En tenant en échec Saint-Etienne vendredi soir au Touquet, les hommes de Christophe Pelissier ont démontrés – si besoin était – qu’ils avaient du cœur… Une détermination appréciée par un entraîneur amiénois toujours aussi perfectionniste et qui ne semble donc vouloir s’en contenter.

Son sourire sitôt le coup de sifflet final trahissait un soulagement, un sentiment de fierté à l’égard d’une formation qui n’aura donc jamais baissée les bras. Et s’il apparaissait – comme à son habitude – tout en retenue à l’heure de tirer les (premiers) enseignements de ce duel face à Saint-Etienne (1-1), Christophe Pelissier n’osait bouder son plaisir. Celui d’avoir su tenir tête à l’un des prétendants aux meilleures places d’un championnat qui arrive à grand pas… « Il convient cependant de rester lucide. Sur la foi de l’acte initial, force est de constater que nous n’évoluons pas dans la même cour. Que nos ambitions se révèleront bien différentes le jour J » murmurait l’entraîneur d’un Amiens SC courageux en diable. Structure animée par la volonté permanente de bien faire, celle de rivaliser avec ces moyens, nobles vertus qui ont d’ailleurs autorisé à demeurer au sein de l’élite. Des valeurs dont les partenaires de Thomas Monconduit entendent s’inspirer à nouveau afin de connaître semblable satisfaction dans quelques mois.

« Le chemin risque d’être long et surtout semé d’embûches comme l’atteste notre entame de rencontre. Où il faut l’admettre, nous étions un voire deux tons en dessous » analysait, sereinement, Christophe Pelissier. Enumérant plusieurs « situations très délicates » et notamment ce penalty de Khazri, soucieux de se faire justice, que Gurtner détournait avec brio (20e)

Gurtner brillant dernier rempart

Privé du cuir, les amiénois s’efforçaient alors à faire « contre mauvaise fortune bon cœur ». Une débauche d’énergie qui n’allait toutefois être payée de retour : Alerté par Hamouma, Diony trompait la vigilance de l’excellent portier picard (1-0 ; 43e) A l’approche d’une pause où le responsable technique de l’ASC veillait à (re)donner certaines consignes… tandis que son homologue Jean-Louis Gasset se prêtait (volontiers) au jeu des selfies et autres clichés souvenirs.

De retour sur le pré vert, les ambassadeurs de l’ASSE – tout de noir vêtus ! – affichaient d’emblée une envie à préserver ce petit avantage. Avec une évidente maîtrise, ils résignaient leurs adversaires à opérer en contres. Un exercice de style dans lequel Otero (étrangement seul…) manquait le cadre et donc de s’illustrer (48e) Petit rappel à l’ordre, sans conséquence, pour une formation rhodanienne visiblement sûr de son fait mais qui sans y prêter attention glissait dans une gestion de l’effort un peu trop affirmée. Déstabilisée il est vrai par une redistribution de rôles, « Sainté » semblait se laisser « griser » par un parfum de décontraction. Moussa Konaté lui rappelait d’ailleurs gentiment à l’entame du dernier quart d’heure (78e)

Têtu, ce dernier remettait le couvert après que Camara, fraîchement entré, ne se soit « pris les pieds » dans un tapis devenu glissant suite à un orage. Une aubaine que Konaté veillait à faire fructifier, en se jouant de Ruffier non sans avoir été – lui aussi – contrarié par ce gazon facétieux (1-1 ; 81e)

Konaté déterminé

A l’énergie parfois du désespoir, l’Amiens SC trouvait ainsi récompense. Et bien que jugé « anecdotique » par Christophe Pelissier quelques minutes plus tard, ce score de parité lui offrait l’opportunité d’emmagasiner de la confiance. Celle dont il aura besoin lors d’échéances à enjeux cette fois. « Il s’agit d’une confrontation amicale » osait le rappeler l’entraîneur picard avant d’ajouter que son adversaire avait procédé à une large revue d’effectif. Le désir de botter en touche et ne pas vraiment savourer ce résultat flatteur ? « En aucun cas » confessait-il spontanément, refusant cependant de jeter un regard dans un miroir aux alouettes.

« Comme évoqué précédemment, des renforts sont nécessaires. Le groupe va s’appuyer sur sa cohésion, un esprit d’équipe sans faille mais cela ne suffira pas ! Le stage Outre-Manche que nous débutons lundi est une façon de se serrer un peu plus les coudes mais il nous faut véritablement un coup de main. Surtout que la santé de Prince Gouano, déjà au repos en début de semaine, peut laisse soucieux, perplexe même » lâchait Christophe Pelissier… sur fond de doléance.

LE TOUQUET – Stade Gérard Houiller. Amiens SC et Saint-Etienne 1-1 (0-1) Arbitre : M. Millot assisté de MM. Luzi et Pignatelli. Temps estival puis orageux. Pelouse en excellent état. 1200 spectateurs environ.

Buts : Pour l’Amiens SC : Konaté (81e) ; Pour Saint-Etienne : Diony (43e)

AMIENS SC : Gurtner (puis Dreyer 60e) ; Monconduit (puis Gnahoré 70e), Adenon, Dibassy (puis Gneba 84e), Fofana, Gouano, Bodmer (puis Timité 60e), Mendoza, Otero (puis Traoré 70e), El Hajjam (puis Ngando 84e), Cornette (puis Konaté 70e) Entraîneur : Christophe Pelissier

SAINT ETIENNE : Ruffier : Antunes Silva (puis Petrot 68e), Hamouma, Debuchy (puis Panos 75e), Perrin (puis Saliba 72e), Subotic, Selnaes (puis Camara 60e), Diousse (puis Roca Santos 60e), M’Vila (puis Martin Pichon 75e), Khazri, Diony (puis Nordin 68e). Entraîneur :Jean-Louis Gasset.

Fabrice Biniek

Crédit photos : Léandre Leber – GazetteSports – photo archive




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.