BALLON-AU-POING : Beauquesne encore au sommet

0
127
CIT Dessaint

Beauquesne a conservé le drapeau de la catégorie Excellence ce jeudi, dans une finale 100% “Beauquesne”, lors des Championnats de France disputés à La Hotoie.

Depuis 1957 que cette journée consacrée aux finales des drapeaux existe, elle est un événement majeur de la saison de ballon au poing dans ce lieu jadis central pour les sociétés amiénoises qu’est La Hotoie. Si, hier, aucune société amiénoise ne participait à ces finales, le public, lui, était bien présent. Et bruyant pour encourager ses équipes.

En effet, malgré un temps incertain et effectivement très changeant, environ 1 000 personnes se sont succédé sur le site de l’évènement au cours de la journée selon ce qu’estimait pour nous Gilles Caron.

Beauquesne intouchable

Dans ce contexte, Beauquesne s’est illustré en plaçant donc deux équipes en finale de la catégorie phare, Excellence. En effet, après que l’équipe des frères Derny a éliminé Forceville 7-6, celle d’Antoine Bouvet s’est débarrassée encore plus facilement de Beauval, 7-0.

Si la finale avait commencé de façon très disputée, Beauquesne-Derny prenant même l’avantage par deux fois 1-0 puis 2-1, la fin du quatrième jeu constituait une sorte de tournant dans le match. Alors que les deux équipes étaient à égalité parfaite à 2-2, 40 à 2, avec une chasse plutôt favorable à Beauquesne-Derny, ce sont bien Antoine Bouvet et les siens qui remportaient le jeu.

Désormais visiblement plus agacée et moins dans le match, l’équipe des frères Derny perdait alors rapidement le contact avec un Beauquesne-Bouvet toujours aussi clinique. Et malgré une rébellion lors du 9ème jeu, Antoine Bouvet et son équipe remportaient donc 7-2 leur quatrième titre dans cette catégorie.

“On est fiers”

Malgré ces nombreux titres, Antoine Bouvet ne cachait pas sa joie de l’emporter à nouveau : “On l’a fait et on en est fiers parce que l’on avait jamais réalisé deux titres d’affilé. Il y a toujours eu un creux entre deux titres, et aujourd’hui, on l’a fait, on est tous contents et tous heureux. Forcément ça motive puisqu’on ne l’avait jamais fait. Après, on est là pour gagner tout ce qu’on peut gagner. Il y en a qui en ont gagné 9 en Excellence. Nous on en est à 4, on espère aller loin, j’espère que ce n’est que le début pour nous, avec une moyenne d’âge entre 25-30 ans, je pense qu’on a encore quelques années devant nous pour gagner un peu plus de titres.”

Il en profitait pour revenir sur ce qui, selon lui, avait été déterminant dans la victoire des siens : “Sur cette finale, on a été toujours dedans, on a été motivés jusqu’au bout. C’était un match particulier entre deux formations du même club. On n’est pas tombé dans le piège. En face, ils n’étaient pas forcément endormis mais il y avait moins de rythme. Et ce qui fait la différence c’est qu’on a mis tout dans le terrain et qu’on les a laissé faire les erreurs. Physiquement, on est mieux. Personnellement, je joue au football, j’ai repris il y a 3 semaines, la préparation fait beaucoup de bien, ça se ressent sur le ballon au poing.”

Enfin, Antoine Bouvet revenait sur l’importance d’un tel évènement et sur sa gestion rappelant que “le 15 août, c’est le rendez-vous de tous les ballonnistes. Jouer devant tout ce monde, il y a une certaine pression, une certaine appréhension. Le but, c’est de toujours rester concentré sur soi-même et sur le terrain sans s’occuper du reste.”

Forceville en force

Dans les autres catégories, plusieurs événements marquants sont à noter. Le plus important étant les 3 drapeaux ramenés par Forceville, dans les catégories Minimes (7-2 contre Beauval en finale), Cadets (7-4 contre Terramesnil en finale) et Deuxième (7-3 contre Hérissart). En effet, grâce à cette très belle performance, la société ramenait en un jour autant de drapeaux que dans toute son histoire.

Par ailleurs, la catégorie Junior a eu l’occasion de nous offrir la finale la plus disputée. Ainsi, Terramesnil ne s’est imposé que 7-6 après plusieurs retours spectaculaires dans la partie de Beauval, 3-3 après avoir été menés 3-1 puis 6-6 après avoir été menés 6-3. Une partie d’autant plus spectaculaire qu’elle fut fortement perturbée par le vent, principal élément changeant de cette journée, bien plus que la pluie. Ce que confirmait d’ailleurs Antoine Bouvet : “Le vent était vachement en travers, un peu avec le fond. On le ressent, on perd de la longueur sur l’adversaire et c’est à ce moment là qu’il faut savoir casser le jeu pour tourner, changer de côté et prendre le vent.”

Enfin, notons les victoires de Franvillers en Première B contre Beauval, grand perdant de la journée car rentrant sans drapeau malgré 3 finales (7-2) et de Toutencourt, sur le même score, contre Englebelmer en Première A.

Morgan Chaumier

Crédit Photo :

A lire aussi <>

CYCLISME : Nouveau titre de champion de France pour Ermenault




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.