INSTITUTION : Quand l’Amiens SC s’ouvre aux clubs de la Métropole

Cette saison, à l’initiative de son directeur Patrice Descamps, l’Amiens SC a lancé l’Opération Technic-Club. Il s’agit d’accueillir les principaux responsables de ces clubs, et le dernier en date est L’Olympique Amiénois, en visite au Centre de formation.

Mise en place par Patrice Descamps et parfaitement relayée par le club, l’Opération Technic-Club a trouvé sa place dans l’organigramme de l’ASC. Régulièrement, des clubs de la ville sont invités à venir partager quelques heures au centre de formation avec Patrice Descamps et le vice-président Bertrand Leriche.

« C’est une opération que nous avons mise en place dans le cadre de nos axes, indique Patrice Descamps. Cette saison, j’ai défini un projet comprenant cinq axes validé évidemment par la direction du club. Il s’agit d’établir une politique d’action en faveur des acteurs locaux du football. Je trouvais qu’il était important de travailler avec les clubs d’Amiens. » L’opération Technic-Club est donc une des actions menées dans ce cadre. « Nous recevons ainsi les présidents et responsables techniques des clubs d’Amiens-Métropole.  Nous leur faisons visiter nos installations et ensuite nous échangeons sur nos clubs. C’est aussi pour nous l’occasion de voir comment fonctionnent ces clubs, quelles sont leurs aspirations, leurs difficultés.« 

« On constate qu’il y a une certaine méconnaissance chez certains. Ils ne savent pas comment fonctionne un club professionnel comme le nôtre.  Nous échangeons aussi sur le fait de pouvoir travailler ensemble, de mener des actions communes en faveur du football local. Depuis le début de cette opération, nous n’avons que des retours positifs sur cette ouverture. »

C’est ainsi qu’après Longueau, Camon, Montières, l’ASC a reçu l’Olympique Amiénois en attendant d’accueillir le RC Amiénois.

« L’idée c’est de nous ouvrir. La question aussi est de savoir pourquoi il n’y a pas beaucoup d’Amiénois dans notre formation et dans notre équipe;, et tout cela par du dialogue. Enfin, je pense que ces clubs sont agréablement surpris par le fait que nous nous intéressons à eux, que nous échangions, que nous leur apprenions comment nous fonctionnons. Nous avons une passion commune qui est le foot et la pire des attitudes serait que nous ayons une attitude de mépris à leur égard. »

Lionel Herbet

 




  • Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.