Actu

BALLE A LA MAIN : Le cri d’alarme de la Balle à la Main

on

Le cri d’alarme de la Balle à la Main

Avec la Longue Paume et le Ballon au poing, la Balle à la Main est un sport typiquement picard. Mais un sport qui souffre beaucoup en raison d’un manque de clubs et de licenciés. Nous avons interrogé le président de la Fédération M. Trobas pour qu’il nous donne une explication.
M.Trobas, vous êtes le président de la Fédération de Balle à la Main. Depuis combien de temps?

Depuis deux olympiades soit la huitième année en 2016.

Combien aujourd’hui avez vous de clubs et de licenciés?

En nommant les sociétés adhérentes, je les compterai aussi, Aubigny, l’étoile de Demuin , la Fraternelle de Fouilloy, Hangest en Santerre, Parvillers le Quesnoy, Villers Bretonneux et à Querrieu. Des paumistes jouent le 14 juillet sans adhérer cependant au Comité de la Somme.

Pour le Comité de l’Oise la société La Hardie d’Hardivillers voit son effectif s’accroître, tandis qu’Avricourt ne parvient pas cette année à présenter une équipe complète. Pour la saison 2015 une soixantaine de licenciés ont été répertoriés.

Que faire pour éviter la perte de licenciés?

Je parle sous le contrôle du président de la commission sportive, Mathieu Singer, mon analyse du phénomène d’érosion des effectifs est la suivante: la balle à la main ne dispose pas de cadres techniques car elle est incapable financièrement de les indemniser.

Les sociétés perdent leurs cadres administratifs comme toutes les sociétés ou clubs sportifs; il y a beaucoup de bonnes volontés, toutefois la complexité des règlementations, l’importance des responsabilités et de la bureaucratie finissent par dégoûter. C’est ce qui se disait, au forum des associations qui s’est tenu à Rosières et les gens s’essoufflent.

Pas d’encadrement, pas de recrutement et très peu d’entraînement ou de présence pour initier les plus jeunes ou de nouveaux arrivants à cette discipline traditionnelle.

Combien de nos paumistes jouent ce que leurs pères, leurs oncles ou leurs grands pères jouaient , au moins 60%. C’est une discipline familiale! Faisons jouer les pères (les nouveaux arrivants), les fils s’y intéresseront, c’est bien de le dire, encore faut il y parvenir.

Car ma vision repose sur d’anciens schémas , c’est à dire une vision traditionaliste de notre société et quelques uns avec moi, pas tous évidemment, partagent ce point de vue ; il faut révolutionner tout ça , sans détruire ce qui fait tout l’attrait de ce jeu splendide et spectaculaire.

Et que faire pour attirer des jeunes à votre sport?

il faut certainement ouvrir des créneaux d’entraînement et le faire savoir aux parents, à leurs enfants par tous les moyens: la presse, les forums d’associations, le relais des municipalités. Peut être diversifier les modes d’entraînement en proposant une pratique indoor sur une surface plus petite, avec une balle adaptée afin que les jeunes enfants comprennent le principe du jeu alternatif, sans passe, le jeu naturel dans un certain sens.

Les collégiens et les lycéens ont entendu parler du Serment du Jeu de Paume, c’est ainsi qu’a débuté la Révolution; il faut certainement surfer cette vague, quand nous rencontrons un jeune ou un de ses ainés qui nous demande : quel est ce sport?

A l’instar du ballon au poing, pensez-vous qu’aller dans les écoles pourrait amener de nouveaux licenciés?

Nous ne sommes pas restés à nous lamenter; la balle à la main a noué des liens avec les municipalités de nos communes et des séances d’initiation destinées au enfants de CM1 CM2 ont lieu pendant le TEMPS D’ACTIVITE PERISCOLAIRE.

L’an dernier et cette année encore, la balle à la main prend sa part dans le programme de la manifestation organisée par la MUTUALITE , l’ARS, le Conseil Départemental, le Rectorat au Collège Jules Ferry de Conty le 10 juin: Bouge pour ta santé. A l’occasion de cette fête de la santé par le sport, sur toute la journée, nous initierons cinq groupes de collégiens d’Amiens, Ailly sur Noye et Conty , nous comptons sur 60 à 70 contacts.

Que proposez vous pour intéresser notamment les jeunes à la balle à la main?

Comme je vous le disais, il me semble qu’il faut diversifier l’initiation. Ceux qui sont disposés à réaliser des échanges avec cette pelote de cuir, sans craindre de se faire un peu mal la première fois, et bien encourageons les et encadrons les, intégrons les rapidement dans une équipe. Souvent ces jeunes sont les fils de joueurs qui sont leurs modèles, chapeau!

Pour les autres inventons une pédagogie, tentons d’intéresser des étudiants en STAPS afin qu’ils viennent nous épauler en apportant du professionnalisme à notre tradition. Mathieu avait initié des jeunes, il y a quelques années par le canal du centre aéré; il y a quelque chose à creuser de ce côté là.

Ne faudrait il pas proposer aux animateurs des centres aérés, colonies de vacances et autres de leur apprendre notre jeu qu’ils introduiraient dans la diversification des activités proposées aux enfants, car les jeunes filles peuvent pratiquer notre discipline dans la mixité; c’est un jeu sans contact!!

Enfin, un petit rappel sur les règles et le nombre de joueurs par équipes?

Le terrain d’évolution est un jeu de paume comme il en existe dans tous les bourgs en centre ville, devant la mairie ou devant l’église, si la commune ne l’a pas transformé en parking ou en jeu de boules. A Amiens les jeux de paume se situent à LA HOTOIE.

Deux équipes de sept paumistes vont faire passer la pelote, la balle en cuir de 45g, alternativement d’un camp à l’autre en la frappant du premier bond; au deuxième bond la balle est morte. Chaque équipier aura son tour pour livrer la balle et la première équipe parvenant à sept jeux gagnants gagne la partie. Le tennis, en héritant du jeu de paume, a repris cette manière de considérer le point gagnant, d’ailleurs le tennis continue comme les paumistes de compter en base soixante en observant l’horloge du village qui sonne les quarts : 15-30-45-jeu. Par contre, ce qui fait la spécificité des jeux de paume, c’est le gagne terrain qui est une invention extraordinaire en répondant à la nécessaire obligation d’équité entre les équipes.

D’une part chaque équipe se retrouvera alternativement à la livrée toujours du même côté du terrain , équité dans les conditions météo.Par le système des chasses qui sont placées lors des deux premiers échanges, en l’absence de faute, c’est l’habileté, la stratégie de jeu plus que la force qui sera récompensée; c’est ainsi qu’une équipe de vétérans aux capacités physiques moindres peut damer le pion à de jeunes impétueux capables d’envoyer la balle au fond!

Et puis , les règles, les connaître, les mettre en pratique c’est bien, mais le plus beau c’est de réaliser de beaux gestes; de beaux placements dans une athmosphère surchauffée sous un bon soleil que rafraîchit l’ombre des tilleuls centenaires.

Il faut savoir se laisser épater, ne dit on pas épater la galerie?

Cela ne vous donne pas envie de venir nous applaudir?

Propos recueillis par Lionel HERBET

 




  • [pro_ad_display_adzone id="32713"]

    About Luc Rohaut

      Recommended for you