Actu

VOLLEY-BALL : Le nouvel entraîneur de l’ALMVB se confie

on

Le nouvel entraîneur de l’ALMVB se confie

A l’issue de cette saison 2015-2016, qui s’est conclue aux portes de la Ligue A pour les joueuses de l’ALMVB, l’entraineur Sébastien Martin donne le relais à Clément Bevilacqua, ancien entraîneur-adjoint, pour continuer l’aventure en 2016-2017. Entraîneur-adjoint depuis déjà 5 ans, celui-ci nous exprime son ressenti sur son nouveau poste.

Clément, nous voudrions en savoir un peu plus sur vous. Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

J’ai débuté le volley-ball dans la région parisienne en Seine-et-Marne (77). J’ai très rapidement apprécié entraîner avec d’abord les jeunes du club de Melun, puis des équipes de niveau Régionale 1 et ensuite des séniors féminines. A cette époque, je connaissais déjà l’ancien entraîneur, Sébastien Martin, également originaire du 77. Par la suite, je suis venu sur Amiens pour suivre mes études de STAPS et rejoindre ma compagne. Des études qui ont débouché sur une maîtrise en entrainement.

Comment voyez-vous l’entrainement chez les féminines ?

En tant qu’entraineur, j’ai directement aimé travailler avec des filles. C’est un entrainement très différent, il faut être à la fois autoritaire et franc ! Elles ne lâchent rien, rien du tout… Que ce soit sur le terrain ou bien physiquement lors des séances de musculation… C’est vraiment une façon de faire qui m’attire car on peut aller encore plus loin.
Le sport féminin est aussi très spectaculaire. Les joueuses ont des facultés de souplesse qui sont plus importantes donc elles iront chercher plus loin le ballon.  C’est plus « filou », elles vont avoir des petites gestuelles très esthétiques. Ceci est dû à leur déficit en puissance. Je pourrais parler de cela dans pratiquement tous les sports.

Avez-vous fait une carrière sportive ?

J’ai joué en N3, en N2 à l’AMVB et l’ALMVB. Egalement à Beauvais où j’ai eu encore plus l’envie d’entrainer car j’ai rencontré mon coach Didier Marion qui m’a poussé à passer mes diplômes d’entraineur. C’est l’une des personnes qui m’ont conforté dans le choix de devenir entraineur.

Comment avez-vous succédé à Sébastien ?

C’était un peu dans l’air du temps, je suis l’adjoint de Sébastien depuis 5 ans et il a toujours eu en tête de me former pour prendre sa place. Là, c’était le moment car il s’est dirigé vers le rôle de manager général et il a estimé que j’étais prêt à assumer ce rôle. De mon côté, j’ai voulu prendre mon temps pour répondre à cette offre après en avoir bien parlé avec lui. Il m’a dit qu’il continuerait à m’aider. J’ai beaucoup apprécié cette passation de poste.

Quelles sont les différences entre un adjoint et un entraineur ?

Dans la vie de tous les jours cela ne change pas énormément. Précédemment, j’assistais à tous les entrainements et j’avais beaucoup d’autonomie à faire les entrainements avec les joueuses. Mais pendant les matchs, c’est Sébastien qui avait le rôle « ingrat ». Parce que c’est lui qui devait par exemple être interviewé, expliquer pourquoi l’une des joueuses ne pouvait pas jouer…Cela sera donc nouveau pour moi. Mais je vais m’inspirer du travail de Sébastien.

Quel est votre projet en tant que nouvel entraineur ?

Pour moi, l’important c’est de partager tous ensemble, car si une fille ne se plonge pas dans le projet collectif ce sera difficile de faire ressortir ses capacités individuelles. J’ai vraiment envie qu’on se dise : « ça, c’est une équipe ». Mon projet est de faire ressortir les capacités individuelles de chaque joueuse dans le collectif, et de poursuivre la formation des joueuses.

Que représente ce poste pour vous ?

Une suite logique car j’ai été joueur puis entraîneur-adjoint et ensuite entraîneur. C’est dans la continuité du projet du club.

Comment faites-vous pour tout lier, votre poste d’enseignant, votre vie de famille et désormais votre statut d’entraineur ?

Même si mon temps de présence sur les entraînements restera identique, le temps de préparation sera, lui, plus élevé. La planification des entraînements est déjà faite, le reste sera des petits réglages. Je vais devoir travailler en collaboration avec tout le staff dont le préparateur physique Olivier DEVAUX, l’entraineur-adjoint et joueuse Maria-Angeles Martin Diaz. Avec les horaires de mon poste d’enseignant, je commence tôt le matin et finis tôt l’après-midi. Ce qui me permet de pouvoir entraîner. J’ai également la chance d’avoir une famille  intégrée dans le monde du Volley-Ball. Ma femme, Julie Cadart, joue en N3 à l’ALMVB et est professeur de sport au SUAPS de l’UPJV. Mes deux enfants pratiquent le Volley et me suivent partout.

Quels sont les objectifs pour la saison 2016-2017 ?

Evidement, la ligue A. L’objectif c’est d’aller le plus haut possible, de gagner le plus de match possible : donc de gagner !

Comment se passe le recrutement ?

7 à 8 joueuses vont rester, nous recherchons 3 à 4 joueuses pour nous rejoindre, mais le recrutement est compliqué car il y a les Jeux Olympiques et la Ligue européenne de Volley-Ball. Nous regardons beaucoup de vidéos des joueuses qui nous intéressent, et nous discutons avec leur entraineur. La réputation de la joueuse fera que nous serons intéressés par elle. Dernièrement, nous avons recruté la brésilienne Jaline Prado de Oliveira, une joueuse très expérimentée qui occupera le poste de « pointue » (A découvrir à travers notre article de cette semaine).

Le recrutement est une période assez charnière. Heureusement, nous avons un bon groupe avec une base solide. Nous gardons les deux passeuses, trois centrales, la capitaine, la libero, l’ailière. Le recrutement suivra son cours jusqu’à la reprise de la saison (1er octobre).

Comment allez-vous atteindre l’objectif de cette saison : la Ligue A ?

C’est assez compliqué de se projeter là-dessus. Ce qui n’a pas fonctionné cette année fonctionnera peut être la saison prochaine et inversement…  Cela dépendra de la qualité de nos adversaires. Vais-je être à la hauteur ? Est-ce que les filles seront à la hauteur ? Comme je l’ai dit précédemment, il faudra réussir à sortir un groupe par rapport à des individualités.

Merci à Clément d’avoir répondu à nos questions. Nous vous souhaitons de vivre une belle aventure dans ce nouveau poste. L’équipe reprendra l’entrainement le 21 août, pour 6 semaines de préparation.

Propos recueillis par Flora Bove




  • [pro_ad_display_adzone id="32713"]

    About Leandre Leber

      Recommended for you