Arrivé mi-septembre pour ajouter du nombre et de l’expérience à l’arrière-garde Amiénoise, Nicolas Favarin se réjouissait de la performance de haut niveau livrée par les Gothiques contre Bordeaux.

Une très belle victoire ce soir..

Oui, une très belle victoire, qui fait du bien. Un effort collectif, un vrai match de hockey, intense, physique, avec deux ou trois « bourre-pifs » à droite, à gauche. En plus de ça, le public était derrière, c’était vraiment un match génial !

C’est le genre de match que l’on aime…

Exactement ! C’est pour ça qu’on joue au hockey. Il y a de l’ambiance, de l’intensité, un peu de physique. C’est vraiment l’esprit du hockey.

Vous n’êtes pas si loin des équipes du Top 4. Qu’est-ce qu’il vous manque ?

Il nous manque tous les points que l’on a perdus contre les grosses écuries au début de saison, en perdant en prolongations, en ne prenant qu’un point au lieu de deux alors que l’on était dans des positions assez favorables. Et il nous a manqué de la régularité dans cette première phase de la saison. J’ai l’impression que ça commence à prendre, que l’on commence à être solides, à vraiment être sur des bonnes bases, tout le monde pousse dans le même, et ça donne des matches comme ce soir (ndlr, vendredi). En espérant que ça dure le plus longtemps possible et qu’on est lancés sur des rails et que personne ne nous fera dérailler.

Jouer enfin au complet, ça doit aussi aider à avoir de l’intensité sur tout le match…

C’est sûr que là, tout le groupe est au complet, mis à part Todd Perry (ndlr, et Nicolas Leclerc), malheureusement. C’est sûr que quand on peut compter sur tout le monde, ça permet de reposer un peu les organismes et mettre plus d’intensité dans le match, et, du coup, d’avoir plus de lucidité. Je suis vraiment content de cette victoire.

Propos recueillis par Adrien ROCHER

Crédit Photo : Léandre Leber – Gazette Sports

Laisser un commentaire