FOOTBALL : Les Comores et l’Amiens SC, une certaine complicité

lagarde-et-coach-comores
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Les Comores et l’Amiens SC, une certaine complicité

Amir ABDOU le sélectionneur de l’équipe nationale des Comores était de passage ce mercredi à la Licorne  à Amiens.

En cette semaine de trêve internationale, le staff technique de l’Amiens SC a plus de temps pour recevoir des techniciens français ou étrangers, voire répondre plus longuement aux médias.

Ce mercredi matin, alors que l’ASC allait jouer en amical contre l’Amiens AC (2-0), nous avons fait la connaissance d’Amir ABDOU qui n’est autre que le sélectionneur de l’équipe des Comores.

Oh certes, il s’agit d’une petite fédération, seulement classée 159e au niveau  mondial, reconnue depuis 2005 par la FIFA.

La Fédération des Comores n’a été créée qu’en 1979.

Samir ABDOU a rencontré dans un premier temps  Olivier Lagarde, l’ami de tous et un peu plus tard, sur le bord du terrain annexe de la Licorne, Patrice Descamps, le responsable du centre de formation.
Avec les Comores, l’ASC a entretenu ces dernières saisons, des relations plutôt étroites puisque deux authentiques internationaux ont porté les couleurs amiénoises : Mohamed M’Changama  qui, malheureusement, s’était gravement blessé (rupture des ligaments croisés du genou), lors d’un match de coupe de la Ligue contre Nîmes et un an plus tard  Youssouf  Mohamed qui avait été un bon milieu de terrain offensif avant de partir ensuite  pour la Grèce où il joue toujours  aujourd’hui.
Normalement, les Comores devaient disputer cette semaine une rencontre amicale contre la Palestine à Ramallah mais le match a été annulé, pour des raisons de sécurité.« Je suis sélectionneur depuis deux ans, nous signale le sélectionneur des Comores. En France, il y a beaucoup de Comoriens qui émergent surtout dans des centres de formation, dans des clubs semi-professionnels. Certains  sont de qualité et commencent vraiment à s’émanciper.« Il faut savoir que les jeunes Comoriens sont nés en France et la plupart qui forment la sélection, sont des expatriés.« Au pays, c’est difficile même si le championnat actuel prend un peu d’ampleur. Mais faute de moyens et d’infrastructures, il n’est pas fort bien structuré.« Ce championnat comorien veut prendre son véritable élan mais il a du mal à atteindre un certain niveau. Notre Fédération est jeune mais elle  se développe.  Pour l’instant, nous en sommes à notre deuxième participation à la Coupe d’Afrique des Nations. C’est encore peu.« C’est une visite de courtoisie que je fais à l’ASC en sachant que je vais aussi rencontrer un joueur de l’Amiens AC qui lui, est international mais qui est blessé : Kamal Youssoufa ».

 

Lionel HERBET