Les évènements des dernières semaines, en particulier à Saint-Etienne ou Bordeaux, ont fait ressortir chez certains leur volonté de tuer les ambiances dans les stades. Entre prix exorbitants, sanctions démesurées, et interdictions de déplacements injustifiées, il est temps de dire stop. Trop, c’est trop.

Alors que certains clubs, à l’image du FC Sochaux, ont décidé, en début de saison, de jouer le jeu avec leurs supporters, en instaurant une « tribune debout », il est navrant de constater que les autorités ne cherchent qu’à incriminer ces mêmes supporters en permanence. A l’heure où les dirigeants de la LFP parlent souvent en bien des ambiances en Allemagne, il est ironique de noter que tout est fait pour aseptiser les stades de Ligue 1 et Ligue 2 de toutes les manières possibles.

Il est toutefois vrai que certains débordements, comme l’envahissement du terrain de supporters stéphanois, n’arrangent pas la situation de ceux que les têtes pensantes de la Ligue aimeraient classer comme criminels. Les membres de kop de supporters ne sont, évidemment, pas tout rose et pas à exclure lorsque certaines choses se passent mal. Mais à quel moment entend-on parler du manque de sécurité inhérent à certains matches classés « à risque » ?

L’exemple des deux derniers matches de Ligue 1 disputés sont parfaits. Alors que Amiens-Lille était classé « à risque », aucun débordements n’ont eu lieu. La veille, Bordeaux-Marseille, classé « à haut risque », voyait des supporters rentrer sur la pelouse pour en découdre. Comment, dans un match qui nécessite plus de sécurité, puisque classé plus « dangereusement », les stadiers peuvent se retrouver en sous-nombre, au point de devoir faire intervenir les CRS pour calmer ce petit monde ?

Non, les supporters ne sont pas la cause de tous les maux dans les stades français. Il est grand temps que les autorités compétentes prennent leurs responsabilités, assument leurs fautes et prennent le temps de discuter avec des groupes qui ne demandent que ça pour avoir des atmosphères de fête tous les week-ends, sans jamais tomber dans un excès de violence. Toutes les parties doivent se réunir pour enfin arrêter cette interminable et puérile guerre qui ne fait du tort qu’à tous ceux impliqués dans ces histoires.

Adrien ROCHER

Crédit photo : Léandre Leber – Gazette Sports

Laisser un commentaire