Christopher Sebire a toujours de l’ambition

Incontestablement, Christopher Sebire a réussi, samedi soir, sur le ring du Coliseum, sa rentrée. Visiblement, il était parfaitement préparé et le travail qu’il a effectué régulièrement dans la salle de la Veillère avec Jérôme Fouache mais aussi chez lui, à Rouen, a été bénéfique.

Dommage que Christopher ne boxe pas plus souvent

Samedi, face à Mohamed Larabi, un adversaire de bon niveau, il n’a jamais été inquiété car il a mené tambour battant le combat. Ne restant pas dans la ligne de mire de Larabi, il a surtout cherché à bien délivrer ses coups, en restant bien campé sur ses jambes. Mais il a imposé un rythme soutenu auquel, du reste, a répondu avec un certain mérite son adversaire dijonnais.

« Oui, je suis satisfait de ma rentrée mais vous savez cela fait trois ans que j’effectue ma rentrée après une saison sans boxer. J’avais un boxeur qui a du métier et qui en général perd toujours aux points. Il pratique aussi la boxe pieds-poings. De toute façon, je ne voulais pas un petit adversaire et mon but était d’aller au bout. Maintenant, je ne veux plus attendre un an pour boxer. »

Alors, quel avenir pour Sebire ?

On lui a proposé beaucoup d’argent pour aller retrouver, en Argentine, son adversaire Coggi pour un combat revanche. Mais, lui, préfère plutôt aller en Angleterre se produire pour une autre Fédération plus importante : la WBC. Pourtant, Sebire ignore quand ce combat pourrait avoir lieu. « Ils peuvent m’appeler demain pour boxer, dans un mois ou plus tard. Mais il faut que je sois prêt ».

S’il ignore quand il va remonter sur un ring, Sebire sait que, cette semaine, il aura repris son travail à Rouen. La boxe ne nourrit pas son homme et, dit-il en plaisantant, « si c’était le cas, je serais au volant d’une Lamborghini ».

Lionel HERBET

A lire aussi >>

BOXE : Bonne rentrée de Christopher Sebire et Adil Hattab

Christopher Sebire aux côtés d’Alain Gest Président d’Amiens-Métropole – Crédit photo : Lionel Herbet – Gazette Sports

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.