ROLLER-HOCKEY : Théo Thibaron, la nouvelle vague des Greenfalcons

0
196
À tout juste 17 ans, Théo Thibaron s’est imposé cette saison dans les cages des Greenfalcons de Pont-de-Metz. Malgré son jeune âge, il fait l’unanimité dans le vestiaire. Il a également toute la confiance de son coach, Antoine Demaret, qui l’a par exemple laissé disputer l’intégralité de la dernière rencontre contre les Rapaces de Reims.

Des débuts précoces

C’est très tôt que Théo a pris contact avec le hockey. Il a débuté sur glace, plutôt classiquement en somme, aux Gothiques : “J’avais entre 3-4 ans, je ne savais pas jouer joueur je tenais toujours ma crosse derrière. J’avançais avec ma crosse derrière donc ça ne servait à rien. Et puis vers 7-8 ans je commence gardien, sur glace, aux Gothiques. Ensuite j’ai fait un tournoi international avec l’équipe, le Pee Wee BSR. Ce n’est pas le gros mais un dérivé”.

Il y avait beaucoup de gardiens à la glace donc j’ai préféré venir au roller

Le jeune gardien décide par la suite de changer de patins et de surface, par choix mais aussi par curiosité. “Il y avait beaucoup de gardiens à la glace donc j’ai préféré venir au roller. Pour tester aussi. Il y a 4-5 ans j’arrive donc au roller. Cette année-là on gagne un titre en minimes. Et depuis cette saison on m’a mis titulaire en N1. L’année dernière j’aurais pu jouer mais on était trois c’était un peu compliqué”, nous a-t-il expliqué.

Une tête brulée mais sur les épaules

Le gardien messipontin compte notamment sur sa mobilité pour protéger son but : “Mon point faible c’est que je suis trop petit. Je ne prend pas assez de place dans le but donc je laisse énormément d’espace sur les côtés. Mon point fort ? Je suis rapide. Quand je suis battu d’un côté j’arrive vite à aller de l’autre côté”. Il est également prêt à utiliser jusqu’à son casque pour détourner un palet, loin d’avoir froid aux yeux. “Ça m’éclate plus qu’autre chose. Même prendre des palets au niveau du casque. J’essaye de taper avec le casque. Ça ne me dérange pas puisqu’on a ça pour se protéger. Si on a peur du palet en tant que gardien, ce n’est pas un avantage”, plaisantait-il.

En parallèle de cette image de casse-cou qu’il peut avoir sur le terrain de hockey, Théo est quelqu’un de lucide qui a le sens des priorités. Actuellement au lycée, en première technologique, il jongle presque tous les jours entre études et entraînements. “Avant je faisais mardi, mercredi, jeudi, vendredi (ndlr : les entraînements de hockey). Et maintenant c’est beaucoup le mardi et le vendredi et ça dépend pour le mercredi et le jeudi. Bientôt on aura aussi des spécifiques gardiens qui vont se mettre en place […] J’arrive à gérer”, nous a-t-il assuré.

les études passent avant

Théo semble également être un garçon très sérieux : “J’adore le hockey mais je sais que si je devais choisir avec mes études pour mon futur, ça m’embêterait mais les études passent avant. C’est ce qui fera mon avenir, pas le hockey”. Les patins sur Terre le gardien messipontin met tout de même toutes les chances de son côté pour réussir au roller-hockey. En effet, quand on lui demande ce qu’il fait en dehors des cours et du hockey il nous répond : “Je fais du footing, je vais à la salle… Toujours du sport”. Comme quoi c’est bien en travaillant que l’on réussit.

Un Greenfalcon ambitieux

on aurait pu viser les qualifications

Déjà titulaire en N1 à 17 ans, Théo espère rapidement goûter à la Ligue Élite, le top niveau national du roller-hockey. Mais pas avec n’importe qui, avec ses coéquipiers des Greenfalcons, évidemment. En effet, lorsqu’on lui demande s’il ambitionne de jouer un jour en Élite, il évoque tout de suite la saison en cours des Messipontins : “C’est dommage. En début de saison si on avait trouvé la bonne équipe… Parce qu’en début de saison on se cherche un peu, on cherche nos joueurs. Je pense que si on avait eu l’équipe de ce soir dès le début de saison, on aurait pu viser les qualifications”.

Des qualifications toujours à la portée des Greenfalcons et auxquelles croit fermement Théo. Il faut pour cela que les hommes d’Antoine Demaret remportent leurs trois derniers matchs et que dans le même temps les Bourrins de Maisons-Laffite, récemment pulvérisés par les Écureuils, perdent eux leurs deux derniers.

La fin de saison s’annonce donc palpitante pour Théo Thibaron et les Greenfalcons qui n’ont plus le droit à l’erreur dans leur duel à distance. Ils se déplaceront ainsi ce samedi à Rouen pour préserver leurs espoirs de qualification.

Esteban Nomine

Crédit photos : Reynald Valleron – GazetteSports

À lire aussi >>

ROLLER-HOCKEY : Les Greenfalcons grimacent à domicile




  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.