Deux Ecureuils en bleu

Petite trêve dans le championnat de France Elite, suite au regroupement Equipe de France. Avant d’assister au match de D2 des Ecureuils face à Angers, profitons-en pour découvrir nos 2 Ecureuils amiénois, Renaud Crignier (attaquant) et Roman De Préval (gardien de but), qui retrouveront le maillot bleu.

Comment avez-vous découvert le Roller-Hockey ?

Renaud : Par le biais de ma mère qui a créé un club dans mon village : les blacks Swan de Villers Bretonneux.

Roman : J’ai commencé le Hockey-sur-glace a Grenoble a l’âge de 8 ans, mais à cette époque j’étais joueur, il m’était impossible de faire gardien, alors je suis passé au roller pour être gardien a l’âge de 12 ans.

Pourquoi le choix de cette discipline sportive plutôt qu’une autre ?

Renaud : J’ai fait beaucoup de sport mais celui-ci m’a tout de suite plu.

Roman : J’aimais le sport co, la vitesse, l’intensité, donc le hockey. Et pour ce qui est du poste de gardien, j’étais fasciné par l’équipement. Et j’aimais l’idée d’avoir un poste à part dans un sport co. Les mauvaises langues diront que c’est de l’autisme, moi j’appelle ça du courage! Lol

Quels sont vos premiers souvenirs en rapport avec ce sport ?

Renaud : Le 1er souvenir est quand on a reçu les équipements commandés au club dans la cours de l’école : c’était des casques et protections de skate vert et rouge.

Roman : Mes premiers souvenirs ce sont les après-midi d’été entiers passés sur l’anneau de vitesse de Grenoble, en plein cagnard à jouer au « street » jusqu’à ce que le soleil se couche et rentrer les pieds farcis par 7 heures dans les rollers et se faire crier par ma mère parce que je rentrais à 21h sans avoir donné de nouvelles.

A partir de quel moment le Roller Hockey a-t-il prit une place plus importante dans vos vies ?

Renaud : A partir du moment où j’ai rejoint le club d’Amiens et été sélectionné en Equipe de France Espoir.

Roman : A partir des premières sélections jeunes je dirais. C’est là que j’ai pris conscience que j’aimais la compétition, que j’avais peut être un petit truc, mais qu’il fallait aussi bosser pour progresser.

Quels sont vos points forts et vos points faibles dans le jeu ?

Renaud : Pour les points forts je dirais mon patinage, mon replis défensif et mon mental … Pour les points faibles, ma masse musculaire et la puissance de mon lancer frappé.

Roman : Mon point fort je dirais ma mobilité et mon explosivité pour un grand gabarit. Je n’ai pas de point faible (des fois que des adversaires liraient cette interview) ! Mais si je dois avouer un défaut… c’est d’en rajouter un peu sur mes arrêts mitaines… lol

Avez-vous des modèles dans le Roller hockey ou dans le hockey sur glace ?

Renaud : Mon modèle est Jaromir Jagr, un exemple de longévité et de régularité au plus haut niveau alors qu’il a 44 ans .

Roman : Au roller Hockey je n’ai pas trop de modèle puisque c’est un sport relativement jeune. Après je me suis inspiré de pas mal de gardien, et je m’inspire encore de gardien même plus jeunes pour évoluer dans certains aspects de mon jeu.

Coté Glace je suis un Fan Absolu de Cristobal Huet. Je suis grenoblois, c’est lui que j’ai vu joué en premier. Sa carrière est incroyable, et continue de l’être. Le sportif et l’homme m’impressionne beaucoup.

Apres la liste des gardiens que j’aime regarder joué en nhl peut être très longue !

Quels sont vos meilleurs et pires souvenirs en club ?

Renaud : Le pire souvenir est la finale de championnat de France cadet perdue 2-1 ainsi que la finale junior ou nous avons terminé 4eme. Le meilleur est le parcours en coupe de France lorsque nous avons atteint la finale contre Anglet à Epernay.

