BOXE : Duhaupas quitte la Picardie…

johann duhaupas-talent du sport 2015 0002 - leandre leber-gazettesports
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Johann Duhaupas quitte la Picardie et devient… Monégasque

A l’instar du football et même d’autres disciplines, un sportif et qui plus est, un champion est amené parfois, à changer d’air.  Il n’en garde pas moins sa nationalité. Ainsi, tel joueur d’un grand club européen, est-il logiquement amené à défendre les couleurs de la France par exemple en juin prochain, a l’Euro.

Il en va de même pour la boxe même si le phénomène est plus rare.

Nous  avons ainsi appris que notre grand champion poids lourd Johann Duhaupas qui va remonter sur le ring début février à Monaco, vient de signer officiellement une licence à la Fédération Monégasque de boxe. Dans le communiqué, l‘ASM est fière d’accueillir son premier boxeur professionnel de l’année.
En septembre dernier, Duhaupas avait livré un combat héroïque face à l’Américain Deontay Wilder. Ce dernier avait souffert avant de l’emporter par arrêt de l’arbitre au 11e round. La rentrée de Duhaupas est évidemment importante surtout que cette année risque d’être décisive.

A Monaco, l’enfant d’Abbeville va se mesurer à un pugiliste brésilien très expérimenté, sensiblement du même âge : Marcelo Nascimento.Ce dernier reste sur une défaite aux points face à Derek Chisora. Il semble que la décision de Duhaupas de quitter notre région à laquelle il reste profondément attaché, mais aussi la France pour boxer sous licence monégasque, est la conséquence de tous les problèmes et les difficultés qu’il a rencontrés ces derniers temps, ne serait-ce que l’opposition qui existait entre d’une part, la municipalité d’Abbeville et l’employeur et principal sponsor du champion. Des problèmes qui, à la longue, ont sapé le moral de Duhaupas. Ce dernier a fait un choix, un bon choix même et nul doute que sont  terminées  les promesses qu’on a pu lui faire ces derniers temps.

Des promesses qui sont restées lettre morte et n’ont jamais été tenues. Visiblement, la Picardie ne pouvait rivaliser avec la Principauté de Monaco.

Lionel HERBET