CYCLISME : Mais quelle mouche a piqué Alain Souchon ?

Il est évident qu’à partir du moment où des coureurs français allaient se distinguer, le Tour de France connaitrait une popularité extraordinaire. Le spectateur de base aime venir assister au passage des coureurs du Tour mais s’il y a des Français en lice, eh bien, le chauvinisme n’est pas mort. De là pour certains à siffler Chris Froome, comme cela s’est produit à Marseille, n’est pas normal.

Oui cette année la France a vibré aux exploits de Warren Barguil, vainqueur de deux étapes, meilleur grimpeur et également désigné coureur le plus combatif. Il y eut aussi Romain Bardet qui, pour une petite seconde, a sauvé sa troisième place ; Lilian Calmejane et le Picard Arnaud Demare qui ont remporté une étape. Bref, le cyclisme français s’est trouvé en état de grâce et il a de grandes raisons de croire en l’avenir. Voilà qui nous promet encore de beaux moments lors des prochaines éditions. Le cyclisme français a pris un peu l’exemple sur le football avec ses centres de formation. Très tôt, les jeunes intègrent justement les centres de la FDJ, AG2R La Mondiale. Ils apprennent leur métier et très tôt, ils ont l’habitude de participer à de grandes compétitions.

Marc Madiot, Jean-René Bernaudeau et Vincent Lavenu sont de vrais découvreurs de talent et doivent être associés à ces succès. Maintenant, peut-on affirmer que Romain Bardet ouThibaut Pinot gagneront un jour le Tour de France ? On l’espère évidemment mais rappelons que Chris Froome n’a que 32 ans et que des révélations peuvent se produire dans l’avenir.

Pour Bardet néanmoins, il lui faudra absolument progresser dans le contre la montre. C’est une lacune qui, pour le moment, est rédhibitoire. Dans ce Tour de France, nous avons vu que les coureurs qui avaient tout donné étaient complètement exténués à l’arrivée. Le visage de Romain Bardet à l’issue du contre la montre de Marseille, est édifiant. Des images que nous n’avions plus l’habitude de voir depuis une dizaine d’années.

Une époque révolue mais que le chanteur Alain Souchon a visiblement décidé de faire renaitre. « Tous dopés. Cyclisme et dopage font toujours bon ménage ». C’est lors d’un interview accordé à nos confrères de Ouest-France que le chanteur s’est attiré les foudres du monde du cyclisme. Voulait-il faire de la provocation ? Si oui, il a réussi.

Au nom de quoi s’est-il exprimé ? Il s’est mis en tout cas le monde du cyclisme à dos et pas seulement parce qu’il est évident qu’aujourd’hui, sous l’impulsion du reste des Français, le cyclisme est devenu plus sain. L’époque Armstrong appartient au passé. Alain Souchon a dix ans de retard..

Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.

Laisser un commentaire