HUMEUR : Bravo les Gothiques mais…

0
452

Après plusieurs saisons ratées, les Gothiques ont retrouvé leur luxe d’antan en atteignant le top 4 en saison régulière et surtout le dernier carré en playoffs. Si l’espoir de voir Amiens à nouveau soulever le trophée est de retour au Coliseum, il ne faudrait pas que celui-ci s’envole durant une intersaison qui s’annonce déterminante.

Une saison réussie en tout point

Soyons franc, personne n’avait misé sur une aussi belle saison de l’Amiens hockey élite (AHE) en août dernier. Si le duo de coaches avait pu créer une équipe à leur image, à savoir acharnée, déterminée et équilibrée, Amiens s’avançait dans la peau d’un potentiel outsider promis à un simple accessit derrière les gros budgets et/ou cadors que sont Rouen, Bordeaux, Grenoble, Gap voire même Lyon. Finalement, les Gothiques ont su profiter des événements et forcer leur destin pour se tailler une belle place au sein du top 4 de la Ligue. Un statut que les hommes de Mario Richer ont su confirmer durant une belle campagne de playoffs ponctuée par cette élimination contre les Dragons de Rouen au stade des demi-finales. Une première depuis sept ans. Outre ces bons résultats sportifs, c’est le retour d’une réelle « identité gothique » qui a aussi fait le bonheur des spectateurs garnissant les travées du Coliseum.

Une arène, à guichets fermés durant la série contre Rouen, qui ne demandait finalement qu’à (re)vibrer avec son équipe. Pourtant, Amiens avait perdu son capitaine et meilleur pointeur avec le départ de Joël Champagne pour Grenoble. Aussi talentueux soit-il, le Canadien n’avait jamais permis aux Gothiques de réaliser une aussi belle saison. C’est finalement avec un effectif moins clinquant mais particulièrement efficace qu’Amiens s’est racheté une crédibilité au sein de la Ligue. « On a misé sur des joueurs intelligents et un bon rapport qualité-prix, rappelle Anthony Mortas, l’entraîneur adjoint des Gothiques. On n’est pas capable de se payer des gars qui ont côtoyé ou joué en NHL… Mais avec le travail, on peut aussi réduire l’écart. On l’a montré cette année. »

Une saignée à craindre ?

Cette force pourrait très bien devenir la faiblesse d’Amiens dans les prochaines semaines. Et pour cause, ces joueurs à faible coût mais à l’indéniable rendement vont forcément être sollicités par les meilleures équipes de la Ligue. D’autant qu’à part West et Narbonne, aucun joueur n’est actuellement sous contrat pour la saison prochaine. « Des équipes ont fait des offres à nos joueurs par le biais des agents. Ils savent qu’Amiens est un petit budget et les directeurs des autres équipes ont déjà commencé à venir parler à nos joueurs. Certains sont déjà partis », confiait, plein d’amertume, Mario Richer, dimanche soir. Reste à savoir qui sont ces joueurs sur le départ. Meilleur pointeur amiénois durant la saison régulière, Tommy Giroux en ferait partie. Proche de Rouen, l’été dernier, le gaucher a tapé dans l’œil de nombreuses formations désireuses de renforcer leur attaque. Mais il n’est pas le seul puisque Matima, Prissaint, Halley, Kuralt et Trabucco sont également sollicités.

La question qui se pose désormais est de savoir si les Gothiques pourront répondre à la surenchère de leurs concurrents. Au regard du budget limité à leur disposition, Mortas et Richer devront sûrement miser sur d’autres atouts. « Quand on a commencé à entraîner l’équipe, peu de joueurs voulaient venir à Amiens, se remémore le premier. Cette saison, on a eu beaucoup de joueurs français et étrangers qui nous ont appelés avant même la fin de la saison. L’image n’est pas incroyable mais elle est mieux qu’il y a quelques années. » Un avantage certain dans une Ligue en pleine transition, au sein de laquelle Amiens souhaite prendre le train en marche. « On va essayer de recruter ce qui nous manque. Cela passe d’abord par la conservation de notre base solide, avoue Mortas. On sait aussi qu’il faudra l’améliorer si on souhaite aller plus loin. »

Ou peut-être bien repartir de zéro, ou presque, si le noyau dur décide de quitter le nid durant l’intersaison. Dans un tel cas de figure, Richer et Mortas devront à nouveau réussir le tour de force de la saison précédente. Est-ce à nouveau possible ? Nul ne le sait. Seront-ils contraints d’en arriver là ? Peut-être pas. Ce qui est sûr, c’est que si les joueurs sont officiellement en vacances, depuis dimanche, les décideurs amiénois entament de leur côté une toute nouvelle saison. Celle de la prospection, des tractations et des signatures de contrat. Si le plus beau est peut-être à venir, cela nécessite un nouvel effort de tous les instants. De nouveau en appétit, le public du Coliseum espère être rassasié la saison prochaine. Le défi est lancé !

Romain PECHON

Crédits photo : Jérôme Fauquet – GazetteSports.fr 




  • LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.