E-SPORT : Fnatic à l’arrachée !

Fnatic arrache sa qualification !

Alors que la première série de la phase de groupe s’est soldée par un terrible 0-3 pour l’équipe Européenne, Fnatic a enfin répondu présent ce matin pour la fin de ce groupe B. C’était donc le dernier moment pour tenter une rédemption pour l’équipe emblématique de l’Europe.

L’Europe entière a tremblé pour les Fnatic

Tôt dans la matinée, le 0-4 est arrivé face à Longzhu. Un résultat aussi logique que pendant la phase aller tant les Coréens montrent un niveau de jeu impressionnant. Cependant, les Fnatic ont réussi à se battre sur cette partie, tenant dix minutes de plus que lors du premier affrontement face aux champions de la LCK.

Le match suivant les a opposé aux Américains Immortals. Très clairement, le jungle de l’équipe européenne a trouvé son champion de référence : Rek’Sai (pour rappeler une méta magique de l’époque 2015). Le plan de jeu change : c’est désormais une priorité à la Toplane qui est donnée, et un choix Top/Mid pour le jungle danois. Dès lors, l’accélération se créa autour des 5-7 minutes de jeu pour commencer un snowball, poursuivi par la Botlane. Plus préoccupés par l’argent global débloqué par les objectifs et précis sur leurs placements, les FNC ont montré leur jeu de ce Summer Split.

C’est exactement sur cette stratégie que Fnatic a surpassé IMT et GAM lors des derniers matches de cette phase du groupe B. Jouant sur cette relation Top Jungle, Soaz a enfin pu briller, et créer des décalages amenant le surnombre et surtout de précieux objectifs. Les victoires européennes se sont enchaînées. Leur permettant de croire encore à une qualification pour les quarts de finale.

Un tie break triple menace : Fnatic Take my Energy
Situation assez rare, trois équipes se sont retrouvées à égalité sur cette phase de groupe et elles ne peuvent être différenciées par les affrontements directs. Lorsque trois équipes sont à égalité, un seeding est obligatoire, et l’équipe qui a gagné ses matchs le plus rapidement est favorisée. Ce sont donc les Gigabytes qui ont affronté les gagnants du match Fnatic – Immortals.

FNC avait faim de victoire et envie de passer ce cap. Le premier tie break a très vite tourné à leur avantage grâce à un Soaz qui a frôlé le génie malgré une mort sur le niveau 2 suite à un gank du Ezreal d’Xmithie. Sur une initiative de regroupement au Top, Caps, Broxah et le toplaner français ont réussi à abattre le Trundle de Flame. En prenant l’information crossmap, ils ont débloqué la première tourelle à la 7e et en même temps tout le side haut de la carte. Cet avantage ne sera jamais repris par IMT.

Par un hérald expéditif permis par la liberté acquise sur la Toplane, puis un baron à 20 minutes de jeu, les deux premiers inhibiteurs tombent côté Immortals, laissant l’unique choix de combattre avec un retard accumulé de 6,5k gold. Ce teamfight se solde par un quatre pour un côté Fnatic, qui termine la partie en 27 minutes. Ils ont gagné leur place pour le tie break décisif contre les Gigabytes.

Le cheese GAM a fonctionné la première fois, pas la seconde. Mais cette troisième partie entre les deux équipes a tout de même réservé son lot de surprises. Fnatic a complètement brain une composition classique toute la journée, forçant le ban de la Rek’Sai de Broxah.

Gigabites Marines Esport – Fnatic : la revanche du cheese

Son main pick était alors disponible, ouvrant une composition très agressive basée sur la Elyse en jungle. Sur le papier, Gigabytes a joué la partie qu’aurait du proposer FNC : une composition mid late game, orientée sur le contrôle et la tankyness. Les rôles étaient donc complètement inversés lors de l’ouverture de cette dernière partie de la journée.

Très en vue, Soaz a été victime de son succès. Il était la cible à abattre en début de partie, pour briser sa forme actuelle, et éviter qu’il soit le pivot stratégique de son équipe. Par trois fois, la Sejuani de Levi est passée par la Toplane, débloquant deux kills. Mais la stratégie des Fnatic était tout autre : c’est à la Botlane que tout se passait. Avec 40 creeps de retard, une première tour à 7 minutes et l’obligation de compenser pour les GAM, Fnatic a pris l’avantage sur l’ensemble de la carte. Le swap lane a ensuite concrétisé une seconde tour, puis un herald qui a conclu la prise des T1.

C’est ici que le jeu s’est bloqué : le siège Fnatic devenant inefficace, tout comme le splitpush du Toplaner français, les Gigabytes ont rattrapé le retard accumulé. Puis, se sont enchaînées de mauvaises décisions des Vietnamiens. Perdant un Nashor et de nombreuses tourelles, ils ont compensé par un inhibiteur. Mais encore une fois, la pression mise sur les objectifs a permis aux FNC de remporter la victoire.

Avec trois dragons, les Européens ont forcé GAM à tout tenter pour prendre l’Elder Drake. Au point de se mettre en danger, et de perdre un team fight décisif. FNC n’avait plus qu’à enfoncer la base, et gagner leur ticket pour les quarts de finale.

Les Fnatic en quarts de finale

Après s’être effondrés lors de leurs trois premiers matches de poules, les Fnatic ont réussi l’exploit. Personne ne les attendait là. Ils sont désormais qualifiés en seed 2 de leur groupe ! A eux de prouver qu’ils ne sont pas arrivés là par hasard. Ils devront surtout continuer sur cette stratégie qui les amené aux Worlds, puis en quarts, et ne pas retomber dans les travers de la première semaine. Les problèmes ingame et irl semblent désormais réglés pour l’équipe emblématique de l’Europe, reste à confirmer cette nouvelle forme affichée.

Interrogé en fin de partie le midlaner de Fnatic, Caps, a déclaré : «Les parties étaient très serrées sur les deux semaines, nous allons rencontrer un seed 1 donc probablement une équipe coréenne. Nous allons devoir être plus convaincants et réussir à terminer les parties beaucoup plus vite quand nous prenons l’avantage. Nous allons devoir nous entraîner beaucoup plus en scrim en fonction de ce qu’il se passe sur scène, particulièrement quand des gens engagent des combats qu’ils n’auraient pas du prendre.»

Leurs adversaires potentiels (en l’état actuel des choses) sont RNG, SKT T1 et WE. Autant dire qu’ils devront continuer à progresser pour espérer passer ce cap. Dans tous les cas, cette « remontada » restera gravée dans l’histoire !

 

A lire aussi >>

E-SPORT : Du sang, des larmes, une rédemption pour l’Europe ?

Crédit Photo / Vidéo : Fnatic – Twitter officiel