Les Gothiques peuvent-ils intégrer le « Top 4 » ?

Chaque mercredi, deux rédacteurs de GazetteSports confrontent leur opinion sur un sujet faisant l’actualité. Cette semaine, Adrien Rocher et Romain Pechon s’opposent sur le potentiel des Gothiques.

Cinquièmes au tiers de la saison, les hommes de Mario Richer ont alterné le bon et le moins bon. Capables de tenir tête aux poids lourds de la Ligue Magnus, les hockeyeurs amiénois disposent finalement d’un bilan à l’équilibre (7 victoires pour 7 défaites). Suffisant pour viser plus haut ?

Pas si inférieurs que cela

Les Gothiques ont clairement les armes pour finir dans le Top 4. Si certaines prestations en demi-teinte, à l’image des matches contre Lyon ou même Mulhouse peuvent laisser présager une saison compliquée, les Amiénois ont démontré, et plus d’une fois, qu’ils peuvent faire peur à n’importe qui et qu’ils ont le niveau pour intégrer les quatre premières places.

Grenoble, Rouen, Bordeaux, les trois favoris pour le titre, et Gap, champion de France la saison passée, tous ont eu de très grandes difficultés face à Amiens. Plus encourageant encore, les Gothiques se sont montrés dominateurs face aux trois premiers cités. Si le bilan comptable n’est pas glorieux contre ces équipes, avec seulement cinq points pris sur quinze possibles, les Amiénois ont cependant fait preuve d’un jeu de qualité.

Capables de bousculer tout le monde, les Gothiques ont tout ce qu’il faut pour retrouver le haut du panier, il ne leur manque qu’un peu de constance dans la performance pour y parvenir. Mario Richer a réussi à construire un effectif certes moins talentueux, mais parfaitement équilibré, à l’instar de ce que fait depuis plusieurs années celui qui est considéré comme le meilleur technicien de Magnus, Luciano Basile.

Un effectif qui n’est pas encore à son plein potentiel

Autre raison de croire qu’Amiens peut trouver sa place dans les quatre premiers, l’effectif n’a pas encore démontré tout ce dont il est capable. Entre blessures de Leclerc, Perry et Coulaud, et absences de Marcos, Mario Richer n’a jamais pu disposer de son effectif au complet. Et malgré ces absences, majeures pour certains, les Amiénois disposent d’une belle place au classement, ne pointant qu’à cinq points de Bordeaux, et ont encore une réelle marge de progression. Surtout, Richer possède des attaquants capables d’évoluer dans les deux sens de la patinoire pouvant aider la défense tout en étant de vrais poisons devant le but. Lorsqu’ils auront réglé la mire, les Picards seront un véritable danger permanent.

Cette « instabilité » dans l’effectif a poussé l’entraîneur canadien à devoir installer Romain Bault en attaque pour pouvoir disposer de douze attaquants à chaque sortie. Pouvant s’appuyer sur une arrière-garde solide et un des tout meilleurs gardiens du championnat, les Gothiques ont une mentalité de guerrier qui les poussera à ne jamais rien lâcher.

Avoir conscience de leurs forces et faiblesses pousse les Gothiques dans la bonne direction, celle d’une équipe qui n’est clairement pas la plus talentueuse mais contre laquelle le moindre instant de relâchement se fait punir. Reste à savoir si les très bonnes prestations entrevues au Coliséum peuvent être reproduites à l’extérieur.

Les deux prochaines semaines nous donneront plus d’indications sur la capacité des Samariens à atteindre leur objectif de la saison. Les déplacements à Rouen, Lyon et Mulhouse seront un bon coup de révélateur sur le réel niveau Amiénois. Si les Gothiques veulent montrer qu’ils peuvent jouer dans la « cour des grands », les quatre prochaines rencontres sont déterminantes.

Adrien ROCHER

Des défaites face aux favoris

En battant Gap, hier soir, les Gothiques d’Amiens se seraient installé dans le top 4 de la Ligue Magnus, au détriment du champion de France en titre. Or, cette position – si déterminante puisqu’elle permet de recevoir au premier tour des play-offs – est devenue inaccessible depuis plusieurs saisons et difficile d’imaginer comment cela pourrait changer, cette année. Bien que les Gothiques cuvée 2017-2018 affichent un certain caractère, cet effectif apparaît encore trop juste pour venir déloger les gros calibres que sont Gap, Grenoble, Rouen et même Bordeaux et Lyon.

S’il est vrai que les coéquipiers de Jonathan Narbonne ont brillamment résisté lors des réceptions de Gap, Grenoble, Rouen et Bordeaux, emmenant ses quatre formations en prolongation, ils n’ont remporté qu’un seul de ces quatre matches. Hier encore, face aux Gapençais, les hommes de Mario Richer ont fait preuve d’une inconstance devenue chronique. Irrésistibles durant le premier tiers, ils ont affiché un visage bien plus timoré par la suite. Poussant les locaux en prolongation, la troupe de Luciano Basile finissait par faire parler sa supériorité physique pour s’imposer.

Une attaque limitée, une concurrence supérieure

Amoindris après son double affrontement contre le champion d’Europe en titre, la formation suédoise de Frolunda, les Gapençais étaient dans une spirale négative et sortaient même d’un revers cinglant sur leur glace contre Bordeaux (2-7). Pour autant, les Amiénois ne sont pas parvenus à tuer le match lorsque l’occasion leur a été donnée face à une équipe de Gap loin de son meilleur niveau. Avec 38 buts après quatorze matches, ils disposent de la deuxième moins bonne attaque des candidats aux play-offs. Un manque de réalisme pénalisant lorsque Grenoble, Rouen et Bordeaux cartonnent et tutoient déjà la barre des 70 réalisations.

Enfin, le classement d’Amiens est actuellement en trompe-l’œil. Engagé en coupe d’Europe, Gap compte trois matches en moins et devrait logiquement augmenter son avance sur les pensionnaires du Coliseum. Les Gothiques devraient pointer à une dizaine de points du « Big Four ». En outre, le club champion de France en 2004 devrait voir revenir dans son rétroviseur la formation de Lyon, une fois que celle-ci aura également mis à jour son calendrier.

Un ton au-dessus de Nice, Epinal ou Angers, Amiens semble tout de même un peu juste qualitativement et quantitativement pour lutter tout au long de la saison avec les favoris désignés de la Ligue Magnus. Enfin, les Gothiques demeurent perfectibles à l’extérieur. Alors que les principaux concurrents sont venus prendre des points sur la glace amiénoise, il apparaît difficile de voir les Gothiques réaliser pareille performance à Gap, Bordeaux, Rouen ou Grenoble. Les points lâchés contre ces formations coûteront donc cher au moment de faire les comptes.

Au regard de la justesse en nombre de l’effectif – jusqu’ici assez épargné par les blessures – et des différentes forces en présence, une cinquième place apparaît être l’objectif le plus crédible à poursuivre pour les Gothiques. Ce qui serait déjà une progression non négligeable et une position qui permettrait – vraisemblablement – d’éviter le trio Gap-Grenoble-Rouen au premier tour des play-offs. L’essentiel est bien là.

Romain PECHON

Crédits photo : Roland Sauval – GazetteSports.fr

A lire aussi >>

HOCKEY-SUR-GLACE : Les Gothiques ont fini par céder




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.