Evidemment déçu de la tournure des évènements face à Caen, l’entraîneur-joueur des Ecureuils est revenu sur la frustration d’un match qui a officiellement relégué son équipe à l’étage inférieur.

Comment on se sent après un tel match ?

Un peu frustré, comme toute l’année ! On a fait un bon match, on était présents avec de l’intensité et un bon début de match. Derrière ça a été un chassé-croisé avec des moments-clés pour les deux équipes. En face c’était quand même une grosse équipe, et pendant le match ils ont su que Grenoble avait perdu à Villeneuve, donc s’ils nous battaient, ils passaient devant Grenoble et recevaient plus de matches en playoffs. Donc ils étaient à fond et ont joué jusqu’au bout pour la victoire. On n’a pas lâché et joué jusqu’au bout, et il n’y a pas de regrets à avoir puisque Bordeaux et Villeneuve ont gagné. Mais c’est clairement frustrant parce que quand on fait des matches comme ce soir (ndlr, hier), on se demande pourquoi on n’a pas joué comme ça toute l’année. Ce n’est que dos au mur et à deux journées de la fin que l’on a rivalisé avec une équipe qui a trois champions du Monde juniors, trois champions du Monde séniors et le coach national sur le banc… Mais voilà, on n’a pas fait le travail cette année.

Et contre Caen, ça ne se joue à pas grand-chose…

Clairement, oui ! Le gros tournant c’est le quatre contre deux. On est très bien à ce moment. On perd de deux buts à la mi-temps, mais on en met trois, on repasse devant, on est très bien et sur une action on prend deux pénalités de suite… Et ça fait mal. Derrière on a un peu baissé, et ils parviennent à prendre deux buts d’avance. On a essayé de remettre un coup derrière… C’était déjà bien de revenir une fois de deux buts de retard, mais deux fois dans le match c’était compliqué.

Est-ce qu’il y avait un peu de tension ?

Dans notre équipe ? Absolument pas. On s’est battus avec nos armes, en équipe et solidaires. Je suis fier de tout le monde sur ce match. On n’a rien lâché. Il y a eu de la tension avec les arbitres parce qu’il y a des décisions en deuxième période qui sont un peu discutables…

Surtout sur le quatre contre deux…

C’est ça. On ne comprend pas pourquoi Clément (Crignier) prend une deuxième pénalité. Il ne va pas faire exprès d’aller sur le gardien à ce moment du match. On est devant, et aller prendre une pénalité aussi stupide dans un match aussi important… Ils mettent une prison un peu tiré par les cheveux et derrière il y a des accrocher et d’autres fautes assez flagrantes des deux côtés qui ne sont pas signalées. Ca manquait un peu de cohérence.

Vous vous faîtes rejoindre un peu vite en début de match…

Oui mener 2-0 et 3-1 après trois minutes, c’est sûr que ce n’était pas le début de match prévu. Mais de toute façon, on savait que même en faisant un bon début de match que l’on ne gagnerait pas 7-3 tranquillement. C’était quand même un gros morceau en face, ils sont quand même quatrièmes, et ont battu les grosses équipes comme Rethel. On savait que ça se jouerait sur des détails et ça a été le cas ce soir.

Comment aborder cette dernière rencontre à Grenoble ?

C’est compliqué, je ne sais pas du tout. On va voir comment ça se passe à l’entraînement pendant les deux semaines. C’est la première fois que l’on va vivre cette situation. On va essayer de prendre du plaisir, jouer ce dernier match et finir la saison comme il faut.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Crédits Photo : Reynald Valleron – Gazette Sports

ROLLER-HOCKEY : Les Ecureuils battus et relégués




  • Laisser un commentaire