Auteur de son premier match nul et vierge, samedi dernier contre Toulouse, l’Amiens SC pouvait se satisfaire d’avoir mis fin à une série de onze matches durant lequel le promu avait encaissé au minimum un but par match. Toutefois, les difficultés offensives amiénoises ont encore une fois été criantes. Au point de changer de schéma tactique ?

Un bilan statistique inquiétant

Avec sept petits buts inscrits depuis début décembre Amiens possède l’attaque la moins prolifique du championnat sur les trois derniers mois de compétition. Outre un manque d’efficacité, souvent reconnu par les principaux intéressés, l’ASC peine surtout à se procurer des occasions franches. A l’exception du match à Bordeaux, où Amiens a frappé vingt-et-une fois au but – cadrant à cinq reprises et inscrivant deux buts – l’actuel dix-huitième de Ligue 1 a surtout enchaîné des matches assez pauvres sur le plan offensif.

Trois tirs dont un seul cadré à Angers, huit tentatives hors cadres contre Saint-Etienne ou bien encore un seul tir cadré sur huit tentés contre Toulouse, l’ASC est clairement en panne d’inspiration et de solutions. « C’est dur de se procurer des occasions parce qu’on défend assez bas, analyse Emmanuel Bourgaud. On récupère le ballon à quarante voire cinquante mètres du but adverse, il y a donc beaucoup de distance à parcourir pour attaquer. » Le prix à payer pour mettre fin à l’hémorragie.

Konaté est de retour

En attendant de retrouver de l’allant offensif, avec peut-être un bloc équipe positionné plus haut sur le terrain, Amiens se contentait donc largement de ce point pris contre Toulouse, samedi dernier. « Il est vrai que l’on n’a pas beaucoup d’occasions à se mettre sous la dent mais il faut persévérer en ce sens. L’objectif est de rester costaud car si on ne prend pas le moindre but on aura toujours l’opportunité d’en marquer un de plus que l’adversaire, résume Emmanuel Bourgaud. Contre Toulouse, ça n’a pas été le cas car on a pêché offensivement mais cela peut être très important pour la suite. »

Un point qu’il faudra maintenant bonifier en retrouvant le chemin du succès. Pour y parvenir, Christophe Pelissier accueillera très certainement avec grand plaisir le retour de suspension de Moussa Konaté, son meilleur buteur, pour le déplacement à Nantes, ce samedi. Et pour cause, Lacina Traoré – qui a effectué un retour mitigé après le feuilleton de son faux départ et de l’arrivée avortée d’Olarenwaju Kayode, cet hiver – n’apparaît pas clairement pas comme une option viable pour débuter les matches. Au mieux, il demeure une solution permettant de faire souffler Konaté en cours de match.

Le 3-5-2, une option offensive ?

Reste que l’international sénégalais est plus que jamais isolé à la pointe de l’attaque amiénoise. D’autant plus que le rendement de Gaël Kakuta est en chute libre depuis le début de l’année civile. S’il demeure indéboulonnable aux yeux de Christophe Pelissier, le joueur formé à Lens a perdu de son influence sur le jeu picard. A contrario, Stiven Mendoza monte en puissance après des débuts déjà prometteurs. Buteur contre Bordeaux, l’ancien joueur de Bahia semble être aussi bien à l’aise sur un côté que dans l’axe. Surtout, il est l’attaquant le plus dangereux et remuant sur les derniers matches.

De quoi amener Christophe Pelissier à modifier son système de jeu pour permettre au Colombien d’apporter son soutien à Moussa Konaté, comme ce fut le cas en fin de match à Bordeaux ? L’idée est tentante et pas totalement exclue par un entraîneur amiénois qui se veut avant tout pragmatique : « Il faut que l’on soit plus efficace. Quand je mets en place la défense à cinq à Bordeaux, ce n’est pas pour l’aspect défensif. L’idée était de pouvoir attaquer différemment dans un système qui peut être remis en place sur la fin de saison. On a les joueurs pour ça. »

Et ce dès ce samedi contre Nantes, avec Mendoza et Konaté alignés d’entrée ? Seul Christophe Pelissier peut trancher en ce sens. Ce qui est sûr, c’est que l’entraîneur samarien doit cogiter pour trouver la formule qui permettra à Amiens de vaincre une rigoureuse formation nantaise.

Romain PECHON

Crédits photo : Leandre Leber – GazetteSports.fr

A lire aussi >> 

FOOTBALL : L’Amiens SC en a-t-il encore sous le pied ?




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.