FOOTBALL : Romain Poyet, un adjoint respectueux

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Romain Poyet, un adjoint respectueux

 « Je vis de belles expériences » a déclaré Romain Poyet qui, depuis le début de cette saison, est l’adjoint de Christophe Pélissier à l’ASC. Après le gardien Régis Gurtner, c’était en effet au tour de Romain Poyet d’être l’invité, ce dernier lundi, de notre ami Mathieu Dubrulle dans l’émission La Tribune sur France Bleu Picardie.

En l’espace d’une saison, la vie sportive de Romain a complètement changé. En effet, le brillant attaquant qu’il a été sous les couleurs de Brest, Auxerre, Clermont s’est transformé en adjoint de l’entraineur Christophe Pélissier. Ainsi, depuis le mois de juillet dernier, Romain Poyet a intégré le staff technique. Ce choix, il ne le regrette absolument pas car dit-il « Je vis de belles expériences. En outre, j’arrivais à un âge où il me fallait penser à ma reconversion sportive ».

Voilà qui a été fait… en douceur. Après 87 matches en L1 et 185 en L2, Romain Poyet qui est aussi père de famille, a donc tourné la page. Cette saison, il a même vécu une certaine expérience, celle de remplacer sur le banc Christophe Pélissier qui, cet automne, a connu une période de suspension. Cette saison, Romain Poyet est surtout à l’écoute. Il a conservé l’habitude de vouvoyer Christophe Pélissier comme c’était le cas quand il était encore joueur. « Avant tout, j’apprends mon métier mais il ne faut surtout  pas griller les étapes. »

Comment voit-il cette fin de saison ? Craint-il la pression qui pèse normalement sur la tête des joueurs ? Romain Poyet connait trop bien le football pour savoir qu’il ne faut surtout pas s’échapper en fin de saison.
« Nous avons connu deux belles séries et aujourd’hui, nous sommes dans les clous. Cela va se jouer à peu de choses. Quant à la pression, il s’agit d’une bonne pression. Maintenant, si nous montons, tout le monde sera gagnant au club.

Le plus important, je le répète, sera le mental. Regardez, à Bastia, nous n’avons pas fourni notre match le plus abouti mais nous avons démontré que nous avions des ressources. Les joueurs ont toujours de la fraîcheur mentale. Enfin, je préfère être à notre place qu’à celle d’Orléans ».

Dans notre région où la chasse aux canards est très développée, mieux vaut donc être le chasseur que le canard. Jusqu’à présent, le meilleur souvenir que garde dans un coin de sa tête Romain Poyet est celui de la montée en L1 avec Brest. Cette image pourrait début juin s’effacer et laisser la place à celle de l’accession de l’ASC en L2. Romain Poyet y croit et il n’est pas le seul.

Lionel HERBET