FOOTBALL : Teddy Bertin, une carrière exceptionnelle

Teddy Bertin interviewé par France Bleu Picardie dans l'émission "La Tribune". Futur spectateur du match Amiens SC- Strasbourg.

Teddy Bertin
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

FOOTBALL : Teddy Bertin, une carrière exceptionnelle

Un homme ira suivre vendredi le match Amiens SC – Strasbourg avec une certaine émotion. Teddy Bertin, formé à l’Amiens SC, club dans lequel il est revenu il y a deux ans et Strasbourg, là où en mai 2001 , il a remporté la finale de la Coupe de France contre Amiens.

Amiens et Strasbourg ont été chers à l’enfant de la vallée de la Nièvre mais sa véritable carrière a démarré à l’ASC.

Interview à France Bleu Picardie:

Lundi soir, Mathieu Dubrulle a invité Teddy Bertin pour son émission hebdomadaire « La Tribune » sur France Bleu Picardie. Habituellement, Teddy Bertin n’aime guère s’exprimer devant un micro mais cette fois-ci, il est paru à son aise.

On site deux nombres : 322 matches disputés en Ligue 1 et 187 en Ligue 2. Une carrière qu’on peut qualifier de remarquable et qui à notre avis en Picardie, peu de joueurs peuvent se targuer d’avoir une telle carte de visite.

«J’ai eu aussi la chance de n’être jamais blessé» indique Teddy qui a notamment joué à Marseille, Le Havre et Strasbourg.

En mai 2001, le Stade de France accueille une finale de coupe de France tout à fait originale. D’un côté, Strasbourg qui va descendre de Ligue 1 à Ligue 2 et de l’autre l’ASC, entraîné par Denis Troch qui passera du National à la Ligue 2. Cette finale est serrée, 0-0 à la fin de 120 minutes éprouvantes pour les nerfs. Ne revenons pas sur le but raté de Rivenet.
Dans la série de tirs au but qui verra Strasbourg s’imposer d’extrême justesse, Teddy Bertin alors capitaine, marque et fait un geste rageur. Un geste qui sera mal perçu par les supporters amiénois qui lui en voudront longtemps. Il sera sifflé, voire insulté à chaque fois qu’il ira jouer à la Licorne avec Strasbourg et Châteauroux. Mais Teddy Bertin n’oubliera jamais son club de cœur !

« Je venais de Flixecourt. C’est à l’ASC que tout a vraiment commencé ».

D’abord avec ce superbe parcours dans le challenge Gambardella en 1987 (demi-finale) sous les directive de Robert Buchot et ensuite en franchissant coup sur coup deux divisions qui mènent l’ASC de D4 en D2 avec Hugues Jullien.
Courtisé par des clubs plus importants, Teddy Bertin part pour le Havre entraîné par Pierre Mankowski et dont l’adjoint Joël Beaujouan qui venait juste de quitter l’ASC.
« Amiens reste aujourd’hui mon club de cœur » précise Teddy Bertin qui va donc évoluer dans deux grands clubs français en ayant toutefois le regret de n’avoir pu tenter sa chance à l’étranger.

« J’ai failli partir à Sunderland en Angleterre et le Werner de Brême en Allemagne».

A Strasbourg, il côtoie Olivier Echouafni qui ne sera pas étranger plus tard, à sa venue à l’ASC mais cette fois en tant qu’éducateur. «J’avais en effet passé mes diplômes et j’ai eu la chance qu’Olivier vienne à l’ASC. Je suis donc devenu l’entraineur des U 19. « Je me sens bien avec les jeunes même si je note que parfois ils ont tendance à croire que c’est arrivé. J’aimerais faire un bon parcours en Gambardella mais honnêtement, j’aimerais franchir un palier».

On a évidemment évoqué le match de vendredi. Teddy est convaincu que les joueurs vont «Disputer une sorte de match référence. Certes, la défaite contre Epinal est anormale mais ce n’est jamais facile de jouer le dernier. J’ai confiance car il y a de la qualité dans cette équipe».
Teddy Bertin en est d’autant plus persuadé qu’il se trouvait sur le banc aux Herbiers, synonyme de victoire.

«Je suis persuadé que ce sera un gros match».

Vendredi, Teddy Bertin sera 100% Amiénois. «L’ASC c’est mon club de toujours» conclut Teddy Bertin qui estime «éprouvé un sentiment de fierté au terme de sa carrière de joueur marquée par une belle longévité».

Lionel HERBET