ses terres, essuyant un terrible revers…

« Ce soir, il n’y a rien eu ! Que voulez-vous que j’ajoute de plus ? » Et ces multiples faits de jeu qui veillaient à assombrir une situation déjà guère reluisante ? « En telle circonstance, le facteur malchance n’existe pas » martelait Luka Elsner, comme pour éviter toute possibilité de botter en touche ou de se réfugier derrière cela.

Ce système de jeu à l’accent offensif aurait-il laissé apparaître certaines limites ? « Il conviendra d’analyser sereinement ce chaos » A tête reposée, une fois (seulement) que les uns et les autres l’auront retrouvés sur leurs épaules. Echéance qui précèdera un périlleux déplacement dans l’Hérault, afin d’y défier Montpellier en fin de semaine.

Se reprendre et… vite !

Pas l’adversaire idéal – il est vrai – pour se remettre en selle… Interrompre une maudite spirale à la veille de rendez-vous importants – le Stade de Reims puis Dijon fouleront successivement le gazon de la Licorne le 4 puis 14 décembre… – ne doit pas, ne doit plus gamberger.

S’il ose encore se convaincre qu’il ne s’agissait que d’un « mauvais jour », Luka Elsner n’a pas apprécié le comportement des siens. Pas du tout… Et l’a fait savoir, haut et fort. Ce coup de gueule sera-t-il suivi d’une prise de conscience collective ? La réponse ne saurait tarder.

Serhou Guirassy a été contraint de « filer » aux vestiaires, prématurément.
  • Et Guirassy ?

Interpellé quant à la sortie prématurée de Sehrou Guirassy à la soixante-neuvième minute, en se tenant l’arrière de la cuisse, Luka Elsner ne réussissait à masquer son inquiétude : « Il semblerait souffrir d’un déchirure, éventuellement partielle, d’un ischio. » précisait-il en s’interrogeant déjà sur la durée d’indisponibilité de son attaquant…

Fabrice Biniek

Crédit photo : Léandre Leber – Gazettesports