Serge Bove a appris le métier de CTR à Picquigny

Serge Bove  s’est montré très discret samedi matin à Picquigny, lors de l’inauguration officielle de la Base de la Catiche. Il n’a pas eu la possibilité de prendre la parole car cet honneur était réservé aux élus et ils étaient nombreux. Mais il était heureux d’avoir été invité ce qui était la moindre des choses quand on connait le passé de cet homme.

Serge Bove a été en effet conseiller technique régional de canoë kayak durant exactement 38 ans. A notre connaissance, on ne fait pas mieux en Picardie.  Il a développé sa discipline et à ce titre, il est souvent venu à Picquigny. Il a fait connaitre le bassin dont on a dit et redit qu’il était le plus technique de tout le Nord de la France pour ce qui concerne le slalom.

« Ce sont en effet de beaux souvenirs qui me ramènent cinquante ans en arrière », nous a avoué Serge Bove. « D’autant que j’ai eu la joie de revoir la personne qui m’a appris le  canoë-kayak  M. Eric Tellier. J’ai été conseiller technique régional durant 38 ans et notre mission, c’était vraiment celle de développer notre discipline. On ne calculait ni son temps si son argent à cette époque. Jusqu’au moment où le Ministère a créé une sorte de professorat  de sport avec des qualifications portées beaucoup sur la pédagogie. J’ai vu évoluer le bassin de Picquigny mais je tire tout de suite la sonnette d’alarme. Il faut penser au renforcement des berges. Il y a à Picquigny un très beau bâtiment, un très bel outil mais la rivière est en train de creuser les berges. J’ai travaillé sur le dossier et je sais que financièrement, c’est un peu lourd.

Je garde de bons souvenirs de Picquigny avec les visites d’entraineurs nationaux. Cela fait chaud au cœur tout comme j’ai beaucoup aimé la visite à Amiens de Tony Estanguet après les Jeux de Londres. Cela démontre que la Picardie est reconnue et possède des qualités d’organisation. De Picquigny, je garde enfin le souvenir  de ma première descente avec justement Eric Tellier. Je n’étais  pas encore CTR mais licencié au club de Boves. »

Serge Bove avait pratiqué d’autres sports avant de se lancer dans la canoë- kayak. Il a joué au football à Boves et pratiqué le basket. Mais le canoë lui a permis  de prendre un virage décisif. C’est devenu son métier.

A un certain moment, on a dit à Serge Bove « qu’il était trop vieux pour être CTR ».

Un affront qu’il a mal vécu. « Malheureusement, j’ai fini ma carrière dans un bureau à la Jeunesse et les Sports. J’ai ressenti cela comme une punition mais mes supérieurs ont compris qu’il ne fallait pas m’enfermer. Ils m’ont alors confié des missions et j’ai pu prendre l’air. »

Depuis cinq ans, Serge Bove est en retraite. Il en profite pour revoir ses anciens collègues CTR qui durant cette période des années 80 ont été de vraies locomotives de leur sport. Ainsi, Serge Bove a pris l’habitude de revoir au moins quatre ou cinq fois dans l’année, les Claude Fauquet, Francis Van Londerseele, Bruno Delavenne…

Des réunions qui se terminent autour d’une table bien garnie car on vous prie de le croire, la mélancolie est absente.

Lionel Herbet




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.