COURSE A PIED : Championnat de France des 100Km et Marathon de la Somme

1152 concurrents samedi au Championnat de France des 100Km et du Marathon de la Somme

Mais comment fait-il l’ami Jean-Claude Piéri pour parvenir à réunir un tel plateau ?

Samedi, nous aurons exactement la présence de 1152 concurrents inscrits dans les différentes épreuves de cette journée exceptionnelle au programme de Promotion Sport Picardie avec l’aide de l’Amicale du Val de Somme et bien sur le Conseil Départemental.

Et cerise sur le gâteau, le 100Km cette année a été retenu par la Fédération française d’athlétisme pour servir de support du championnat de France.

Soit exactement 24 ans après l’épreuve remportée par le Belge Praet et les exploits réalisés alors par deux Amiénois qui n’ont toujours pas été dépassés ou remplacés: Chantal Langlacé et Claude Ansard.

Créés en 1979, grâce au comité de la Somme d’athlétisme, ces 100Km du Val de Somme démarraient alors d’Amiens et les coureurs partaient pour Mareuil-Caubert puis revenaient en sens inverse vers Amiens.
Nous assistions alors à ce spectacle exceptionnel : des coureurs se croisaient le plus souvent du côté de Longpré les Corps Saints.

Il y avait beaucoup de respect entre les uns et les autres puisque par exemple, il était fréquent qu’un concurrent étant encore à l’aller applaudisse sincèrement le leader qui lui, filait vers l’arrivée.

Les cent bornards de cette époque, les Praet, Bellocq, Daykin, Santalov, Langlacé et l’Américaine Trason auraient toujours leur mot à dire sans que pour autant, leurs successeurs ne soient pas eux aussi, de bons spécialistes des longues distances.

Depuis que Promotion Sport Picardie a repris l’organisation de cette manifestation d’envergure et stoppée durant 17 ans, ce sera la cinquième édition des 100Km. Avec départ d’Amiens, passage à Pont Rémy puis retour vers Amiens. Le plus souvent sur le bord de la Somme.

En 2013, Jérôme Bellanca  de Blagnac avait réalisé le temps de 6h47mn41s, loin du record du Britannique Daykin vainqueur en 1982 avec 6h32mn. Mais c’était une autre époque et surtout un parcours différent même si la distance était évidemment identique.

Difficile donc d’établir des comparaisons.

Ce samedi, sur le coup de 6h30, ils seront plus de trois cents à participer, en sachant qu’ils seront 420 sur le marathon et 78 équipes de 5 coureurs.

Ludovic et Antoine Dubreucq, le duel des frangins

Les 100Km sont évidemment la course reine car c’est elle qui a fait la notoriété de la journée.

De plus cette année, l’épreuve sera marquée par un duel fratricide, celui qui va opposer Antoine Dubreucq du Val de Somme et son frère Ludovic qui porte le maillot de Camon. Le premier a beaucoup couru et il aime beaucoup se produire dans des épreuves villes sur des distances ne dépassant pas les 10km. Il lui arrive aussi de participer en juin à la Transbaie.

Victorieux l’an dernier dans le Marathon, Antoine a décidé de monter d’un cran.

Le pari est osé mais avec lui, sait-on jamais ? D’autant qu’il s’est, semble t-il, bien préparé.

Quant à son  frère, il est habitué aux 100Km et on se souvient que l’an dernier, il avait même été retenu par la FFA pour aller aux championnats du monde. C’était à Doha et Ludovic avait terminé 39e en 7h44mn.

Jamais, Ludovic qui dans sa jeunesse avait beaucoup fumé, n’avait imaginé qu’un jour, il porterait le maillot de l’équipe de France.

Il est clair que cette  lutte des deux Dubreucq va peut-être éclipser  le reste de la participation mais il faut savoir que des concurrents viendront de toute la France et même de l’étranger.

Par contre, l’Irlandais Keith-Whyte-Keith sera absent car il a décidé de s’engager dans une course encore plus longue.

Ce samedi 8 octobre
6h30 : Départ du Championnat de France  des 100Km. Premières arrivées à la Hotoie vers 13h15.
8 heures : Départ du Marathon. Arrivée du premier vers 10h15.
9 heures : Départ de l’épreuve du relais.
18 heures :Cérémonie remise de médailles du championnat de France des 100Km au gymnase de la Hotoie.
19h15 : Départ de l’épreuve des 5 km.

Plus d’infos sur le site 

Lionel HERBET

 




  • Laisser un commentaire