Un coup du sort a eu raison des hommes de Christophe Pelissier, contraints à rendre les armes devant Caen…

Tel un sentiment de déjà vu… Le nez déjà dans la pelouse du Stade Malherbe de Caen l’an passé, l’Amiens SC a connu semblable mésaventure hier (1-0) Trébuchant au terme d’un duel de mal classés où il paie – par la même occasion – un lourd tribu. Ainsi, Eddy Gnahoré était convié à quitter ce gazon (maudit) peu après l’heure de jeu. Au moment même où les siens couraient après … le score.

« La rencontre a basculé sur un fait de jeu, suite à ce penalty – une faute de main de El Hajjam –  que nous concédons juste avant la pause » pestait Christophe Pelissier. Regrettant les « trop nombreuses erreurs techniques » qui avaient précédées cette ouverture du score. « Notre première mi-temps n’a pas été bonne, la seconde s’est révélée bien meilleure. Nous avons alors posé le pied sur le ballon. La sanction à l’encontre d’Eddy (Gnahoré) ne nous a cependant pas facilité la tâche. J’envisageais un apport offensif mais j’ai dû revoir ma copie » précisait l’entraîneur amiénois. Lequel attirait aussi l’attention sur l’actuelle difficulté à composer l’équipe : « Avec les blessures et les suspensions, les variantes sont restreintes. C’est dommage… Nous savions que les Caennais pêcheraient dans la précision en fin de rencontre. Malheureusement nous n’avons pas su en profiter. » argumentait-il. Avant qu’il ne souligne la débauche d’énergie que son groupe avait consenti durant cette semaine marathon. Sans pour autant vouloir se réfugier derrière…

Des regrets…

Bodmer a tenté de relancer l’Amiens SC

En Normandie, l’Amiens SC avait donc décidé de faire le « dos rond » Bien recroquevillés devant Régis Gurtner, les représentants Hauts de France laissaient donc (volontairement) la maîtrise du cuir à son hôte. Choix tactique qui s’avérait alors cohérent face à une troupe caennaise qui n’apparaissait pas très entreprenante. Suffisamment toutefois pour trouver la faille… nous direz-vous !

Venu prêter main forte, Bodmer apportait sa justesse technique lors d’un débat au scénario mal défini. Qui semblait vouloir laisser place à l’improvisation, où les « premiers rôles » tardaient à être distribués. Bourreau amiénois, Ninga affichait la volonté de se l’approprier mais confondait vitesse et précipitation (79e)… Konaté lui emboîté le pas mais échouait quant à lui dans son face à face avec Samba (85e) L’Amiens SC venait (peut-être) de laisser passer sa chance même si Gurtner devait s’illustrer dans la foulée…

Un dernier rempart qui demeurait lucide : « Nous étions conscients que ce duel serait compliqué, bien plus que celui du Stade Rennais. Il est dommage d’égarer des points ici. Je reste persuadé que nous aurions pu espérer mieux » analysait-il. Evoquant un coup d’arrêt pour une formation qui se veut en courant alternatif depuis les trois coups d’ouverture de ce championnat. Une troupe qui entend se racheter en fin de semaine face à Dijon. « Le maintien passera par de probants résultats à domicile. Il nous faudra aussi faire des coups à l’extérieur. Tirer les enseignements de notre succès contre le Stade Rennais, confrontation que l’on pourrait résolument considérer comme match de référence, est important » A méditer.

  • Prochaine journée : L’Amiens SC (16e) accueille Dijon FCO (12e) au stade de la Licorne à 20 heures.

Fabrice Biniek

Crédit photos : Léandre Leber – Gazettesports




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.