HOCKEY-SUR-GLACE : Les belles promesses d’Amiens

Les Gothiques ont terminé leur première grosse phase de préparation par une défaite contre Rouen, hier soir (0-2). Si l’on ne savait pas trop à quoi s’attendre de la part de l’effectif amiénois à l’approche de la Napoléon Cup, le jeu proposé a été conforme à ce que Mario Richer a répété pendant l’été : un groupe moins clinquant, mais « plus intense et plus travailleur ». Force est de constater que ce début de préparation lui a, pour l’instant, donné raison.

Du jeu, du spectacle, des buts

La première rencontre, le 19 août dernier, à Rouen, était déjà porteuse de promesses. Une victoire et une grosse domination malgré sept absents. Et le tournoi amiénois a confirmé les espoirs entrevus une semaine auparavant. Dominateurs face à Brasov, les Gothiques se sont procurés de nombreuses occasions, ont marqué, et ont pu compter sur un Henri-Corentin Buysse décisif. Et l’international Français, de retour chez lui, a également multiplié les parades décisives contre Rouen, alors que l’attaque se heurtait à Matija Pintaric. « On a vu deux excellents gardiens sur ce match. Le nôtre comme le leur ont fait un très gros match », constatait Mario Richer.

Autre motif de satisfaction, l’intensité et le spectacle proposés tout au long du week-end par des Gothiques portés par le désir d’aller vers l’avant. Même s’ils ont été blanchis contre les Dragons, les amiénois se sont montrés dangereux tout au long de la rencontre. Perry, intenable en supériorité, frappant même le poteau, ce qui aurait changé l’issue du derby « amical ». Un style de jeu qui convient parfaitement aux attentes : « On veut être intense dans les deux sens de la patinoire. On ne sera peut-être pas aussi physique que la saison passée, mais on a des joueurs très intelligents et travailleurs », se félicitait le coach des Gothiques.

Le jeu en supériorité laisse aussi entrevoir de très belles choses. Mobile, proposant de nombreuses solutions et apportant de nombreux tirs, le jeu à cinq contre quatre n’a, pourtant, presque pas été travaillé pendant la préparation. « C’est une conséquence du recrutement, note Richer. On a des joueurs qui peuvent contrôler le palet, trouver les joueurs libres. On a à peine travaillé cette phase de jeu, donc il y a beaucoup d’améliorations à faire. Mais cette saison, on pourra compter sur deux vraies unités »

Déjà trois blessés

Seule ombre dans ce beau tableau qu’a été la quatrième édition de la Napoléon Cup : les blessures. On savait Narbonne et Leclerc indisponibles pour le week-end, sans en savoir plus sur la durée de l’indisponibilité. Le finlandais Janne Laakkonen s’est ajouté à la liste.Si le nouveau capitaine des Gothiques doit revenir au jeu mercredi, Laakkonen manquera lui les deux prochaines semaines, et devrait donc rater le voyage en Angleterre où Amiens affrontera Milton Keynes et Coventry, les 5 et 6 septembre prochain.

Mais le coup dur a été annoncé par le coach dans la foulée puisque Nicolas Leclerc sera absent pour l’ensemble de la saison. Touché à une articulation, le défenseur français ne devrait pas pouvoir monter sur les glaces de Magnus pendant cet exercice.

Adrien ROCHER

HOCKEY-SUR-GLACE : Amiens chute contre Rouen