À armes inégales, les hommes de Christophe Pelissier n’ont pu prétendre à autre chose que de les rendre devant l’armada du Paris Saint Germain. Qui, sans plusieurs cadres volontairement mis au repos,s’est logiquement acquitté de sa tâche.

« Le cœur a ses raisons que la raison n’a pas ! » Avec ses (propres) armes, l’Amiens SC n’ait jamais parvenu à mettre en péril le Paris Saint Germain… Quoi de plus normal, voire légitime serait-on tenté de mentionner tant les forces en présence se révélaient inégales à l’heure des débats.

Face à la constellation de stars locales – où Neymar, Kimpembé, Meunier et Sylva faisaient cependant (volontairement) défaut -, les hommes de Christophe Pelissier se sont efforcés à croire en leur bonne étoile. Cependant, en … décrochant la lune – par Marquinhos – avant même la fin du quart d’heure initial, l’ogre parisien veillait à faire voler en éclats les (déjà) minces illusions picardes.

Regrettant la « naïveté » des siens suite à ce coup de tête puis l’aggravation du score par Rabiot trente minutes plus tard, le responsable technique avouait – à demi-mot – la difficulté de la tâche. « Nous ne rivalisons pas dans la même cour. Ils détiennent le talent ainsi qu’une puissance offensive » confiait, en conférence d’après-match, l’intéressé. Admettant également avoir privilégié un plan de jeu où l’Amiens SC ne devait trop s’exposer.

Un autre monde

Christophe Pelissier attends que ces joueurs « se libèrent à l’extérieur« 

Avec seul Otero en pointe – Konaté n’affichant un état de forme resplendissant « en raison d’une intoxication alimentaire » – la troupe du président Joannin essayait de soutenir la comparaison. Mais n’allait jamais réussir à mettre Areola en péril.

Opposés à un redoutable équipe, patiente et « capable de hausser le ton à sa guise », les partenaires d’Emil Krafth pliaient jusqu’à rompre lors du money-time. Période calvaire pour l’ASC qui se résignait à mordre la poussière à trois reprises. Courbant bien trop l’échine, il accusait ainsi le coup. Terriblement. Julian Draxler, Kylian Mbappé puis Moussa Diaby se découvraient un malin plaisir à alourdir la note.

« Les fins de rencontres sont toujours très délicates face à ce genre d’équipe. C’est la différence qui existe entre elle et les autres. Une autre structure, bien plus prestigieuse que la nôtre, l’Olympique Lyonnais pour ne pas le citer, a en récemment fait les frais »

Prince Gouano et Kaled Adenon  face à Kylian Mbappe

Sans rechercher à se voiler la face – d’autant que ces protégés ne l’avaient au final véritablement perdue – Christophe Pelissier soulignait l’écart de niveau qui séparait les deux formations. « Sans fatalisme » s’empressait-il d’argumenter.

Se libérer… à l’extérieur

Un tantinet plus amer, Oualid El-Hajjam puis Alexis Blin insistaient l’un et l’autre sur une « prestation cohérente et le respect d’un plan de jeu » Sans toutefois pouvoir passer sous silence un « manque de concentration qui ne pardonne pas face à un tel adversaire ».

Appelé à en découdre par trois fois loin de son pré vert lors des quatre prochaines rencontres (1), l’Amiens SC serait bien inspiré de se faire respecter à la maison en fin de semaine. Aux dépens d’un FC Nantes version Vahid Halilhodzic qui vient de faire « sensation » contre le TFC (4-0)

« L’équipe affiche de la fébrilité à l’extérieur. Les joueurs tardent semble-t-il à se libérer. N’évoluent pas comme à la Licorne » murmure, soupire même l’entraîneur. Espérant que ce trait de personnalité, ce syndrome ne leur collera pas durablement à la peau.

(1) Le calendrier de l’Amiens SC est le suivant : Les hommes de Christophe Pelissier accueillent samedi (20 heures au stade de la Licorne) le FC Nantes. Ils se déplaceront ensuite à Metz le 31 octobre en Coupe de la Ligue, à Nice puis Toulouse respectivement les 3 et 10 novembre pour le compte du championnat.

Fabrice Biniek

Crédit photo : Panoramic




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.