Septuple médaillé à l’occasion des championnats de France en petit bassin, disputés le week-end dernier à Montpellier, Jérémy Stravius a parfaitement lancé sa saison à quelques jours des championnats d’Europe de Copenhague.

Un bilan extrêmement satisfaisant

Invité de la Tribune Sport sur France Bleu Picardie, lundi soir, le pensionnaire de l’Amiens Métropole Natation est revenu, en longueur, sur un rendez-vous important à ses yeux. « On prépare toujours les échéances en petit bassin avec autant d’attention mais on n’y arrive jamais à 100% pour autant. L’objectif est d’être prêt pour les championnats d’Europe ou du monde qui suivent. En principe, je serai en meilleure condition pour les Championnats d’Europe de Copenhague (ndlr : du 13 au 17 décembre), assure le champion olympique du relais 4*100m nage libre. Cependant, la motivation est toujours la même lorsqu’on prend place derrière le plot, on a toujours l’envie de gagner. »

Parmi ses sept succès, une victoire était plus significative que le reste : « Le 200m nage libre parce que je n’étais pas vraiment bien préparé le matin. J’ai finalement fini par me remobiliser l’après-midi. Ce n’était pas forcément évident de disputer cette finale à une ligne extérieure, la ligne 1, mais j’ai réalisé mon meilleur temps. » Las, le poulain de Michel Chrétien a ensuite décidé de faire l’impasse sur le 100m nage libre, remporté par son partenaire d’entraînement, Maxime Grousset. « J’ai fait forfait dans l’optique des championnats d’Europe, se justifie le champion du monde 2011 du 100m dos. Mon planning était basé sur deux courses par jour, plus deux relais sur les quatre jours. Cela a fait un total de seize courses sur quatre jours. »

De nouveaux objectifs

Bien qu’il ait survolé le rendez-vous national, Jérémy Stravius refuse d’endosser le rôle de leader de la natation française. « Il est vrai qu’il y a un peu plus de facilité parce que je peux avoir une seconde d’avance sur le deuxième, à l’instar du 100m dos, ou bien parce que j’ai plus d’expérience et que je maîtrise un peu plus mes courses, reconnait-il. Maintenant, cela reste le niveau national et il est acté que je ne ferai plus de 100m dos, que ce soit en petit ou en grand bassin. Cette épreuve est clairement en voie d’extinction en ce qui me concerne. » Après s’être concentré sur le crawl avant Rio, le natif d’Abbeville a décidé d’élargir quelque peu son spectre d’épreuves.

« Sur le petit bain, je pense pouvoir me démarquer sur le 50m dos et le 100m papillon. Sur le 50m dos, j’ai un temps qui me permet d’être top 3 européen mais il faut encore descendre mon temps, très certainement sous les 23 secondes, pour espérer l’emporter. » Quoi qu’il en soit, Stravius a clairement retrouvé l’envie après une année postolympique en demi-teinte. « La quatrième place aux championnats du monde m’a donné une bonne claque. Cela m’a permis de comprendre qu’en bossant davantage, en étant dans une année un peu plus sérieuse, je peux viser bien mieux qu’une quatrième place mondiale », avance-t-il avec ambition.

Romain PECHON

Crédits photo : PanoramiC

A lire aussi >>

NATATION : Jérémy Stravius ne s’arrête plus !

Rédacteur football.
Vous suivrez avec moi toute l’actualité de l’Amiens SC au plus près de l’équipe pour sa première saison en L1.

Laisser un commentaire