Alors qu’il y a neuf mois, le PSG lançait sa section e-sport sur Fifa et League of Legends, les projets ambitionnés par le club semblaient immenses. Débutant par une victoire aux championnats du monde grâce à leur toute jeune recrue Daxe, tous les espoirs de voir évoluer au plus haut niveau un club français étaient réunis. Cependant, l’année 2017 a été un tournant fâcheux, rempli de désillusions pour le moment. 

Une préparation différente pour le Summer Split ?

Depuis la fin du Spring Split, les choses ont changé pour le PSG : afin de se professionnaliser, ils ont décidé d’habiter une Gaming house en Allemagne et de changer complètement leur botlane. Ce sont donc Nardeus (ADC, ancien Besiktas) et Noxiak (Support, ancien Fnatic et Roccat) qui vont remplacer respectivement Pilot et Sprattel. Ces derniers ont été le point faible de l’équipe, et peinaient à jouer avec leur équipe. Ils ont donc été laissés free agent par le Paris-Saint-Germain.

Dans cette vidéo de CokeTV, le fameux Youtuber ZeratoR visite la gaming house du PSG, et dresse un premier bilan avec YellowStar, le responsable e-sport du club. Ces images sont assez rares, d’autant plus qu’il visite ensuite les locaux des LCS de Riot Games. Elles permettent notamment de s’immerger dans le monde du jeux vidéo compétitif, et de comprendre l’enjeu qui existe en cette fin de saison. On se rend compte que l’équipe vit déjà au même rythme que l’élite, avec plus de dix heures de jeu par jour, mais aussi des entraînements physiques et surtout un travail sur l’aspect collectif. Ces investissements montrent que le club met tout en place pour provoquer sa réussite : c’est désormais sur la faille de l’invocateur que l’équipe du PSG doit faire ses preuves.

What happened last week in our #EUCS Summer Split ? Find it out in the first episode of our #AllezParis series !

Deux défaites d’entrée : le PSG s’éloigne de l’élite

A l’issue d’un Spring Split encourageant, se terminant par une demie-finale de haut vole face aux Fnatic Acedemy, le PSG avait mis toutes les chances de son côté pour figurer en LCS la saison prochaine. Les équipes de Challenger Series semblaient toutes à portée de l’équipe parisienne, le seul danger résidant dans les équipes reléguées, Origen et Giants. Mais la beauté de l’e-sport et du sport en général est là : c’est sur le terrain que le résultat se fait.

« L’équipe réalise des supers débuts de parties, mais dès que le stress monte, ils ne savent plus quoi faire pour gagner (…) » Martin « Krok » Berthelot

Dans une interview réalisée par nos confrères de l’Equipe, Krok, un des commentateurs d’O’Gaming TV, propose son analyse de la situation : « L’équipe réalise des supers débuts de parties, mais dès que le stress monte, ils ne savent plus quoi faire pour gagner. Le PSG joue alors pour ne pas perdre, plus pour l’emporter. Il y a plusieurs façons d’analyser ça : la principale, c’est la pression du projet. Quand l’environnement dans lequel tu évolues te rappelle au quotidien qu’il faut gagner, ça peut mettre les joueurs dans une situation délicate. Je pense qu’il suffirait d’une seule victoire pour que tout s’enclenche. Il faut un déclic psychologique, ça passe par là. J’ai cru comprendre que les entraînements étaient bons en plus. »

Rappelons que lors du Split précédent, l’équipe avait commencé par deux défaites et un nul. Cette saison, elle a perdu contre Origen et Giants, deux équipes qui, même si elles n’ont plus le standing d’autrefois, disposent d’une structure expérimentée. Il reste trois BO à disputer au PSG. C’est suffisant pour espérer se qualifier pour les play-off. Tant que la qualificatino est possible, il faut croire en la qualification. C’est désormais aux joueurs de démontrer tout leur potentiel.