WATER-POLO : pour Jérémy Stravius « C’est un plaisir supplémentaire »

0
262
CIT Dessaint

“J’ai besoin de souffler”

Reçu lundi soir au CDOS dans la Maison des Sports à Amiens dont la salle de réception portera prochainement son nom, Jérémy Stravius, toujours aussi disponible, a dans un premier temps évoqué Rio et ensuite sa nouvelle activité qui est le water-polo.
«Oui, la page de Rio est tournée et il faut penser à autre chose. Mais j’ai besoin de souffler.»
Depuis son retour de Rio, Jérémy Stravius est évidemment très sollicité. Il en profite pour souffler un peu, faire le point sur son avenir et se mettre dans la peau du poloïste. Une passion qui remonte à des années avant même qu’il ne se destine à la natation, proprement dite. « Il ne faut surtout pas que cette histoire prenne de l’ampleur.  C’est juste pour moi l’occasion de m’essayer à une nouvelle discipline.  Cela ne me prend que deux entrainements par semaine et les créneaux sont le soir .
«Donc, cela ne m’empêche  pas de m’entraîner dans la natation mais c’est pour moi un plaisir supplémentaire d’autant que dans l’équipe, mon  petit frère est présent avec Théo Fuchs . Nous  avons été très bien accueillis dans cette équipe qui était déjà constituée.

“Je voulais faire un sport collectif”

Depuis toujours,  j’ai aimé le water-polo. Je vais même vous faire une confidence : si un club avait existé à mes débuts à Escarbotin, je crois que j’aurais pratiqué le water-polo. Je garde de très bons souvenirs de cette période au cours de laquelle j’ai commencé à jouer. Je vais donc jouer au water-polo jusqu’à la fin décembre et ensuite on verra. Si je suis libre le week-end, pas de problème, j’irai jouer et durant les Interclubs, je ferai vite pour rejoindre mes équipiers.
«C’est une façon aussi de faire un petit break et de couper un peu les entrainements intensifs. Mais je ne cherche pas à jouer pour être au plus haut niveau. J’en suis très éloigné et du reste, je n‘ai pas envie.  Ce qui m’importe, c’est d’abord prendre du plaisir.
«Dans ce sport, ce qui me plaît, c’est toucher le ballon, l’esprit d’équipe, parler stratégie attaque-défense etc. Mais c’est vrai qu’il y a encore des progrès à réaliser car techniquement, nous sommes quand même justes. »
Largement battus lors de son premier match, Jérémy Stavius n’a qu’un objectif : faire en sorte que  le groupe s‘améliore. Les matches ont été filmés et seront ensuite analysés de façon à progresser et améliorer les points faibles. Nous avons aussi posé la question à Jérémy :  comment a-t-il été accueilli dans le bassin par ses adversaires ? A-t-il été menacé ?
« Ils ont essayé de m’exclure du bassin mais j’avais  été bien briefé » répond Jérémy avec le sourire. On imagine en effet que certains de ses adversaires ne goûtent pas la plaisanterie car on a vu par exemple Jérémy signer des autographes ou se faire prendre en photo. Quant à la natation, Jérémy va participer aux championnats de France petit bassin en dos et papillon afin de viser une qualification pour les championnats du monde au Canada.

« Je suis capable d’accrocher une médaille au 50 m dos ».  On le voit, Jérémy est toujours ambitieux.

Lionel HERBET




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.