INSTITUTION : Claude Fauquet : « En France, on a du mal à travailler la main dans la main »

Après l’assemblée générale de l’Académie des entraîneurs picards, le CROS organisait une conférence basée sur le thème « Sport et Entreprises » dans le cadre de la Foire Exposition d’Amiens.

La question était la suivante : Comment faciliter l’employabilité des sportifs de haut niveau par les entreprises pendant et après leur carrière ? Il s’agit de protéger les sportifs de haut niveau et il faut bien convenir, qu’en France et plus particulièrement en Picardie, même si on progresse régulièrement, on est en retard par rapport à d’autres nations. Il faut savoir que dans certains pays étrangers, les sportifs de haut niveau sont accueillis à bras ouverts par les entreprises.

L’exemple de l’athlète de l’Entente Oise Athlétisme Maëva Contion est frappant. Ne pouvant se déplacer à Amiens, elle a envoyé une vidéo qui est claire : Maeva recherche un emploi et elle a fait clairement une offre de service. Il existe des cas intéressants comme celui de la cavalière Nathalie Bizet qui, très tôt, a intégré professionnellement la SNCF. Celle-ci lui octroie des congés lorsqu’elle participe à une compétition importante. Ont donné leur opinion personnelle, le jeune pentathlète Christopher Patte du club de Noyon et le hockeyeur sur glace Vincent Bachet.

Un autre pentathlète, Simon Casse de Noyon qui prépare les Jeux de Tokyo, aimerait devenir journaliste. Il a bénéficié durant un an d’un contrat d’image au Crédit Agricole. De l’avis unanime, le sportif employé dans une entreprise apporte à celle-ci « le dynamisme ». Quant au sportif qui n’ignore pas que tout peut s’arrêter du jour au lendemain, ce contrat « lui permet de préparer l’avenir et lui amène la sérénité. C’est une expérience enrichissante ».

Selon le président du CROS Claude Fauquet : « il y a un échange de compétence entre l’athlète et l’entreprise. C’est un équilibre qui s‘installe entre ces deux notions ». Parmi les intervenants, Anne Pinon, vice-présidente du Conseil régional des Hauts-de-France, a présenté son projet sur les clubs d’Entreprises de la région. « Nous sommes en pleine construction, a-t-elle déclaré. Il y aura une charte pour créer un club d’Entreprises et nous devons recenser celles qui seront susceptibles d’accueillir les sportifs de haut niveau. Nous pensons qu’une cinquantaine d’athlètes pourraient être accompagnés. Nous sommes comme une sorte de passerelle entre le monde économique et le monde sportif ».

En quelque sorte, il faut que le Sport s’insère dans l’Entreprise. La conclusion était pour Claude Fauquet qui a rappelé « qu’on ne devient jamais un champion seul sans être accompagné ». Le président a également répété qu’il était indispensable « de travailler la main dans la main, que nous avons un mal fou à nous coordonner mais que notre région possède un extraordinaire potentiel ».

Lionel HERBET

CYCLISME : Francis Van Londersele change de fonction

 




  • Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.