GYMNASTIQUE : Retour sur le Gala Fémina

0
61

GYMNASTIQUE : Retour sur le Gala Fémina

Samedi 3 décembre à 20 h, au Coliséum d’Amiens, avait lieu le Gala annuel de Fémina Sport Amiens, un événement qui a rassemblé près de 1300 personnes. Cette année, il célébrait les 80 ans de l’association ; sur le thème d’Alice au pays des merveilles, ce fut 80 minutes de spectacle préparées par toute l’équipe.

Remonter le fil du temps

Le spectacle s’ouvre sur une parabole : la présidente Monique Lefert, déguisée en reine de cœur, nous parle d’une grand-mère et de sa petite fille qui discutent dans les locaux de Fémina sport et qui vont ensuite voir Alice au pays des merveilles. « Au début de Fémina sport, on ne pratiquait pas que de la gymnastique », dit la grand-mère. En effet, à la création de Fémina sport, le club proposait divers sports et ce n’est que vers les années 1960 qu’il s’est spécialisé dans la gymnastique artistique féminine, ensuite à partir de 1997, le club est devenu mixte.

Ainsi, à travers l’histoire d’Alice, c’est celle de Fémina qui va se raconter tout au long du spectacle. « Je ne serai pas étonnée que notre grand-mère soit distraite et perde de temps en temps le fil de l’histoire pour se replonger dans les souvenirs de son histoire avec Fémina sport. » conclut la présidente.

Une grande cour de récré

Le spectacle commence sur de la musique, on voit Alice courir après le lapin blanc, puis disparaître derrière les décors. Une scène qui se compose de 4 espaces : au centre, le praticable où se font les chorégraphies, à droite les anneaux, les poutres et les barres, à l’opposé l’espace dédié aux sauts et en avant une piste où se font entre autres, les roulades.

Durant plus d’une heure, les sportifs jeunes et moins jeunes vont s’y succéder, dans un mélange astucieux de musique, de lumière et de danse. Les amateurs de théâtre retrouveront d’ailleurs cette ambiance, où, entre chaque scène les décors sont enlevés puis remplacés. Le tout, exécuté avec une efficacité et une fluidité remarquable. La suite du spectacle continua ainsi, rythmée par des musiques faisant référence à l’univers d’Alice au pays des merveilles, mais aussi à l’histoire de Fémina : comme le quadrille des lanciers sur laquelle ont dansé les stagiaires. Ou encore, avant l’entracte, la présentation des membres du comité du club, précédée par une danse rappelant les mouvements d’ensemble et militaires.

Un joyeux (non) anniversaire

À la fin de la soirée, l’ensemble des membres entre en scène pour le final, ils portent le t-shirt jaune qui a été crée spécialement pour l’occasion : «  l’avant du t-shirt est une copie d’un très vieux t-shirt de Fémina sport et dans le dos c’est le logo des 80 ans » que l’on peut voir sur les affiches, nous explique Monique Lefert.

Au centre les enfants forment un 80, des bougies en carton à la main. C’est sur « un joyeux non-anniversaire » que commence le final, suivi par d’autres chansons (cette année là, joyeux anniversaire de Patrick Sébastien…). Très émouvant, on pouvait voir tous les membres : enfants, encadrants, cadres, juges… dans une grande chorégraphie.

Au fond, entre les rondes des enfants, leurs acrobaties et le jeu des encadrants, tout était réuni pour nous faire retrouver notre âme d’enfant, et c’est avec des étoiles dans les yeux que l’on sortait du Coliséum.

De l’autre côté du miroir

Derrière la magie du spectacle se dégage une énergie encore plus grande : celle de l’esprit d’équipe. En effet, les enchainements sont exécutés avec une efficacité indéniable : pas une minute perdue entre deux entrées en scène.

La logistique, sous la direction, entre autres de Muriel Deparis, en impressionne plus d’un : « comme ils sont disciplinés » peut-on entendre dans le public. En effet,  les enfants sont « canalisés » tous ensemble dans un espace près de la scène et… non ils ne chahutent pas, « ils regardent leurs camarades sur scène », lors de la présentation du bureau on peut même les entendre applaudir.

Mais ce Gala, c’est aussi du travail, beaucoup de travail : « le temps de travail est estimé à 1600 heures de bénévolat ». Tous les dimanches de novembre et le jour de l’Armistice, les membres ont travaillé à élaborer les décors et costumes, pour un spectacle « 100 % fait maison » clament en chœur, Jean-Daniel et Christophe, responsables des enfants et des personnes en situation de handicap.

Le matériel utilisé lors de la soirée vient directement du club, et doit y retourner lundi : « on est là au moins jusqu’à 1 heure du matin » et le montage des décors s’est étalé du jeudi au samedi.

En plus du travail plastique, ce sont les encadrants qui élaborent les chorégraphies et mises en scènes « les artistes c’est nous », c’est d’ailleurs d’une alchimie entre eux et les enfants qu’est né le thème d’Alice au pays des merveilles ainsi que ceux des autres années.

Fémina, une passion

Les membres de l’association ont été aidés, dans la préparation du Gala par des bénévoles : des parents, d’anciens membres, etc. « Qui se passionnent pour le gala et qui viennent donner quelques heures de temps en temps ».

Car c’est aussi ça Femina sport : une passion. Même après toutes les heures de travail, l’équipe garde le sourire pendant et après le spectacle.  Une grande équipe qui travaille dans la convivialité, en témoigne le partage du gâteau d’anniversaire à la fin de la soirée entre les membres du comité.

Ce sont aussi des personnes qui, même après avoir quitté le club et n’y ayant pas d’enfant, reviennent voir le Gala.

Pourquoi ? « Pour les enfants » entend-on, et comme l’a souligné la mère de la petite Candice, 3 ans et demi : « je ne sais pas dans quoi je suis partie, mais je suis partie pour un bon moment ».

On ne peut que leur souhaiter de vivre encore de belles années !

RMS

Pour aller plus loin,

Le focus de Gazette Sports sur le club

Le site du club




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.