RUGBY : « Soit je gagne, soit j’apprends »

rca vs laon - rugby (12)
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Soissons A 18 – 12 Amiens A

« Soit je gagne, soit j’apprends »

Nelson Mandela a dit « je ne perds jamais : soit je gagne, sois j’apprends ». Nos adversaires ont appris toute la saison, aujourd’hui, enfin, c’est à notre tour.

Nous avons appris que :

  • Trop de pression peut faire manquer un début match. Nos maladresses ont permis ainsi de donner 8 points à nos adversaires. Il faudra dédramatiser au moment de la finale et ne pas oublier que nous ne faisons que « jouer au ballon ».
  • Un point fort doit être utilisé plus souvent. (uniquement 2 mauls avec pourtant 100% d’avancée).
  • Sur un match à forte opposition, ou encore dans des moments faibles, il vaut mieux structurer pour se rassurer que s’adapter pour créer (le deuxième essai soissonnais est donné sur une tentative d’adaptation dans l’urgence en touche au lieu de bien réaliser ce qui était prévu).
  • Les absents sont remplaçables en match car la victoire est proche.
  • Les absents ne sont pas remplaçables à l’entrainement pour pouvoir travailler correctement.

Il est à noter le retour gagnant en terme de performance de Thomas Happe, la montée en puissance de Cyril Bouchoucha, l’hyper activité et le combat de Romain Danhiez , la belle prestation de Xavier Sueur et la bonne réaction de Quentin Dumont après un début difficile.

Enfin, tout le club compte sur les blessés pour qu’ils soient sérieux, qu’ils se soignent méticuleusement et qu’ils reviennent le plus vite possible en forme pour cette fin de saison qui doit se terminer aussi bien qu’elle s’est déroulée depuis septembre.

Nous terminons premier du championnat mais il faut confirmer en finale.

Le Talent d’Or : Benoît Delval aurait pu le recevoir pour son sans faute en défense, sa couverture et ses relances (exceptée une) ; Cyril Bouchoucha a encore marqué et a mis beaucoup d’impact en défense mais c’est Romain Danhiez qui remporte le trophée pour ses placages, ses déblayages et ses duels offensifs.

Michael LOPATA