Mais quand cela va-t-il s’arrêter ?

Depuis que la nouvelle grande région fonctionne, depuis le 1er janvier, est venu le temps des mauvaises nouvelles. Certaines grandes manifestations sportives sont annulées ou reportées. On se demande même quand tout cela va s’arrêter.

Cela a commencé au début de l’année avec l’arrêt après plus de trente ans de la Côte Picarde. Une épreuve cycliste qui avait au fil des années, acquis une belle notoriété. Et puis sans coup férir, Jean Bernard Devos, l’homme qui depuis quelques années, était quasiment seul aux commandes a dû jeter l’éponge. Pourquoi ?
Simplement parce que, financièrement, l’organisateur ne pouvait plus suivre. Faute de subventions qu’elles viennent de la Région (mais laquelle) et aussi d’autres organismes privés. Exit donc la Côte Picarde.

Et puis ce fut au tour du Tournoi de tennis de la Baie de Somme. Là aussi, l’argent manque pour boucler le budget et les organisateurs ont également décidé de dire Stop. Dommage.

Et puis voilà que notre vieil ami Allain Houard le grand manitou des Ateliers du Val de Selle, décide d’abandonner l’organisation du championnat du monde d’attelage qui devait se dérouler en septembre et qui s’adressait aux jeunes chevaux. Allain Houard n’est même pas en colère mais simplement amer. Après tout, pourquoi crier sa déception ? Ce serait inutile.

Plus que jamais, il faut que le monde du sport sache que l’argent public sera désormais plus rare que jamais et que les bénévoles qui sont à la tête des organisations que nous avons évoquées plus haut, prennent leur bâton de pèlerin, aillent à la recherche des sponsors, donnent encore plus de leur temps.

Poser la question, c’est déjà y répondre : Devos, Chaumont, Houard ont vieilli. Auront-ils encore la volonté d’aller faire justement du porte à porte ? Pas certain. Et trouveront-ils des jeunes qui sauront reprendre le flambeau ?

Lionel HERBET