Invaincu sur ses cinq derniers matches de championnat, l’Amiens SC aborde une rencontre en apparence à sa portée mais plus difficile qu’il n’y paraît face à la lanterne rouge, le FC Metz. Et pour cause, la formation lorraine affiche de meilleures dispositions depuis l’arrivée à la tête du club de Frédéric Hantz. Attention, danger !

Metz est en convalescence

Une victoire et un nul après treize journées de championnat, le bilan comptable du FC Metz est particulièrement inquiétant à ce stade de la saison. Avec dix points de retard sur le premier non-relégable, le club présidé par Bertrand Serin est bien mal en point mais pas encore condamné selon Christophe Pelissier : « Franchement, pour avoir vu la performance Metz contre Lille, je ne pense pas qu’ils sont condamnés. Il peut y avoir 2 ou 3-0 à la mi-temps pour Metz, sans qu’il n’y ait rien à redire. Le gardien de Lille fait alors trois parades exceptionnelles. Sur les vingt premières minutes contre Toulouse, on ne voit pas quelle équipe est dernière au classement. Au regard de leur qualité d’abnégation et dans le jeu, ils pouvaient même tuer le match. On sait que ce sera un match difficile. »

Si on peut légitimement éprouver quelques doutes au sujet des chances de maintien du FC Metz, Christophe Pelissier a raison de se méfier du sursaut d’orgueil d’une équipe à la recherche de sa première victoire en championnat depuis plus de deux mois. « Ils ont mangé leur pain noir au début du championnat. Au regard de leur effectif, composé de joueurs d’expérience et aguerris à la Ligue 1, ils vont fondamentalement monter leur niveau », analyse l’entraîneur amiénois. Avant de recevoir Marseille, mardi prochain, les Lorrains ont surtout tout intérêt à prendre des points et ainsi ne pas laisser filer un concurrent direct au maintien. Encore en convalescence et privé de Fallou Diagne, expulsé à Toulouse, Metz doit surtout s’atteler à éteindre l’incendie qui couve en Moselle.

Lutter contre toute forme de suffisance

En pleine euphorie après son nul contre Monaco (1-1) et sa victoire lors du match en retard face à Lille (3-0), l’Amiens SC aborde ainsi cette rencontre dans des dispositions mentales diamétralement opposées. Avec quinze points au tiers de la saison, l’Amiens SC est, jusqu’ici, parfaitement dans les clous du maintien. Cependant, une contre-performance à Metz pourrait bien annihiler la bonne série entamée début octobre. « On sait, de toute façon, que nous n’avons aucune marge. Le jour où nous ne sommes pas à 100% dans l’investissement ou physiquement, on sera en difficulté dans ce championnat, reconnaît Christophe Pelissier. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas avoir de vision de match en match et uniquement à la lecture des résultats. Il faut savoir voir plus loin, qu’importe le nombre de points à l’heure actuelle, on sait que cela ne suffira pas pour se maintenir. »

Et bien que ce genre de match soit moins clinquant qu’un choc contre Monaco ou encore la réception de Lille, le maintien passe également par le FC Metz et son stade Saint-Symphorien. « C’est une équipe à ne pas sous-estimer et à respecter. Il ne faut pas oublier que c’est un concurrent direct, au même titre que Strasbourg et Dijon, rappelle Prince Gouano. C’est donc le genre de confrontation où il faut ramener les trois points. » Pour cela, il faudra lutter contre toute forme de suffisance et mobiliser les ingrédients à l’origine de la bonne période amiénoise. « Nous attendons encore la stratégie choisie par le coach mais il va falloir mettre la pression d’entrée, souffle le défenseur central. Je pense qu’il faut aborder le match en mettant beaucoup d’agressivité car c’est notre force. Il est certain que nous allons aborder ce match de façon déterminée car il n’y a rien de pire que de prendre un adversaire à la légère. Nous avons aussi été dans la position de Metz. »

En attendant de savoir s’il pourra compter sur Prince Gouano, Thomas Monconduit et Bongani Zungu, tous incertains avant l’ultime entraînement, nul doute que Christophe Pelissier a bien fait passer ce message à ses joueurs. Exigeante, la Ligue 1 ne pardonnera effectivement aucun écart de route. Et bien que les Amiénois aient déjà accompli de grande chose, ils leur restent le plus dur à faire : tenir la distance et confirmer à chaque sortie. En ce sens, le déplacement à Metz s’annonce déterminant et très certainement riche en enseignements.

Romain PECHON (avec L.H)

Crédits photo : Leandre Leber – GazetteSports.fr

FC Metz – Amiens SC

14ème journée de Ligue 1

Samedi 25 novembre, 20 heures

Stade Saint-Symphorien

Arbitre : M. Gautier

FC Metz : Didillon – Rivierez, Bisevac (c.), Niakhaté, Assou-Ekotto – Cohade, Cafu, Mollet – Dossevi, Roux, Nguette.

Remplaçants : Kawashima (g.), Balliu, Wollscheid, Basin, Poblette, Philipps, Rivière, Niane.

Absents : Diagne (suspendu) ; Palmieri (reprise) ; Jouffre, Jallow, Efouba, Ayissi, Udol (blessés) ; Beunardeau, Fernandez, Thill (choix de l’entraîneur).

Entraîneur : Frédéric Hantz

Amiens SC : Gurtner – Cissokho, Gouano, Adenon, Avelar – Zungu, Monconduit (c.) – Gakpé (ou Cornette), Kakuta, Manzala – Konaté.

Remplaçants : (à choisir parmi) Bouet (g.), El Hajjam, Dibassy, Ngosso, Ielsch, Bourgaud, Cornette (ou Gakpé), Traoré.

Absents : Bodmer, Charrier, Fofana (blessés) ; Adiceam (g.), Banaziak (g.), Baradji, Dompé, Gope-Fenepej, Koïta, Labeau, Nathan, Talal (choix de l’entraîneur).

Entraîneur : Christophe Pelissier

A lire aussi >>

FOOTBALL : Quand concurrence rime avec performance

Rédacteur football.
Vous suivrez avec moi toute l’actualité de l’Amiens SC au plus près de l’équipe pour sa première saison en L1.

Laisser un commentaire