JO 2024 : Amiens et sa Métropole se prennent « aux Jeux »

Amiens Métropole n’a pas tardé à se réunir après l’annonce officialisant Paris comme ville hôte pour les JO 2024. En effet, dès le lendemain, jeudi à 16 heures, des élus, adjoints au maire, sportifs de haut niveau ainsi que des partenaires ont tenu à présenter le projet de la ville visant à prouver la capacité et la volonté d’Amiens d’avoir un rôle avant et durant les Jo 2024.

Du beau monde mobilisé

Au SNA, étaient présents : Brigitte Fouré, Maire d’Amiens, Alain Gest, Président d’Amiens Métropole, Guillaume Duflot, adjoint au maire chargé des sports. Mais aussi des sportifs reconnus : Jérémy Stravius champion olympique de natation, Léane Maupin, championne de France d’Aviron évoluant au SNA, mais aussi Robert Citerne, médaillé d’onze médailles paralympiques d’escrime. En ce qui concerne les partenaires, nous avons pu entendre Fany Ruin, Présidente de la CCI, ainsi que Christophe Duprez, restaurateur à Amiens, ainsi que le directeur du « Prieuré », tout cela animé par le journaliste Thierry Adam.

Un enthousiasme politique

« Je rappelle que nous sommes candidats pour devenir la capitale européenne de la jeunesse en 2020 et que nous sommes la ville de plus de 100,000 habitants la plus jeune de France, précise Brigitte Fouré. Les Jeux olympiques parlent donc évidemment à nos jeunes qu’ils soient champions ou non. Amiens est devenu un carrefour touristique. On parle de plus en plus de notre ville : que ça soit à travers la Ligue 1, ou de notre Président amiénois. Nous pouvons aussi bien accueillir des spectateurs que des participants de ces prochains Jeux Olympiques, nous avons les ressources nécessaires aussi bien durant les prémices des Jeux que pendant les Jeux. Nous avons envie de montrer au Monde entier les ressources culturelles, patrimoniales et touristiques que peuvent offrir Amiens. C’est un vrai enjeu, un vrai challenge à relever« .

Alain Gest a, quant à lui, plus axé les avantages sportifs que présentait Amiens : « Nous n’avons aucun investissement à faire au niveau des infrastructures pour accueillir les athlètes. Nous avons relooké le Coliseum, nous sommes en train faire des travaux à la Licorne, je pense aussi à notre salle de tennis de table ou bien le SNA dans lequel nous nous trouvons qui est tout à fait dynamique avec des jeunes talents très prometteurs, etc. Tout cela ainsi que le fait que nous nous trouvions à 1h10 en voiture de Saint-Denis, nous amènent à postuler pour obtenir une place de base avant ou arrière durant cet événement planétaire. L’objectif est donc de se mobiliser dès aujourd’hui pour constituer un pack crédible qui nous aidera à convaincre les organisations et les états à venir à Amiens pour préparer ou participer aux Jeux olympiques 2024″.

Des sportifs motivés

Jérémy Stravius, amiénois de cœur, est enthousiaste à l’idée de recevoir les jeux dans notre capitale même s’il ‘y participera peut-être pas : « C’est une très grande satisfaction. Il faut maintenant attaquer dès aujourd’hui. Nous avons déjà été capables d’accueillir de grands événements sportifs comme au Coliseum, c’est donc que nous en sommes capables et je crois vraiment en nous pour la suite des événements. C’est un projet largement réalisable étant donné la proximité entre Paris et Amiens et au regard du complexe aquatique en projet à Vallerey prévu pour 2019″.

Robert Citerne, ayant lui-même participé à huit Jeux paralympiques en escrime, a mis l’accent sur la nécessité de ne pas uniquement se concentrer sur les Jeux olympiques. « Les paralympiques amènent autre chose. Amiens a la structure et la motivation, il ne lui reste plus qu’à travailler sur la sensibilisation des jeunes pour les Jeux paralympiques pour les encourager en tant que sportifs et non en tant qu’handicapés ».

Des partenaires intéressés

« Ces Jo représentent un atout, confie la Présidente de la CCI d’Amiens. Tout ce qui fait parler de la ville représente un atout. On a les infrastructures, la jeunesse, l’envie et le dynamisme. Nous avons un territoire attractif, le tout maintenant c’est de le faire savoir. Concernant les retombées économiques, l’entreprise Malterre construit des pistes d’escrime innovante. Une autre entreprise basée à Flixecourt construit des infrastructures : on a tout ce qu’il faut ! Et les commerces ressentiraient aussi bien évidemment les bienfaits d’une dynamique comme celle-ci ».

En effet, Christophe Duprez, restaurateur à Amiens, confirme que ce serait pour le commerce une immense chance qu’Amiens reçoive des sportifs en préparation olympique en amont des épreuves, mais aussi des touristes et supporters. « Rien que l’année dernière, pendant la Coupe d’Europe de Football, avec tous les matches qui se déroulaient à Lens, nous avons senti des répercussions positives car beaucoup de personnes en profitaient pour venir se restaurer ou consommer dans les bars de Saint-Leu. Alors, évidemment, pour nous, restaurateurs et hôteliers, c’est un beau projet plein d’audaces« .

Tous sont donc d’accords pour dire qu’il est primordial de se mobiliser, tous ensemble, afin qu’Amiens ait une place majeure pour cet événement qu’on attendait depuis vingt-cinq ans, même s’il est évident qu’elle ne sera pas la seule à tenter sa chance.

Camille MARSIGLIA




  • Laisser un commentaire