Roman : Je pense que mon meilleur souvenir en club, reste la demi-finale en coupe d’Europe contre Asiago avec Anglet ; «on avait tous des grilles » (l’équipe était tellement jeune!), on jouait contre des types 2 fois plus gros que nous, qui nous avait mis 8-1 l’année d’avant. Et là- dessus vous rajoutez CJ Yoder (considéré comme le meilleur joueur de roller hockey au monde) et son copain Brian Yingling, plus un gardien drafté NHL…Au final le scenario de film. Prolongation… mort subite… lucarne de Jimmy Ferrez! Le tout devant un public basque chaud bouillant! Frissons!

Le pire souvenir ça doit être en coupe d’Europe a Rethel avec Anglet. Je rentre 2eme mi- temps d’un match maitrisé par l’équipe, j’en prends 3 en 15 minutes, je change, on perd le match, je venais de saboter la qualif de l’équipe.

Depuis combien de temps, portez-vous le maillot de l’Equipe de France ?

Renaud : 2 années en espoir et 12 championnats du Monde.

Roman :
Je fais des stages depuis que j’ai 16/17 ans mais j’ai fait mon premier mondial en 2011.

Quel est votre palmarès sous le maillot de l’Equipe de France ?

Renaud : Champion et vice-champion d’Europe à Rouen et en Allemagne, Vice-champion du monde 2 fois en Allemagne et Argentine, 3eme du championnat du monde en 2005 à Bercy

Médaille d’argent aux World Games de Taiwan

Roman : Niveau palmarès j’ai un titre de champion d’Europe espoir, et un titre de vice- champion du monde avec les seniors.

Quels sont vos meilleurs et pires souvenirs en Equipe de France ?

Renaud : En 1er et de loin la médaille d’argent à Taiwan et après Bercy en 2005 et l’argentine l’année dernière. Mon pire souvenir est le mondial de Toulouse avec la blessure au genou et mes 1ers matchs loupés à passer sur le banc de toute ma carrière et toutes les compétitions confondues. Je n’avais jamais loupé un seul match et voir les coéquipiers se faire éliminer 1-0 contre, l’Italie sans pouvoir rien faire a été dur.

Je peux également citer la défaite en prolongation des finales du championnat du monde en Argentine 2-1 après avoir mené 1-0 à 8 min de l’objectif d’une vie de sportif.

Roman : Je pense que mon meilleur souvenir en EDF, ça reste la totalité de l’aventure de 2015 à Rosario et le pire reste la finale perdue…

Quel est l’objectif de cette saison en bleu ?

Renaud : Nous y allons pour gagner même si nous serons attendus et même si le canada et la suède sont de retour

Roman : L’objectif quand tu rentres dans un mondial c’est toujours d’aller au bout. L’année dernière on se devait d’être modestes et de retrouver des valeurs. ca a bien marché. Cette année c’est de confirmer face à plus d’équipes et qui nous attendent. Mais quand on a gouté à la médaille difficile de vouloir autre chose.

ec d

Vous, vous occupez tous les 2 de la formation des jeunes joueurs Amiénois, quelles sont les valeurs les plus importantes que vous transmettez et pourquoi ?

Renaud : Le travail car rien ne tombe du ciel et on a rien sans rien. La discipline/le sérieux qui sont 2 valeurs importantes dans un groupe de sport collectif. La patience/le mental/la volonté/l’envie pour ne rien lâcher et avoir toujours la même ligne de conduite malgré les évènements positifs ou négatifs.

Les excuses sont pour les faibles et on n’avance pas en ouvrant sa bouche mais en travaillant.

Roman : Chez les jeunes j’essaie d’amener de la discipline et du sérieux. Je suis le premier à déconner mais s’ils veulent progresser ils doivent bosser, être attentifs et persévérer.

Un message pour vos supporters à Amiens…

Renaud et Roman : Merci à tous les supporters! Pour leur gentillesse, leur soutien inconditionnel et leur fidélité.

Continuez à faire du bruit!!!

Francois Caron




  • Jeu EatInUSA

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.