FOOTBALL – Richard Soumah : « Il n’y a pas de panique »

Tenu en échec par l’AJ Auxerre (0-0), l’Amiens SC a signé un quatrième match consécutif sans marquer et sans l’emporter sur son terrain. Alors que les Amiénois, hors du podium pour la première fois depuis la fin du mois d’août, semblent marquer le pas, Richard Soumah refuse de paniquer et appréhende ce coup de mou avec beaucoup de recul et de tranquillité. 

Richard Soumah, quel est votre sentiment à l’issue de ce nouveau match sans victoire ?

De la frustration, beaucoup de frustration, nous avons des occasions et je pense que nous avons mis les ingrédients pour faire un bon match mais ça n’a pas forcément tourné en notre faveur. Ce sont aussi des matches que nous ne perdons pas, il faut donc continuer dans cette voie et persévérer. A un moment de la saison, nous avions plus de réussite dans la concrétisation de nos actions, en ce moment ça nous fuit un peu. Pour autant, nous continuons à aller de l’avant, nous ne sommes pas moribonds. Nous voulions autre chose que le simple point du match nul mais il faut faire avec et se concentrer sur la suite. Je pense que si on continue à mettre la même intensité, ça va finir par revenir.

En termes de contenu, il y a eu du progrès par rapport à vos deux dernières sorties…

Au début de saison, les équipes jouaient de manière ouverte face à nous, en pensant que nous n’étions qu’un simple promu. Désormais, les équipes viennent avec un tout autre état d’esprit. Cela commence à ressembler aux équipes qui venaient jouer à la Licorne, l’an dernier, en National. Beaucoup d’équipes venaient et se regroupaient derrière. Le Red Star avait, par exemple, opté sur une approche défensive en espérant marquer sur un contre. Dans le jeu, nous ne sommes pas à la rue, nous continuons de donner le tempo des matches mais nous sommes moins précis et le gardien adverse fait bien son boulot.

L’expérience de la saison dernière peut justement vous servir ?

L’expérience de la saison dernière nous aide depuis le début et il faut que cela perdure jusqu’à la fin de la saison. Pour le moment, même si je concède un certain ralentissement, nous continuons notre petit bonhomme de chemin. Nous ramenons des points à quasiment tous les matches. C’est encore un peu tôt pour tirer des conclusions, même si je peux comprendre que les suiveurs ont besoin de le faire, mais le plus important reste que les gens qui viennent au stade voient une équipe qui démontre une envie de bien faire et d’aller de l’avant. Maintenant, il faut concrétiser nos bonnes intentions et mettre ce but qui fera toute la différence.

Le groupe commence-t-il à paniquer face à cette incapacité à marquer un but à domicile depuis le 9 septembre ?

Il n’y a pas de panique. La panique n’a jamais été bonne conseillère. Quand vous paniquez, vous avez tendance à vous mettre dans des situations défavorables et ainsi ne pas avoir la réaction adéquate. Il faut rester sereins et vigilants. Nous sommes moins performants, c’est un fait, mais nous gardons confiance en nos capacités et en notre philosophie de jeu.

Avec ce match nul l’Amiens SC descend du podium, ça a une quelconque importance pour vous ?

Je ne regarde pas le classement, je ne regarde pas le calendrier. Je n’étais même pas au courant que nous n’étions plus sur le podium. Sincèrement, ce n’est vraiment pas un problème. Nous faisons tout pour rester au contact et conserver une place dans la bonne partie du classement. Je préfère être à notre place plutôt qu’à celle de l’AJ Auxerre. Depuis le début de saison, nous avons bien conscience que le championnat sera difficile, qu’il sera long et que nous aurions des moments plus difficiles. C’est à la fin du bal que nous payons les musiciens. Il ne faut pas tirer de conclusions à ce moment de la saison et continuer de se focaliser uniquement sur nous.

En deuxième mi-temps vous avez principalement évolué sur le flanc droit, c’était une consigne de l’entraîneur afin de déstabiliser la défense adverse ?

Pas du tout. Nous avons effectivement permuté avec Joachim (Eickmayer, ndlr), cela a aussi été amplifié par le fait que je tire les coups de pied arrêtés qui étaient la plupart du temps sur le côté droit en deuxième période. Cela aurait été une perte d’énergie superflue de changer de côté à longueur de temps. Le coach n’a aucun problème avec les permutations à partir du moment où on respecte le schéma et que l’on respecte le repli défensif.

Place à la Coupe de France, où vous allez rencontrer un adversaire que vous connaissez bien…

C’est un adversaire de qualité. Les joueurs de Chambly auront à cœur de faire un bon résultat. Nous sommes des compétiteurs et nous voulons nous imposer. Il ne faut donc surtout pas négliger l’adversaire. Au-delà du résultat et de la qualification, c’est l’état d’esprit qui fait la différence, il faudra donc montrer beaucoup d’envie et d’enthousiasme.

Ce match pourrait vous permettre de retrouver le chemin des filets à la Licorne… 

Les matches sont particuliers en Coupe de France, il n’y a pas de scénario-type, cela peut se décanter très vite ou bien nous pouvons avoir des difficultés à ouvrir le score. Nous allons donc préparer ce match très sérieusement en ayant à cœur de marquer le maximum de buts possible.

Propos recueillis par Romain PECHON




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.