La discrimination dans le Sport : il reste beaucoup à faire

Quelle belle idée que celle de notre jeune amie du CDOS Celia qui est parvenue à convaincre non seulement certains membres du CDOS mais aussi des jeunes élèves de 3ème de deux Collèges  d’Amiens : le Collège de l’Amiral Lejeune et celui de Sagebien. Tout ce petit monde avait été convié mardi dernier à assister dans la grande salle de réunion de la Maison des Sports à Amiens  à une séance théâtrale puis à un débat sur le thème oh combien brûlant mais toujours d’actualité que celui de la discrimination dans le Sport. Nous sommes même à deux pas du Racisme dans le sport.

Pour notre part, nous avons apprécié ce spectacle de trois comédiennes venues des environs de Grenoble Billie Jean, Alice et Caster. Elles nous ont interprétés avec talent  les rêves de jeunes filles nées dans ce qu’on appelle pudiquement « le quartier » et qui souhaitent devenir Sportives de Haut niveau.

Le chemin est alors très long, tortueux et semé d’embuches. Le plus souvent, cette jeune fille veut pratiquer un sport dans lequel,  pour le moment, il n’existe pas d’équipes féminines. Et c’est là que tout se complique et que les relations se dégradent.

Alice est alors venue rappeler au public le long chemin de la reconnaissance du sport féminin auprès des institutions et ensuite du grand public.

Point n’est besoin de rappeler qu’au départ, le Baron Pierre de Coubertin, rénovateur des Jeux Olympiques, ne souhaitait pas la présence des femmes dans les compétitions. Avec le temps, la situation s’est quand même améliorée.

Après avoir rappelé la naissance de la première équipe féminine de football en France en 1920, Alice a donné l’exemple de la célèbre joueuse de tennis Suzanne Lenglen qui a beaucoup contribué à ce que la tenue d’une joueuse soit plus en rapport avec la gente féminine et que les robes aillent jusqu’aux genoux et non jusqu’aux chevilles.

Non seulement, des femmes ont cravaché pour avoir le droit de participer à des compétitions mais aussi afin qu’elles gardent leur féminité.

Autre exemple édifiant : la joueuse de tennis américaine Billy Jean King qui, dans un match télévisé, a été la première à battre un homme dans un tournoi télévisé de surcroit. Un exploit retentissant à l’époque.

Dans le débat qui suivra, on apprendra également que l’Amiénoise Chantal Langlacé a été la première femme à participer à un marathon alors interdit. Chantal avait revêtu une tenue d’homme et les officiels n’y avaient vu que du feu. Ce n’est pas si loin puisque nous sommes au début des années 70.

A été aussi évoqué un autre problème durant cette séance théâtrale : celui de la féminité. Avec pour exemple cette jeune athlète sud-africaine, soupçonnée d’être un garçon et épiée par toute une planète. « Rien de pire que le regard des autres surtout quand il s’agit d’adversaires » insiste Alice.

Nous la comprenons car cette jeune athlète a dû vivre un vrai calvaire, une véritable souffrance.

Notre trio de comédiennes qui est de plus en plus sollicitée un peu partout en France est persuadée « que le chemin est encore long et qu’il y a encore beaucoup à faire  pour que cesse enfin la discrimination dans le Sport ».

Avec cette conclusion « Pour une femme, c’est beaucoup plus dur d’être Sportive de Haut Niveau que pour un Homme ». A méditer…

Lionel HERBET

théatre discrimination dans le sport
Le public. Crédit photo : Lionel HERBET-Gazettesports



  • Laisser un commentaire