COURSE A PIED : «Je ne veux pas rester sur un échec» Antoine Dubreucq

0
62

La déception n’était pas tout à fait digérée

Deux jours après le championnat de France des 100km  dont l’arrivée était située à la Hotoie et qui l’a vu prendre la quatrième place, Antoine Dubreucq était l’invité de Mathieu Dubrulle, dans l’émission la Tribune sur France Bleu Picardie. La déception n’était pas tout à fait digérée mais le bonhomme nous a paru plus volontaire que jamais et surtout décidé à revenir l’an prochain, tenter sa chance dans cette épreuve qui marque tout de même les esprits. Car on ne sort pas tout à fait indemne au terme d’une course dans laquelle, il faut être très fort physiquement mais aussi et surtout mentalement.
Première constatation lorsqu’Antoine se présente dans les studios de France Bleu Picardie : il ne semble pas très fatigué même si son visage est un peu marqué. Il a même repris son travail dans une entreprise de peinture. «Ce lundi, j’aurais même pu m’entraîner», dit-il en préambule.
Et de poursuivre : «Je me sens bien physiquement, dit-il. Je n’ai aucune courbature. Dans la course, je n’ai eu qu’un problème technique et j’ai eu des nausées. Il n’y avait pas de médecin près de moi car nous ne sommes pas dans le Tour de France. Je ne pouvais pas prendre n’importe quoi car je pouvais me pénaliser en cas de contrôle anti-dopage».

1200 km de course en 9 semaines

Les intervenants sont tous admiratifs. Antoine Dubreucq est peut-être plus grand en ayant terminé 4e qu’après toutes les victoires remportées ici et là, dans les kermesses et les villages. Antoine Dubreucq s’est bien préparé. Soit durant neuf semaines environ au cours desquelles, il a couru 1200km. «Certains week-end, je parcourais 40 km le samedi et 50 le dimanche. C’est beaucoup de sacrifices pour être prêt.» Jean-Claude Piéri, l’organisateur, est tout  simplement admiratif : «Antoine est un athlète exceptionnel. Il a voulu se lancer dans un défi personnel en participant pour la première fois à un 100 Km.»
En dépit de sa quatrième place, tout à fait honorable, Antoine est déçu. «A partir du 65e km, j’ai eu des nausées et je l’ai payé cash. J’ai peut-être aussi trop appuyé sur l’accélérateur». Une erreur de jeunesse ou du moins, une certaine inexpérience.
La conversation roule ensuite sur son frère Ludovic, touché par un deuil familial alors même que la course se déroulait. «Ludovic a tenu à courir pour sa compagne, souligne Antoine. Il a été également perturbé par son tendon d’Achille mais il a fait preuve de panache».  Et Antoine de poursuivre : «dans ces 100 Km, on a voulu nous opposer alors que nous sommes frères». Enfin, Antoine Dubreucq  a annoncé ou plutôt  confirmé qu’il serait bien au départ des 100 Km en 2017.
« Je n’aime pas rester sur un échec » a-t-il conclu.

Notre photo : Antoine Dubreucq et les intervenants de l’émission La Tribune sur France Bleu Picardie.

Lionel HERBET




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.