Opinion

La gymnastique, discipline impitoyable

Courrier Picard le 24 juin 2012 : Une page complète est consacrée à une jeune Albertine de 14 ans Valentine Pikul. La jeune fille est promise à un bel avenir dans un sport qui ne laisse pas de place à l’improvisation : la gymnastique.

Valentine vient d’être Vice-championne de France junior et dans le titre du journal, est écrit « Valentine vise les Jeux Olympiques ». Valentine a mis tous les atouts de son côté. Afin de progresser, elle a quitté le club de ses débuts l’Espérance d’Albert pour rejoindre celui d’Hénin Beaumont et surtout intégrer le Pôle France à Saint Etienne.

Elle n’a que 14 ans et elle va vivre dans une famille d’accueil. Pas facile à 14ans mais qu’importe, elle veut réussir. Il est vrai que Valentine a prouvé très tôt  qu’elle était douée pour ce sport. « Petite, elle marchait sur les mains et faisait des acrobaties », indique son papa.

Autre lecture du Courrier Picard : 7 juillet 2016 mais cette fois l’annonce se résume en quelques lignes. Il est en effet écrit que Valentine Pikul met un terme à sa carrière. Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’en l’espace de quatre ans, Valentine a été l’objet de blessures à répétition. Dans un sport intransigeant comme la gymnastique où le corps est très sollicité, l’athlète ne peut être diminué. Alors, nous comprenons la décision de Valentine qui, à 18 ans, doit stopper sa carrière sportive.
Le moment présent ne doit pas être facile à vivre pour la jeune Albertine, trop vieille pour le sport de haut niveau mais qui n’est qu’à l’orée d’une vie de femme que nous espérons brillante.

Ce n’est certes que du sport mais Valentine s’était beaucoup investie pour arriver au sommet. Elle ne pourra donc réaliser son rêve de gamine : participer aux Jeux Olympiques. Ce n’est pas la première à qui cela arrive mais cet exemple doit nous faire réfléchir et méditer.

Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.