HOCKEY SUR GLACE : Amiens passera la trêve dans les hauteurs du classement

Ⓒ Gazette Sports

Après avoir mené une grande partie du match, les Gothiques ont vu les Rapaces recoller dans le dernier acte. Mais la recrue, Francis Drolet, a finalement permis aux Picards de glaner un nouveau succès (3-2), reprenant ainsi, provisoirement, la tête de la Magnus.

1er tiers : Le powerplay encore et toujours

La première tentative de cette rencontre est gapençaise et annonce un début de match à l’avantage des Rapaces. En effet, les locaux prennent le contrôle du jeu et les deux seuls tirs amiénois des premières minutes n’inquiètent pas Ylonen. Gap met même une grosse pression lorsque Lehtinen (5’25) écope de 2min, mais Buysse se montre alors impérial.

Pourtant peu dangereux en ce début de rencontre, les Gothiques profitent de la pénalité à l’encontre d’Alexandre (11’32), pour ouvrir le score par l’inévitable Halley (12’34 : 0-1). Suite à ce but, les Amiénois sont bien mieux dans la rencontre, et dominent territorialement les locaux, sans parvenir pour autant à faire le break. Quoi qu’il en soit, grâce à ce but de Halley, les Picards font la course en tête dans ce match (0-1).

2ème tiers : Amiens fait le break

Après un début de deuxième acte équilibré, les Amiénois vont profiter d’une erreur adverse pour se mettre à l’abri. En effet, Coulaud intercepte une relance gapençaise à la bleue, et file ensuite tromper Ylonen d’un beau tir croisé (son premier but en Magnus) (22’48 : 0-2). S’ils obtiennent ensuite une supériorité (24’26 Alexandre), les Amiénois se montrent alors peu dangereux. Et dans la foulée, c’est Plagnat qui rejoint la prison (26’42), sans que la défense samarienne ne soit prise à défaut.

Les Rapaces parviennent ensuite à se créer plusieurs occasions, mais butent à chaque fois sur un Buysse impeccable sur chacune de ses interventions. Pas en reste, les Picards se créent également des situations, mais à l’image de ce face-à-face perdu par Franson (34’50), ne parviennent pas à concrétiser. En fin de tiers, Halley est tout proche de donner plus d’ampleur à l’avance picarde, mais Gutierrez se sacrifie devant sa ligne, empêchant alors le palet de rentrer (39’10).

Si Bélisle est pénalisé en fin de tiers (39’39), Amiens résiste alors, et rentre ainsi au vestiaires avec deux buts d’avance (2-0).

3ème tiers : Amiens tient à son succès

À quatre contre cinq pour une minute trente neuf dans ce tiers, les Amiénois subissent plusieurs tirs, mais ne sont pas pris à défaut. Quelques instants plus tard, c’est la barre qui vient sauver Buysse sur un gros tir gapençais (42’40). Gutierrez écope ensuite de 2+10, mais les Gothiques n’en profitent pas pour creuser l’écart.

Les Rapaces repartent ensuite de l’avant, et après plusieurs tentatives sur la même action, Guertin parvient à tromper un Buysse qui venait de perdre sa crosse quelques instants plus tôt (46’18 : 1-2). Si Verrier et Faure rejoignent ensuite la prison (46’35), ce sont bien les Gapençais qui se montrent plus entreprenants. Et cette poussée est finalement récompensée, lorsque Melisko transperce la défense samarienne pour tromper Buysse au bout de l’action (49’21 : 2-2). Une joie de courte durée pour les Gapençais.

En effet, dans la foulée, Suire fixe la défense pour servir idéalement la recrue Francis Drolet, qui ne manque pas l’occasion d’ouvrir son compteur avec sa nouvelle équipe (50’49 : 2-3). Peu après, Bault (52’23) puis Lehtinen (54’22), sont tour à tour à pénalisés, mais malgré quatre minutes passées en infériorité, les Gothiques parviennent à maintenir leur avance. À deux minutes du terme, Gap tente le tout pour le tout, en cage vide, sans succès.

C’est donc Amiens qui s’impose finalement 3-2, prenant ainsi provisoirement la tête de la Ligue Magnus, et s’assurant, au pire, de passer la trêve à la seconde place.

Gap – Amiens : 2-3 [(0-1)(0-1)(2-1)]

Buts pour Gap : Guertin assist Melisko, Correia 46’18; Melisko assist Guertin Mickevics 49’21

Buts pour Amiens : Halley en sup assist Giroux, Verrier 5’25; Coulaud assist Bruche 22’48; Drolet assist Suire, Matima 50’49;

Quentin Ducrocq

Crédits photos Leandre Leber Gazettesports.fr