On pourrait s’attarder sur le constat qu’il s’agit là de la troisième défaite de l’AMVB dans ces playoffs. On pourrait se concentrer sur le fait que l’Amiens MVB débute la phase retour par un échec. Aussi, on pourrait insister en disant que la dernière victoire des Aigles remonte au 17 mars. Enfin, on pourrait aussi pointer du doigt qu’il y a quinze jours, les hommes d’Ali Nouaour perdaient déjà 3 à 2 contre Fréjus, au Coliseum. Mais focalisons-nous sur autre chose.

Se concentrer sur le point pris

La rencontre entre l’AMVB et Martigues match fut aussi serrée que les ambitions des deux clubs sont éloignées, cette saison. Le coach de l’Amiens MVB nous le confirme tout en félicitant la prestation de son groupe. Groupe qui empoche deux points en quinze jours contre des équipes qui ne jouent pas le même championnat que lui et qui ne pensaient pas avoir à débattre autant face à lui.

Ali Nouaour, quel match !

On avait envie de revanche

Il a malheureusement pas manqué grand chose. C’est quand même une équipe qui était monté pour jouer en ligue B, l’année prochaine. On avait envie de revanche. Au match aller, on s’était déplacé dans des conditions un peu compliquées avec une blessure à l’échauffement de Romain (nldr : LEMERE), il a fallu tout changer au dernier moment. On avait perdu 3 à 1 mais les sets étaient un petit peu durs à avaler. Je leur ai dit de jouer ensemble, qu’on se fasse plaisir, que c’était eux qui étaient venus chercher des points et qui jouaient en pression. Et puis ça a pris ! Même dans les sets qu’ils gagnent, ce sont des sets qu’ils gagnent très, très serrés. Je pense qu’on les a fait réellement douter. Quand l’entraîneur m’a serré la main, il était un petit peu étonné. Il m’a dit : « Ça n’était pas la même équipe qu’on a vue au match aller ». On continue à jouer notre rôle d’arbitre ! On le jouera jusqu’au bout.

Que vous a-t-il manqué pour remporter cet épatant duel ?

On a ce petit passage à vide qui nous coûte cher

Il a juste manqué ce petit truc de fin de set où quand il faut rester concentré, on a ce petit passage à vide qui nous coûte cher parce que dans le tie-break on est à 9-6 et on ne le fait pas. On a tendance à s’énerver et eux, derrière, c’est calme. Malgré tout, c’était une très belle prestation. Un beau 3 à 2, à la maison. J’aurais évidemment récupéré deux points. On n’en récupère qu’un mais c’est déjà franchement pas mal !

Qu’implique une prestation comme la vôtre, ce soir, face à un « monstre » comme Martigues ?

Une certaine fierté d’avoir accroché une équipe de ligue B

Beaucoup d’investissements. Ça s’est joué aussi physiquement et mentalement. À un moment donné, on a vu les joueurs un peu fatigués. Je demande à Pavel de revenir sur un service flotté pour les perturber, ce qui a marché dans le premier set. J’aurais peut-être dû tenter la même chose là, parce qu’on voit qu’il n’appuie pas son service dans le tie-break. Il a tendance à redonner la balle et face à une équipe comme celle-ci, ça ne pardonne pas. On est mené 14-12 mais on peut toujours revenir, on l’a déjà fait. Mais on manque de lucidité et malheureusement avec le très beau match qu’il fait il met le ballon dans le filet. Il y a de la frustration, de la colère, de la fatigue. Mais dans l’ensemble, il y a une certaine satisfaction et une certaine fierté d’avoir accroché une équipe de ligue B.

Effectivement, vous avez de quoi être fier de votre équipe, non ?

Je leur tire mon coup de chapeau

Oui ! On rappelle encore les choses mais on progresse chaque année, on continue à progresser avec de belles prestations en championnat playoffs. Je pense aussi qu’il y avait un public qui avait encore répondu présent face à une concurrence sévère avec le football et compagnie car il y avait de gros matches, ce week-end. J’étais content qu’il y ait du monde, content d’offrir une belle prestation. Je leur avais dit que je ne voulais pas qu’ils jouent comme il y a quinze jours face à Fréjus où, au bout de deux sets, on s’était réveillé et où on avait failli prendre une valise 3-0 avant de faire preuve de caractère. Il fallait en faire preuve dès le début, chose qu’on a faite et je leur tire mon coup de chapeau. Cette semaine, j’étais un petit peu malade et Pat’ (ndlr : Jean-Patrice Ndaki Mboulet) et il l’a bien fait. Les joueurs ont bien respecté le plan de jeu. Les choses se sont plutôt bien passées, il nous manque ce petit truc pour passer au-dessus et être capables de gagner contre des équipes comme Illac où Martigues, qu’on a ce soir accroché mais pas gagné.

Ce soir, vous avez fait jouer Joseph Hervé Kofane Boyomo qui était déjà sur la feuille de match à Coubertin. Êtes-vous satisfait de son match ?

Très content. Il rentre, il fait une belle prestation, il a très une bonne présence au bloc. Il nous a fait beaucoup de bien sur des services difficiles à contrôler. Évoluant en N3, il était là pour donner un coup de main à l’équipe première. Vu que la N3 ne joue pas demain, j’en ai profité et je suis satisfait.

Propos recueillis par Camille MARSIGLIA

Crédit photo : Reynald Valleron – GazetteSports

Amiens MVB – Martigues Volley-Ball : 2-3 (27-29, 25-23, 20-25, 25-16, 12-15)

Samedi 7 avril, 20h, Coliseum

Arbitres : Stéphane GREMILLON, Félix HO

Amiens MVB : Quadrone, Mbutngam, Krizanovic, Al Jaf, Kofane, Hachemi, Ndaki Mboulet, Carrat, Mocanu, Gendron, Lemere, Valdenaire

Entraîneur : Ali Nouaour

À lire aussi >>

VOLLEY-BALL : L’AMVB a malgré tout de quoi être fier




  • Laisser un commentaire