FOOTBALL – Olivier Blondel : « Le gardien est devenu un joueur de l’équipe »

Pour Olivier Blondel, nouveau responsable des gardiens du centre de formation de l’Amiens SC, « le gardien fait partie intégrante du jeu collectif », confie-t-il.

Cela fait aujourd’hui deux mois qu’Olivier Blondel a pris ses fonctions d’entraineur des gardiens, au centre de formation de l’ASC. « Cela fait en effet deux mois et je me plais très bien ici au centre de formation. Étant Havrais de naissance et ayant eu aussi l’occasion de jouer à plusieurs reprises contre Amiens, que ce soit lors de matches amicaux ou en Ligue 2 avec Troyes et Strasbourg, c’est un vrai plaisir. »

Dans le sillage de Lagarde

On le sait cette saison, les jeunes du centre de formation s’entrainent dans la semaine non pas par équipes mais par groupes. Mais tel n’est pas le cas pour les gardiens qui représentent une famille à part.  « Mais j’ai quand même plusieurs groupes car parmi mes gardiens, certains ne vont pas à l’école, poursuit Olivier Blondel. Le matin, j’entraine donc ceux qui ne vont pas en cours. Avec Christophe Mazingarbe, j’interviens aussi avec les jeunes de la préformation. Ce sont donc de grosses journées. Ici, j’ai sept gardiens plus les huit de la préformation ce qui fait une quinzaine de gardiens à gérer. »

 « Nous voulons continuer à faire ce qu’avais commencé Olivier Lagarde et c’est très bien. Nous essayons aussi de créer une vraie cohésion. Ma philosophie est de faire comprendre aux jeunes que le gardien est devenu un joueur de l’équipe et que surtout, il ne doit pas négliger le jeu au pied, analyse-t-il. Nous intégrons donc les composantes du jeu actuel du gardien de but. Aujourd’hui, un gardien joue à 80% aux pieds. Nous essayons aussi d’améliorer cet axe. Évidemment, Régis Gurtner est un exemple et je le donne volontiers aux jeunes. Il a eu un parcours remarquable et se retrouver en L1 à 29 ans, cela prouve que le travail paie. »

L’importance du jeu au pied

Au fait, Olivier Blondel, quels changements dans le rôle du gardien depuis qu’il a mis un terme à sa carrière ? « Je n’ai pas arrêté ma carrière depuis bien longtemps, un an et demi puisque j’ai été blessé. Mais ce qui a surtout changé ces derniers temps, c’est le jeu au pied. Le gardien fait partie intégrante du jeu collectif. L’entrainement a beaucoup changé puisqu’au début, on travaillait beaucoup sur la ligne, on sautait des haies et on plongeait. Aujourd’hui, je le répète, le jeu au pied et la lecture du jeu sont déterminants. »

Maintenant, le gardien est-il un défenseur supplémentaire ? « Oui quand je vois Neuer qui a beaucoup fait avancer le rôle de gardien. C’est à la fois un défenseur supplémentaire mais aussi le premier attaquant. Il permet de bien repartir de derrière. Le gardien doit être un véritable joueur de champ sauf qu’il peut intervenir avec ses mains. Avant, c’était 10+1 alors qu’aujourd’hui, c’est 11. Mais la différence entre les meilleurs se fera à partir du mental. Celui qui est costaud mentalement s’imposera. »

« Ainsi, dans notre centre de formation d’Amiens, tous les gardiens ont un potentiel. Ils travaillent tous de la même manière avec un bon état d’esprit. Je leur souhaite à tous d’avoir la même réussite que Régis Gurtner. Mais celui qui ira en haut, c’est celui qui aura le plus gros mental. C’est une partie prépondérante à la réussite. Et s’il a la chance de ne pas être blessé, il ira loin dans le temps. Je le répète, le mental est important et il ne faut jamais rien lâcher ».

Lionel HERBET




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.