FOOTBALL – Moussa Konaté : « On ne peut pas se permettre de se relâcher »

Alors qu’il aurait pu ouvrir le score peu après la demi-heure de jeu face à l’Olympique de Marseille (0-2), Moussa Konaté n’a pu que constater les dégâts à l’issue du premier quart d’heure de la seconde période, au cours duquel Amiens a encaissé deux buts, dimanche dernier. L’international sénégalais est conscient que ce genre de passage à vide se payera à nouveau cash dans le futur. Il espère donc une réaction contre Caen, samedi.     

Plusieurs jours après le match contre Marseille, quel est votre sentiment à la suite de cette défaite ?

C’était un match décevant mais cela ne doit pas nous empêcher d’avancer et de continuer notre travail. C’est vrai qui si on avait marqué en première période, le match aurait pris une autre tournure. Cela n’a pas été le cas. En deuxième période, nous avons mal débuté et les Marseillais en ont profité pour prendre le dessus. L’expérience de l’OM a fait la différence. Amiens doit progresser, se montrer plus mature et concentré. On a tendance à souvent se relâcher, cela ne doit pas arriver.

Comment expliquez-vous ces sautes de concentration ?

On manque avant tout d’expérience. Il faut que l’on arrive à mieux gérer les matches pendant 90 voire 95 minutes. Je ne suis pas trop surpris, Amiens vient de monter, cela doit permettre au club de grandir. En Ligue 1, on ne peut pas se permettre de se relâcher même une seule minute. Il faut continuer à travailler sur l’engagement l’envie et la détermination, ce sont nos qualités. Or, depuis le match contre Strasbourg, nous sommes souvent en difficulté en début de seconde période.

Ressentez-vous ces temps faibles sur le terrain ? Comment se matérialisent-ils selon vous ?

Oui, ce sont les moments où nous faisons bloc bas. Nous avons tendance à reculer, cela a tendance à nous faire mal. Il faut vraiment continuer à avancer, ne pas relâcher la pression que l’on met sur l’équipe adverse.

Est-il nécessaire de faire un échauffement supplémentaire à la mi-temps ?

Je ne sais pas si c’est nécessaire mais si l’entraîneur a l’idée de le faire, j’en suis favorable. Il est conscient que nous avons des difficultés en début de seconde période. C’est aux joueurs de prendre conscience qu’il faut bien entrer dans nos périodes. En tant que joueur, je serai à l’écoute des choix du coach.

Propos recueillis par Romain PECHON

FOOTBALL : Amiens, si près mais finalement si loin




  • Laisser un commentaire