Face à Toulouse (1-0), samedi dernier, l’Amiens SC a bouclé un troisième match consécutif sans inscrire le moindre but. Plus mauvaise attaque du championnat, avec quatre buts inscrits en huit matches, le promu amiénois est en panne d’inspiration et de solutions offensives.

Une attaque en berne

A l’exception du carton niçois (3-0), les Amiénois n’ont inscrit qu’un seul petit but en sept matches. Trop peu pour espérer se maintenir en Ligue 1. Orphelin d’Aboubakar Kamara et de Tanguy Ndombélé, partis vers d’autres cieux, l’animation offensive picarde s’avère bien trop stéréotype et limitée.  « C’est toujours difficile de se procurer des situations, on sait que le plus difficile dans le football est de bien attaquer, avoue Régis Gurtner. Défensivement, on a une bonne base, on défend tous ensemble. On sait quel est notre problème pour gagner des matches. Il va falloir marquer des buts et cela passe par le collectif, il faut retrouver de la confiance. »

Une confiance qui semble faire défaut à Moussa Konaté, invisible sur lors de ses trois derniers matches (ndlr : Marseille, Caen et Toulouse). Après des débuts réussis, l’ancien buteur du FC Sion est rentré dans le rang et ne parvient plus à tirer son épingle du jeu. A son crédit, il est vrai qu’il se retrouve très souvent isolé à la pointe de l’attaque samarienne. Et pour cause, à l’exception de Gaël Kakuta – capable de porter le danger individuellement – c’est l’ensemble du secteur offensif amiénois qui ne répond plus. « Les résultats attestent que nous sommes trop limités sur l’aspect offensif. Nous n’avons pas de joueurs capables de nous faire des différences individuelles, cela ne pardonne pas en Ligue 1 », avoue Christophe Pelissier.

Une inquiétude grandissante

D’autant plus frustrant qu’Amiens a fait jeu égal avec Toulouse pendant la première demi-heure de jeu. « Je pense que l’on fait un match plutôt cohérent dans le contenu, note Régis Gurtner. On n’a rien à se reprocher sur notre état d’esprit et notre engagement, il y avait une vraie envie d’aller de l’avant et de bien faire les choses. » Cependant, le déficit de réalisme de Moussa Konaté et Serge Gakpé a empêché l’Amiens SC d’ouvrir la marque dans son unique temps fort de la rencontre. « On va continuer à travailler, on sait que ce sera difficile mais on ne va rien lâcher », poursuit le gardien de l’Amiens SC.

Le problème est que les journées s’enchaînent et que les Amiénois ne donnent pas le sentiment de progresser, aussi bien individuellement que collectivement. Or, en attendant de rejouer la rencontre contre Lille, Amiens ne possède qu’un point d’avance sur la zone rouge. En toute logique, les premiers doutes sur la capacité de l’Amiens SC à se maintenir en Ligue 1 apparaissent. Et même Christophe Pelissier ne cache plus son inquiétude : « Ce serait fou de ne pas être inquiet. Je ne peux pas me contenter de dire que l’on a perdu 1-0. On ne marque pas, c’est une préoccupation mais il y a une difficulté qu’il faut surmonter et cela ne servirait à rien de se lamenter sur notre sort. »

Surtout que le temps n’est pas donné de le faire puisque la réception de Bordeaux, samedi au Havre, se profile déjà. Au regard du contexte et de l’adversaire, il se pourrait bien que l’Amiens SC dispute un match charnière, le tout loin de ses bases et sans Prince Gouano, suspendu. Il était écrit que la saison amiénoise serait tout sauf une partie de plaisir.

Romain PECHON

A lire aussi >>

FOOTBALL – Luigi Mulazzi : « Un dénigrement impressionnant »

Photo d’archive : Leandre Leber – GazetteSports.fr

Rédacteur football.
Vous suivrez avec moi toute l’actualité de l’Amiens SC au plus près de l’équipe pour sa première saison en L1.