HOCKEY-SUR-GLACE : Les Goth’s Squad lancent une vente aux enchères

0
132

Soutien indéfectible des Gothiques et animateur permanent des tribunes, le kop des Goth’s Squad lance une vente aux enchères de ses drapeaux à l’effigie des joueurs. Sophie Collion, secrétaire du kop, nous parle de cette vente et de la première année d’existence de ce groupe de supporters.

Sophie, d’où vous est venue l’idée de faire ces drapeaux ?

Nous avons voulu créer des drapeaux à l’effigie des joueurs, pour s’inscrire dans la continuité du drapeau de Bault, qui avait été réalisé par Amiens Fans (ndlr : le précédent Kop). On trouvait l’idée très bonne pour Bercy, pour habiller la tribune, pour vraiment qu’il y ait une présence « visuelle » des joueurs dans les tribunes.

On aimerait que les supporters puissent s’offrir un petit bout de l’histoire de Bercy

Et aujourd’hui vous avez décidé de les mettre en vente ?

Oui c’est ça, on les vend car on aimerait que les supporters puissent s’offrir un petit bout de l’histoire de Bercy ! Pour être tout à fait franc, cela peut aussi nous permettre de voir venir (ndlr : financièrement). 

Comment va se mettre en place cette vente ?

Nous organisons une vente aux enchères sur eBay. Nous mettons donc en vente 5 des 6 drapeaux que l’on a. Nous avons fixé le prix d’appel à 30 euros et les gens pourront enchérir comme ils le souhaitent pendant 7 jours.

Car au delà de l’ambiance que vous mettez au Coliseum, il y a la réalité financière…

C’est ça, nous sommes une petite association, nous sommes tous bénévoles, on se dit souvent qu’un Kop c’est comme un second job. On est 4 avec les garçons, Christopher, Thomas, Etienne et moi, on passe parfois des journées entières à parler des projets que l’on va pouvoir proposer, de ce que l’on va faire pour tel ou tel événement. Nous sommes très investis, effectivement ça peut paraître « invisible » pour les gens, mais c’est un investissement aussi financier. 

Un Kop c’est comme un second job

Cette vente est positive, elle veut dire que le KOP se développe, qu’il va continuer à vivre…

Nous avons le projet qu’il continue de toute façon. Le KOP est né pendant les play-offs de la saison précédente à Rouen. C’est comme ça que l’on a pu connaitre des nouveaux supporters durant les déplacements. Les membres veulent que l’aventure se poursuive, que nos rangs puissent doubler ou tripler !

Vous avez donc un an d’existence, quel bilan vous tirez de cette première année ?

Nous sommes super fiers car il s’est passé énormément de choses, au delà des drapeaux on a construit notre identité, on a fait des banderoles, on s’est constitué en petite fanfare en fait !  Nous avons organisé notre premier déplacement collectif à Rouen, où le papa de Tommy Giroux était là, ce qui était d’autant plus sympa. Donc bilan hyper positif et l’envie de faire mieux l’année prochaine !

Vous avez des souhaits pour la saison à venir ?

Et bien, mettre une ambiance toujours supérieur à chacun des matchs ! On espère surtout que le duo de coachs va rester le même, que la plupart des joueurs restent aussi, car il y a un attachement maintenant, ce sont des joueurs hyper accessibles.

Le public se rend bien compte de ce que vous faites, de l’importance que vous avez ?

On se sent totalement reconnus

Je pense que si nos rangs ont grandi, on était une vingtaine, on est un peu plus d’une trentaine aujourd’hui, c’est que les gens se sont rendus compte de ce que l’on faisait. Ils l’ont vu avec les différents évènements, avec Bercy qui a vraiment démontré qu’un KOP c’était très utile pour pousser les joueurs ! D’ailleurs, les joueurs et les coachs n’ont pas manqué de le souligner. Donc on se sent totalement reconnus, par le club aussi, ce qui nous donne l’envie de fédérer encore plus !

C’est un Kop heureux, on imagine, à l’issue d’une telle saison…

C’est une saison extraordinaire, déjà on a progressé d’une place au classement, on a été vainqueur de cette coupe de France, c’est historique,  on ne peut être que fiers de cette équipe. Les joueurs font preuve de ténacité, ils mouillent le maillot, ce sont des travailleurs et je pense que les Amiénois aiment cette philosophie de jeu. On est super fiers d’avoir vécu cette saison, la coupe à la maison, et tout ce qui s’est passé autour.

Vous avez un message à faire passer aux Amiénois ?

N’hésitez pas à venir nous rencontrer, discuter avec nous, connaître un petit peu les avantages de l’adhésion. Essayez d’enrôler les gens autour de vous, pour chanter et taper dans les mains, même si ce n’est pas tout le match. C’est comme cela que les choses vont progresser et que l’on aura un Coliseum comme lors du match 7 face à Bordeaux, avec une super ambiance. 

Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédits photos

TOMMY GIROUX : « Il n’y a pas de secret, contre Grenoble il faut que tu travailles plus fort qu’eux »




  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.