Au lendemain de l’élimination des Gothiques en demi-finale de la Ligue Magnus, Léo Guillemain était l’invité de la Tribune des Sports sur France Bleu Picardie. Natif de Rouen, le défenseur amiénois est revenu sur cette série âprement disputée mais finalement perdue contre les Dragons de Rouen.

Entre déception et satisfaction

Voilà, c’est fini ! Après sept mois de compétition, marqués par une très belle saison régulière et une campagne de playoffs réussie, les Gothiques d’Amiens ont fini par rendre les armes non sans avoir lutté. « On a fini la saison par une grosse période avec beaucoup de matches intenses en très peu de jours et maintenant il faut raccrocher les patins pour l’intersaison. Cela va être dur, reconnaît Léo Guillemain.  Après le match, il y avait un peu de déception car on aurait aimé aller chercher un septième match. On aurait peut-être pu disputer cette finale, il y a donc un peu de déception mais après avoir échangé ensemble, on repense à l’ensemble de la saison et au travail effectué. Tout n’est pas à jeter, bien au contraire, nous sommes plutôt satisfaits et cela fait aussi du bien de pouvoir souffler un peu. » Avec pas moins de cinquante-sept matches depuis la fin août, les hockeyeurs amiénois n’ont effectivement pas chômé.

D’autant que la demi-finale pour Rouen aura été rude pour les organismes : « Après des gros matches comme ça, il y a quelques blessures à soigner et des soins à faire, poursuit le défenseur amiénois. Ce matin, tout le monde était à la récupération ». Et pour cause, à l’exception du match 4 largement remporté par les Dragons (1-4), toutes les manches de la série ont été disputées. Une série particulière pour Léo Guillemain, lui le pur produit de l’école rouennaise. « Rouen est mon club formateur, j’y ai fait mes premières années en professionnel. C’était spécial de faire cette demi-finale face à eux, c’était beaucoup de plaisir, avoue-t-il. Mais aujourd’hui, je suis avec Amiens à 200%. Amiens est le meilleur ennemi de Rouen, jouer ce derby est donc toujours particulier. Il y a une super ambiance, d’autant qu’Amiens a retrouvé son meilleur niveau. »

Une volonté de prolonger

Il aura finalement manqué un peu de jus aux Gothiques pour créer l’exploit : « Cela demandait beaucoup d’efforts physiques mais on a eu une bonne gestion des deux coaches, qui font attention à nous, ainsi qu’un staff médical qui va bien, se félicite Guillemain. Cela a été bien géré dans l’ensemble même si cela était dur. Toutefois, la fatigue était la même en face. On avait aussi eu une série difficile contre Lyon mais Rouen avait également lutté contre Angers. » Reste que le plus dur commence pour Amiens qui, au regard du visage affiché cette année, suscite désormais de grosses attentes pour la saison prochaine. Le tout avec des moyens financiers bien en-deçà des autres candidats au titre. « Rouen a une grosse masse salariale et les infrastructures qui vont avec, confirme le numéro 88 des Gothiques. C’est vrai que la différence de budget se fait déjà fortement ressentir entre eux et nous ». Avant même de songer à la nécessité de se renforcer, les Gothiques vont donc déjà devoir conserver leur socle actuel.

Et si certains joueurs semblent sur le départ, ce n’est pas le désir de Léo Guillemain : « Je n’ai pas encore eu les entretiens de fin de saison mais je me plais beaucoup à Amiens. Il y a tout ce qu’il faut pour réussir. Je pense qu’au regard de cette saison, un bon nombre de joueurs souhaitent aussi repartir avec Amiens. » Néanmoins, d’autres clubs de Magnus ont approché certains joueurs de l’effectif gothique durant les playoffs. Une stratégie qui ne surprend pas l’ancien Rouennais : « Les gros clubs, encore plus quand ils sont éliminés tôt dans la saison, ils planchent très vite sur la suivante. Et on sait très bien que les premiers à appeler sont les premiers servis ». Toutefois, ce genre de démarche peut-il être de nature à déstabiliser un groupe encore en course pour une finale ? « Je ne pense pas, on était tous concentrés sur les playoffs et cela aurait été très mal vu qu’un joueur parle de ça dans le vestiaire », tranche Guillemain.

La saison terminée, le temps des négociations est désormais venu. Nul doute que cette période invisible sera à nouveau déterminante dans la potentielle réussite des Gothiques. Si l’an dernier, Mario Richer et Anthony Mortas avaient rapidement bâti la base qui leur a permis de renouer avec le succès, il faudra à nouveau se montrer inspiré cette année pour construire un groupe capable de passer un nouveau cap. Celui que tout le peuple amiénois attend depuis douze ans : une finale !

Romain PECHON

Crédits photo : France Bleu Picardie

Retrouvez l’intégralité de l’émission

A lire aussi >>

HOCKEY-SUR-GLACE – Jérémie Romand : « J’aime beaucoup Amiens ! »




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.